L'annonce pas si risquée de BlackRock

©EPA

En affichant sa volonté d’investir de manière plus durable, le patron de BlackRock suit un mouvement de fond bénéfique pour son image et son rendement.

Larry Fink, le CEO de BlackRock, a jeté un pavé dans la marre mardi. Dans sa missive annuelle sur la gouvernance d’entreprise, presque une encyclique dans le monde de la finance, il a lancé un appel à des investissements plus respectueux du climat.

Venant de la main du patron du plus gros gestionnaire d’actifs de la planète (quelque 7.500 milliards de dollars), le message n’est pas anodin.

"Les investissements ESG surperforment et sont moins risqués."
Étienne de Callataÿ
Economist Orcadia

"Qu’un mastodonte comme BlackRock sorte ainsi du bois, c’est fantastique!", s’enthousiasme Étienne de Callataÿ, chief economist d’Orcadia Asset Management. "Les marchés financiers n’ont pas été avares en bâtons tendus pour se faire battre dans un passé récent. Il s’agit ici d’un formidable levier pour avoir un impact."

L’association belge des gestionnaires de fonds (BEAMA) se félicite également de cette décision, mais rappelle que les états-Unis ne sont pas vraiment des précurseurs en matière de fonds durables. "C’est un peu une réaction de rattrapage par rapport à une évolution observée en Europe, et plus particulièrement en Belgique, depuis de nombreuses années", commente Marnix Arickx, président de la BEAMA.

"Il y a aussi un risque réputationnel à ne pas suivre cette tendance", ajoute Marnix Arickx. Dans cette optique, la réaction de The Vanguard Group, second gestionnaire d’actifs mondial (5.000 milliards de dollars) est attendue.

Meilleure rentabilité

Dans le passé, investir dans un fonds socialement responsable pouvait être perçu comme un geste citoyen par lequel la volonté d’avoir un impact sur son environnement surpassait le désir de rendement. La réalité est bien différente aujourd’hui.

"Les investissements ESG, de manière générale, surperforment et sont moins risqués."
Etienne de Callataÿ

"Les investissements ESG, de manière générale, surperforment et sont moins risqués", indique de Callataÿ. Un constat que partage La Financière de l’Echiquier. "Dans notre univers d’investissement, les entreprises bien notées sur les critères extra-financiers génèrent de meilleurs retours", note Stéphane Van Tilborg, Country Head pour le Benelux.

La décision de BlackRock devrait avoir des conséquences sur les fonds indiciels (ou trackers), au sein desquels les indicateurs durables sont plus difficiles à intégrer qu’au sein des fonds actifs.

À la suite de son annonce, BlackRock fera l’objet d’une attention particulière des observateurs, afin de voir dans quelle mesure il respecte ses promesses. Certains ont déjà souligné que même en s’engageant à désinvestir des entreprises qui tirent plus du quart de leurs revenus du charbon thermique, le fonds peut toujours injecter de l’argent dans la très décriée Glencore, qui n’est pas vraiment un exemple en matière environnementale.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés