L'économie américaine vers la surchauffe?

Selon les analystes de Carmignac, l'excédent d’épargne des ménages atteint désormais 11% du PIB aux États-Unis. ©AFP

Les analystes de la maison de gestion Carmignac s'attendent à une forte croissance de l'économie américaine et des tensions inflationnistes persistantes.

Pour 2022, le Chef économiste de Carmignac Raphaël Gallardo s’attend à ce que l’économie américaine entre dans une phase de surchauffe. "A titre de comparaison, la production européenne a encaissé un impact 50% plus fort à la fin 2020, et a appliqué un soutien fiscal deux fois moins important que les États-Unis". En outre, le gouvernement américain a surtout soutenu le revenu des ménages, tandis que l’intervention européenne a été dirigée vers les entreprises. "L’excédent d’épargne des ménages atteint désormais 11% du PIB aux États-Unis, contre 6% dans la zone euro."

6,8%
Le taux de croissance du PIB américain prévu par Carmignac cette année.

Dès lors, il s’attend à ce que la croissance américaine dépasse sa tendance de long terme avec un niveau de croissance du PIB qui devrait atteindre 6,8% pour 2021. La tendance dans la zone euro sera plus modérée, avec une activité économique en progression de 4,5% en 2021. "Nous pensons également que la pandémie va avoir un impact positif sur l’inflation américaine à court comme à moyen terme."

De son côté, la Chine a adopté une politique plus restrictive sur le crédit et devrait donc ralentir sensiblement d'ici à la fin 2021. "La reprise va être désynchronisée, avec une poussée d’inflation qui sera plus persistante que les attentes de la Réserve fédérale". Il met également en avant la perspective d’une reprise de l’affrontement économique entre les États-Unis et la Chine sur fond de guerre des devises.

Tensions inflationnistes

Au niveau des attentes pour les marchés financiers, Kevin Thozet, membre du comité d'investissement de Carmignac, estime qu’il ne faut pas embrasser la thématique d’une reprise cyclique généralisée et profiter des opportunités qui s’ouvriront en raison de la désynchronisation des grandes économies. Il estime également qu’enterrer les valeurs de croissance américaines est largement prématuré.

"Nous avons commencé à réduire notre exposition sur les groupes exposés sur la réouverture."
Kevin Thozet
Membre du comité d'investissement de Carmignac

"Les actions cycliques ont déjà bien intégré l’accélération économique, et nous avons commencé à réduire notre exposition sur les groupes exposés sur la réouverture. À l’inverse, nous continuons de trouver des opportunités sur des actions possédant des perspectives de croissance de long terme, notamment dans le secteur technologique ou les soins de santé." Il souligne également que les marchés sont relativement complaisants à l’heure actuelle, une majorité s’attendant à une poursuite de la croissance des bénéfices par action. "Nous attendons de notre côté à ce que le rythme retombe vers sa tendance de long terme (autour de 10%) à partir de l’année prochaine."

En bref

  • Quelle croissance en Europe? Carmignac s’attend à une croissance de 4,5% dans la zone euro pour 2021.
  • Que faut-il détenir? Les actions de croissance séculaire en Chine et aux États-Unis, et les actions exposées sur la réouverture en Europe.
  • Quel poids pour les actions? Les marchés boursiers représentent 40% de l’exposition de Carmignac Patrimoine.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés