L'Etat belge a déjà réalisé 80% de ses emprunts de 2017

©RV DOC

L'Agence de la dette annonce avoir placé des obligations gouvernementales belges pour un montant de 2,8 milliard d'euros, ce qui porte le total émis cette année à 28,5 milliards d'euros, soit plus de 80% du total prévu dans son plan de financement annuel.

Alors que le deuxième semestre est à peine entamé, l'Etat belge a déjà bien avancé dans les opérations de financement de sa dette publique. Profitant de conditions de marché toujours favorables, caractérisées par des taux d'intérêt bas et une demande solide des investisseurs, l'Agence de la dette a déjà levé 81,4% des 35 milliards d'euros qu'elle avait prévu d'obtenir par le placement d'obligations linéaires (Olo) auprès des investisseurs institutionnels.

81,4%
L'Agence de la dette a déjà levé 81,4% des 35 milliards d'euros qu'elle avait prévu d'obtenir.

L'Etat doit financer chaque année son déficit public - à moins d'un équilibre budgétaire, ce qui n'est plus le cas depuis des années - ainsi que les remboursements d'emprunts du passé qui arrivent à échéance. Pour ce faire, il émet de nouveaux titres, principalement des Olo, qui trouvent preneur auprès d'investisseurs institutionnels (banques, assureurs, fonds de pension, fonds d'investissement, etc.).

Cette année, l'Etat belge a déjà levé 28,492 milliards d'euros via ces obligations linéaires, après le succès de son émission de ce lundi, qui a rapporté 2,801 milliards d'euros, soit le montant maximum de la fourchette d'estimations qui avait été annoncée (2,2 à 2,8 milliards d'euros).

Sur ces 2,801 milliards d'euros, 1,121 milliard d'euros ont été levés en plaçant des obligations à dix ans à un taux d'intérêt moyen de 0,75%, 995 millions d'euros ont été obtenus via des Olo arrivant à échéance en 2023 à un taux moyen de 0,126% et 685 millions ont été empruntés par le biais de titres à trente ans à un taux moyen de 1,768%. La demande émanant des investisseurs a dépassé plus de 1,5 fois l'offre pour ces trois types d'obligations.

Grâce à ces conditions favorables, l'Etat belge réduit le taux d'intérêt moyen qu'il paie sur l'ensemble de sa dette, lequel s'élevait fin 2016 à 2,60%. C'est dû au fait que les emprunts du passé qui arrivent à échéance actuellement étaient assortis de taux d'intérêt plus élevés que ceux que la Belgique peut obtenir de nos jours.

L'Etat allonge aussi la durée moyenne de sa dette, notamment en empruntant à de très longues échéances, par exemple via les Olo à trente ans placées ce lundi. Cette durée moyenne était de 8,65 années fin 2016. En l'allongeant, l'Etat belge s'assure de devoir retourner moins vite sur le marché, ce qui lui permet de payer des taux d'intérêt réduits pour une plus longue durée.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés