L'Etat belge emprunte à trois mois à un taux négatif record

©RV DOC

L'Agence de la dette a levé 2,066 milliards d'euros en émettant notamment des titres d'une maturité de trois mois à un taux d'intérêt moyen de -0,077%, du jamais vu.

Les investisseurs sont plus que jamais disposés à payer l'Etat belge pour lui confier leur argent. Mardi, l'Agence de la dette a annoncé avoir placé des certificats de Trésorerie pour un montant total de 2,066 milliards d'euros. Ces titres ont une maturité de trois et douze mois.

Pour les certificats à trois mois, le Trésor a obtenu 701 millions d'euros à un taux d'intérêt moyen de -0,077%, un rendement historiquement bas. Depuis la mi-septembre, l'Etat belge a retrouvé des taux d'intérêt négatifs lors de ses adjudications à court terme, situation qui s'était déjà produite en 2012 et au début de l'année dernière.

C'est la conséquence de la politique extrêmement souple de la Banque centrale européenne (BCE). Au début du mois de septembre, la BCE a réduit le taux de sa facilité de dépôt à -0,2%. A la fin de chaque journée, les banques qui ont trop de liquidités doivent donc payer la banque centrale pour lui confier leur argent jusqu’au lendemain. Ça devrait donc inciter les institutions financières à chercher d’autres débouchés, notamment en prêtant davantage aux entreprises.

Mais comme les craintes pour l’économie européenne restent encore très vives, les banques préfèrent placer leur argent là où il y a moins de risques, c’est-à-dire auprès des Etats, tels que la Belgique. Le jeu de la concurrence fait le reste : comme les banques se pressent à leur guichet, les Etats peuvent se permettre de proposer des taux de plus en plus bas, et même jusqu’en territoire négatif.

C'est ce qui s'est à nouveau produit ce mardi.

Tout comme pour l'échéance à trois mois, l'Agence de la dette a obtenu un taux égatif pour les titres à un an. L'émission de certificats de Trésorerie à douze mois lui a permis de lever 1,365 milliard d'euros à un taux d'intérêt moyen de -0,042%. Ce taux est toutefois légèrement plus élevé que le record enregistré lors de la dernière adjudication de cette échéance, le 16 septembre, à -0,045%.

La demande des investisseurs a été soutenue. Pour les titres à trois mois, la demande a dépassé 4 fois l'offre. Pour l'échéance à un an, elle a dépassé 1,68 fois l'offre.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés