L'Etat emprunte à un an au taux le moins négatif depuis juin 2016

©Bloomberg

Pour emprunter pour une durée d’un an, la Belgique a obtenu un taux de -0,53%. C’est la rémunération la moins généreuse en plus de deux ans. Mais c’est loin d’être la fin des taux négatifs.

Lors de l’adjudication de titres de dette à court terme de l’État belge de mardi, le taux d’intérêt moyen obtenu pour les certificats de Trésorerie arrivant à échéance dans un an a été fixé à -0,53%, soit le taux le moins négatif depuis plus de deux ans.

Il faut remonter à juin 2016 pour voir la Belgique aussi peu rémunérée pour un emprunt à un an. Les taux d’intérêt de ses adjudications de titres de dette à court terme restent toutefois largement en territoire négatif.

Remontée des taux

Des taux négatifs signifient que les investisseurs paient l’emprunteur pour lui confier leur argent. C’est la conséquence de la politique de la Banque centrale européenne (BCE) qui pénalise les dépôts excédentaires des banques en leur appliquant un taux de -0,4%. Cette politique s’est répercutée sur l’ensemble des emprunts à court terme des Etats.

Avec un taux à un an inférieur à -0,5%, la Belgique conserve des conditions d’emprunt à court terme très favorables.

Le 14 juin 2016, le Trésor public avait obtenu un taux de -0,493% pour des titres de dette à un an. Ensuite, le taux de cet emprunt s’était enfoncé davantage en territoire négatif.

Mais depuis le début de l’année dernière, on assiste à une remontée progressive du taux à un an de l’Etat belge. Les investisseurs anticipent une politique monétaire moins généreuse en zone euro, sachant que la BCE réduira ses achats d’actifs à partir d’octobre et y mettra un terme en fin d’année. Une première hausse des taux directeurs est en vue vers l’été 2019 ou juste après.

Loin des taux positifs

Cette tendance à une hausse des taux est toutefois insuffisante pour envisager des taux courts positifs pour l’Etat belge à ce stade. Avec un taux à un an inférieur à -0,5%, la Belgique conserve des conditions extrêmement favorables pour ses emprunts à brève échéance. Le Trésor public bénéficie encore de taux négatifs pour des titres de dette présentant des maturités jusqu’à 4 ans. Le taux à 5 ans est quant à lui repassé en territoire positif la semaine dernière.

Malgré la remontée des taux, la demande pour la dette à court terme de la Belgique reste soutenue. Pour les certificats de Trésorerie à un an, la demande a dépassé près de deux fois l’offre, le "bid-to-cover ratio" (taux de soumissions satisfaites) ayant atteint 1,89. Ces titres à un an ont permis de lever 1,875 milliard d’euros.

L’Etat belge a aussi levé 800 millions d’euros via des titres à trois mois à un taux de -0,599% qui reste, lui, parmi les plus faibles enregistrés. Il reste cinq adjudications à court terme d’ici la fin de cette année.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content