L'excellent trimestre d'HelloFresh remballé par le marché

HelloFresh a plus que doublé ses bénéfices au cours du premier trimestre, mais le marché se demande si le spécialiste allemand de la livraison de repas à cuisiner va tenir la cadence en 2021. ©Jiri Buller

Les indices européens ont été la cible de prises de bénéfices alors que la cote craint un retour en force de l'inflation. Le Bel 20 est repassé sous les 4.000 points.

Les grands indices européens ont longtemps tournoyé autour de l'équilibre pour définitivement plonger dans le rouge en deuxième partie de séance. Les investisseurs, toujours partagés entre l'espoir d'une solide reprise de l'économie mondiale et les craintes d'une accélération de l'inflation, ont fait le choix de retirer leurs gains, notamment dans les secteurs ayant profité pleinement de la crise sanitaire.

À la cloche, le Bel 20 (-1,54%), qui devait composer avec le détachement de coupon de GBL et d'AB InBev, est repassé sous les 4.000 points. Même tendance à Francfort où le DAX (-2,49%) a souffert des mauvaises performances d'Infineon et de Merck.

Les gagnants de la crise du coronavirus sont ciblés par des prises de bénéfices

À Paris, le CAC 40 , qui gagnait près de 1% en début d'après-midi, a brutalement changé de direction pour finalement abandonner 0,89%. Même chose à Londres où le FTSE 100 (-0,67%) , de retour d'un jour férié, est repassé au-dessus des 7.000 points avant de redescendre sous cette barre symbolique.

À Wall Street, c'est le rouge qui dominait les échanges à l'heure de la clôture européenne. Le Nasdaq , qui a déjà fini en baisse la veille avec le recul des grandes valeurs technologiques, était l'indice new-yorkais le plus affecté avec un recul de plus de 2%.

Cadeau égyptien pour Dassault

Les compartiments des titres cycliques, premiers bénéficiaires du rebond économique, étaient encore très recherchés. Le secteur des matières premières, en hausse d'environ 20% depuis le début de l'année, a occupé le haut du tableau en compagnie des actions liées au pétrole et de celles en lien avec le tourisme.

30
avions supplémentaires
Dassault Aviation était très recherché à la Bourse de Paris. Le groupe français de défense est parvenu à vendre 30 avions militaires Rafale supplémentaires au gouvernement égyptien.

Total a ainsi terminé dans le peloton de tête du CAC 40, gagnant 1,14%. Même chose sur le marché londonien, où BP et Shell ont joué les premiers rôles.

Sur le marché secondaire parisien, Dassault Aviation s'est envolé de 3,46%. Le groupe français de défense est parvenu à vendre 30 avions militaires Rafale supplémentaires au gouvernement égyptien.

À l'inverse, le secteur technologique suivait le Nasdaq dans son repli, d'autant plus que le rapport trimestriel du fabricant allemand de puces électroniques Infineon a été boudé par la cote.

Grand gagnant de la crise sanitaire, HelloFresh a bu la tasse après la publication de ses chiffres trimestriels. Des résultats pourtant très bons avec un bénéfice qui a plus que doublé au premier trimestre pour la société berlinoise spécialisée dans la livraison de repas à cuisiner soi-même. Les suiveurs de l'action avaient déjà anticipé le solide trimestre d'HelloFresh après le trading update publié le mois dernier. Les analystes se demandent à présent si la pépite allemande va arriver à garder autant de clients sur la durée.

Du rouge à tous les étages à Bruxelles

Sur le marché bruxellois, l'heure était aussi à la prise de bénéfice. GBL (-3,79%), qui cotait ex-dividende, a terminé dans le fond du classement du Bel 20 avec argenx (-4,28%) et Melexis (-4,42%). Rares étaient les titres à pointer leur nez dans le vert. Les valeurs défensives ont occupé le haut du classement, à l'image de Proximus (+0,56%), Cofinimmo (+0,39%) et Aedifica (stable à 102,70 euros).

Après son envolée de 25% la veille, Advicenne a pris le temps de souffler.

AB InBev (-0,78% à 58,70 euros) a vu les analystes de Credit Suisse remonter leurs ambitions pour le titre du numéro un mondial de la bière. Leur objectif de cours se situe à présent à 62 euros, contre 57 euros précédemment.

Colruyt (-0,38%) n'a pas profité de sa nouvelle emplette, à savoir la chaîne de fitness Jims.

Hors Bel 20, Biocartis , qui a signé un nouvel accord avec AstraZeneca, a grappillé 1,06%. Après son envolée de 25% la veille, Advicenne  (-14,84%) a pris le temps de souffler.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés