L'homme qui va peser plus de 1.000 milliards

Le désormais fameux gestionnaire de hedge fundNicolai Tangen. ©EPA-EFE

Quand un gestionnaire de hedge fund prend la tête d'un fonds souverain.

Ce fut l’une des sagas de ces derniers mois. Après de multiples rebondissements, le gestionnaire de hedge fund Nicolai Tangen va devenir ce 1er septembre l'heureux patron du fonds souverain norvégien qui pèse plus de 1.000 milliards de dollars, avec à la clé des investissements dans 9.000 sociétés mondiales, dont une cinquantaine de sociétés belges.  

La polémique a fait rage en Norvège sur la désignation de Tangen.

Il est rare qu’un gestionnaire de fonds spéculatif devienne le patron d’un fonds étatique. Et la route fut loin d’être facile tant la polémique a fait rage en Norvège. Des questions sur le processus de recrutement, de possibles conflits d’intérêts, le recours par Tangen à des paradis fiscaux ont empoisonné ce dossier. Cette semaine, face à la pression, le fondateur du fonds spéculatif AKO Capital à Londres en 2005 a accepté de céder ses parts à une fondation d’AKO et à vendre ses investissements personnels afin de dissiper toute suspicion de conflit d’intérêt. Tangen est réputé pour ses actions philanthropiques et son amour de l’art, notamment les oeuvres du peintre norvégien Edvard Munch.

Le fonds souverain norvégien est destiné aux générations futures quand la source pétrolière du pays sera tarie. Depuis la création du fonds en 1998, il a généré un return annuel moyen de 5,8%. Il est géré par Norges Bank Investment Management, qui est la division d'actifs de la Banque centrale de Norvège. Le gouverneur de la banque centrale norvégienne a été sévèrement critiqué lors du processus de recrutement de Tangen. Certains ont même évoqué son départ. L'abandon de son hedge fund par Tangen vient alors lui sauver la mise. "Je pense qu'il me doit bien une bière" a réagi, avec le sourire, le gestionnaire de fonds.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés