L'industrie allemande ne connaît pas la crise

Le secteur manufacturier allemand a accentué sa croissance malgré un confinement plus strict outre-Rhin. ©Bloomberg

Selon l'enquête mensuelle d'IHS Markit (PMI), le secteur manufacturier allemand a encore fait mieux que ses voisins européens.

L'industrie manufacturière en Europe et au Royaume-Uni a terminé l'année 2020 en trombe, confirmant une meilleure résistance à la crise sanitaire que lors de la première vague de contamination.

Selon les résultats définitifs des enquêtes IHS Markit (PMI), la croissance du secteur manufacturier de la zone euro a fini à son plus haut niveau depuis mai 2018, atteignant 55,2, contre 53,8 le mois précédent.

La France rejoint l'Allemagne

L'Allemagne a encore joué un rôle moteur et a profité du fait que les usines européennes sont restées pour la plupart ouvertes lors de la deuxième vague. Outre-Rhin, les PMI ont terminé l'année 2020 à 58,3, un niveau inexploré depuis février 2018. "L'économie devrait donc être bien moins impactée par la pandémie au quatrième trimestre qu'au deuxième grâce à la résistance de l'industrie manufacturière", note l'économiste en chef d'IHS Markit, Chris Williamson.

"Les conditions favorables à la demande restent timides mais nous prévoyons que la reprise commencera à s'accélérer au deuxième trimestre 2021."
Eliot Kerr.
Économiste d'IHS Markit

En France, si le mois de novembre s'était soldé par un résultat négatif (49,6), décembre a remis la deuxième économie européenne sur les rails. Le secteur manufacturier français a ainsi retrouvé le chemin de la croissance lors du mois écoulé grâce à l'augmentation de la production. L'indice définitif pour le mois de décembre ressort à 51,1 en France.

L'industrie britannique à un pic de trois ans

L'activité du secteur manufacturier britannique a atteint son niveau le plus élevé depuis novembre 2017 alors que les entreprises se sont empressées de terminer certaines opérations avant la fin de la période de transition du Brexit, le 31 décembre.

Mais les analystes d'IHS Markit ne s'attendent pas à voir les belles performances de décembre perdurer. "Les clients, en particulier ceux basés dans l'Union européenne, ont avancé leurs achats, ce qui a temporairement dynamisé les ventes. Il semble probable que cette hausse s'inversera au cours des premiers mois de 2021, ce qui donnera un début d'année faible", anticipe Rob Dobson, directeur d'IHS Markit.

Accélération en vue

Du côté des carnets de commandes, la forte demande constatée sur les produits allemands se confirme et pourrait influencer positivement le reste de la zone euro.

"Pour l'avenir, les entreprises sont très optimistes quant à la poursuite de la croissance de la production, avec l'espoir que les vaccins disponibles puissent rétablir une sorte de normalité dans le monde. Pour l'instant, les conditions favorables à la demande restent timides mais nous prévoyons que la reprise commencera à s'accélérer au deuxième trimestre 2021", signale l'économiste d'IHS Markit Eliot Kerr.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés