L'inflation soutient les actions de valeur

Les actions du secteur énergétique sont généralement considérées comme des titres "value", susceptibles de bénéficier du retour de l'inflation. ©AFP

De plus en plus de signaux laissent entrevoir une accélération de l'inflation, ce qui a poussé les investisseurs à miser sur des ETF liés à des actions "value".

Les actions "value" se distinguent. À cause de signes de plus en plus tangibles d'une accélération de la hausse des prix, des centaines de millions de dollars ont afflué, la semaine dernière, vers des ETF (exchange-traded funds, soit des fonds liés à un panier d'actions) qui misent sur ces titres considérés comme décotés.

2,5
milliards de dollars
Aux États-Unis, deux des plus grands ETF indexés sur des actions "value" ont vu affluer près de 2,5 milliards de dollars la semaine dernière.

D'après les chiffres cités par l'agence Bloomberg, un montant record de près de 2,5 milliards de dollars a ainsi été versé, en cinq jours, dans deux des plus grands fonds indexés sur les actions de valeur, qui sont bien représentées dans les secteurs de l'énergie, de la banque ou encore des services aux collectivités ("utilities"), entre autres.

Comment expliquer ce mouvement? Pour ces titres d'entreprises dont l'expansion est relativement lente mais qui sont moins risquées que les sociétés à fort potentiel de croissance, l'inflation qui se précise devrait être un véritable coup de fouet. En effet, la hausse des prix provoque une montée des taux d'intérêt, ce qui augmente la prime de risque que paie l'investisseur en plaçant son argent dans des actions plutôt que dans des obligations, titres plus sûrs et offrant un rendement fixe. Or, quand il devient plus risqué d'investir en actions, les investisseurs préfèrent éviter les titres de croissance (actions "growth") au profit d'entreprises moins risquées, qui ont certes de moindres perspectives de croissance, mais qui distribuent généralement un dividende. Ce dernier sera en outre un atout pour compenser l'inflation.

Pénuries

Or, cette hausse des prix se précise. Dans les indicateurs avancés de l'activité économique publiés lundi aux États-Unis, la composante des prix payés par les entreprises pour des matériaux a atteint son plus haut niveau depuis juillet 2008. En Europe aussi, les statistiques récentes montrent que les entreprises doivent composer avec les prix plus élevés pour s'approvisionner en divers matériaux, comme des métaux, des produits chimiques ou encore des plastiques.

"Les actions de valeur auront tendance à bénéficier de la hausse des prix."
Frank Vranken
Chef stratégiste chez Puilaetco

Ces derniers jours, les prix de la plupart des matières premières ont atteint des niveaux historiquement élevés. La pénurie de puces électroniques due à la crise sanitaire contribue aussi à tirer les prix de plusieurs composants à la hausse. Et il faut ajouter à cela les problèmes rencontrés au niveau des chaînes d'approvisionnement à cause des restrictions dues à la crise sanitaire. Tout cela contribue à augmenter les anticipations d'inflation, d'autant plus que les entreprises ont dû puiser dans leurs stocks pour compenser les difficultés d'approvisionnement. Elles devront donc reconstituer ceux-ci.

Il y a aussi des risques

"Les actions de valeur auront tendance à bénéficier de la hausse des prix", analyse Frank Vranken, chef stratégiste chez Puilaetco. "La plupart des entreprises manufacturières, bien qu'elles soient confrontées à des problèmes d'approvisionnement, ont une confiance élevée dans le fait qu'une fois ces problèmes résolus, il existera toujours une forte demande pour leurs produits."

"Beaucoup d'entreprises value sont confrontées au défi ESG. Elles essaient de composer avec des problèmes qui les rendent potentiellement impopulaires chez ceux qui se tournent vers l'investissement durable."
Frank Vranken
Chef stratégiste chez Puilaetco

Mais miser sur le thème "value" comporte aussi des risques. "L'obstacle potentiel sera toujours le même: sommes-nous face à une valeur piège (action dépréciée considérée à tort comme une opportunité, NDLR) et l'élan positif sera-t-il bref?", avertit Frank Vranken. "De plus, beaucoup d'entreprises value sont confrontées au défi ESG (environnemental, social et de la bonne gestion, NDLR). Elles essaient de composer avec des problèmes qui les rendent potentiellement impopulaires chez ceux qui se tournent vers l'investissement durable."

Le résumé

  • Les récents indicateurs conjoncturels pointent vers une accélération de la hausse des prix.
  • Ce contexte est favorable aux actions dites "de valeur" (ou "value"), qui sont prisées en cas de hausse des taux d'intérêt et de l'inflation, parce qu'elles sont moins risquées que les actions de croissance et qu'elles offrent souvent un dividende à même de compenser l'inflation.
  • On trouve beaucoup de ces actions dans les secteurs de l'énergie, de la banque ou encore des services aux collectivités ("utilities").
  • Mais attention, les actions "value" sont parfois considérées à tort comme une bonne opportunité. Beaucoup de ces entreprises doivent faire des efforts sur le plan environnemental.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés