L’inflation US atteint 5%

Aux États-Unis, des sénateurs républicains ont récemment évoqué les risques liés à l'accélération de l'inflation. ©AFP

En mai, l'indice des prix à la consommation a atteint 5% aux États-Unis, soit davantage que prévu. Lagarde balaie tout risque de contagion à la zone euro.

Si, en zone euro, le caractère temporaire des pressions inflationnistes tient toujours la corde, comme l’a souligné la Banque centrale européenne (BCE), l’accélération de l’inflation aux États-Unis retient davantage l’attention. La hausse des prix à la consommation américains a atteint 5% en mai, a-t-on appris jeudi, alors que la prévision des économistes se situait à 4,7%.

1,6%
Indice PCE
Si l'inflation officielle atteint 5%, l'indice "core PCE", indicateur préféré de la Fed, ne se situe qu’à 1,6%.

Le risque est qu’une hausse des prix trop soutenue aux USA conduise à une inflation durablement supérieure aux objectifs, ce qui contraindrait la Réserve fédérale (Fed) à resserrer sa politique monétaire plus tôt que prévu.

Les marchés sont toutefois restés sereins après la publication de ces données, probablement parce que la Fed se focalise davantage sur une autre mesure de l’inflation, à savoir l’indice PCE (Personal Consumption Expenditures) sous-jacent, c’est-à-dire l’indice des dépenses de consommation des ménages, expurgé de ses composants les plus volatils. Ce dernier ne se situe qu’à 1,6%, selon les derniers chiffres disponibles.

Si l’inflation US dérape, y a-t-il un risque de contagion vers la zone euro? Interrogée à ce sujet, Christine Lagarde, la présidente de la BCE, a tranché: ce qui se passe outre-Atlantique "est une histoire très différente".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés