L'optimisme des investisseurs demande confirmation

©AFP

Cette semaine boursière a été marquée par des paris audacieux des investisseurs. Les indicateurs qui seront publiés dans les prochains jours arbitreront ces stratégies. Wall Street en route vers une série inédite en plus de 23 ans!

Tant qu’il y a de l’espoir, les investisseurs veulent y croire. Les perspectives de croissance de l’économie mondiale ont beau être nettement moins bonnes que l’an dernier, les marchés boursiers ont poursuivi leur remontée au cours de la semaine écoulée. Les achats d’actions se sont fondés sur les espoirs toujours bien présents d’un futur accord entre les Etats-Unis et la Chine sur leurs relations commerciales.

Des responsables américains ont évoqué des avancées dans les négociations entre les deux premières puissances économiques mondiales, même si d’autres ont laissé entendre qu’il restait beaucoup de travail. Le président Donald Trump a lui-même évoqué des "progrès substantiels", ce qui l’a conduit à reporter, dimanche dernier, l’augmentation prévue des taxes sur des importations de produits chinois.

Pour couronner le tout, vendredi, des statistiques rassurantes sont venues donner une image moins alarmiste du récent ralentissement conjoncturel à l’échelle mondiale. L’indice sur l’activité industrielle en Chine, basé sur les anticipations des directeurs d’achats des entreprises, est apparu meilleur que prévu. Et aux Etats-Unis, la croissance économique du quatrième trimestre a été plus soutenue qu’estimé.

Record depuis 1995

Ces nouvelles ont poussé les indices boursiers à la hausse, en Europe comme aux Etats-Unis, où, vendredi soir, le Dow Jones  était à deux doigts de boucler une dixième semaine positive d’affilée, une série qu’on n’avait plus observée à Wall Street depuis le 5 décembre 1995!

En Europe, la plupart des indices ont également progressé. L’EuroStoxx 50  a gagné 1,27% en une semaine. Le Cac 40  a pris 0,95%. Le Dax  a gagné 1,26%. Nouvelle exception en Bourse de Londres, où le FTSE 100  s’est replié de 1%. Le marché britannique reste soumis aux aléas du Brexit. Un certain optimisme a pourtant poussé la livre sterling à la hausse: la devise britannique a progressé de 0,93% face à l’euro cette semaine. Mais une monnaie plus forte n’arrange pas les multinationales basées au Royaume-Uni puisque les profits réalisés à l’étranger en deviennent plus petits un fois convertis en livres. L’indice FTSE 100 a aussi souffert de la déroute de l’action Fresnillo  (-17,05% en cinq jours). Le groupe minier a annoncé des résultats inférieurs aux prévisions. Ses ventes ont baissé alors que ses coûts ont augmenté de 14% en un an…

L’ensemble du secteur aurifère a d’ailleurs passé une mauvaise semaine à cause de la baisse du cours de l’or . L’once du métal précieux revenait vers 1.300 dollars vendredi soir et était en passe d’afficher sa pire évolution hebdomadaire depuis novembre dernier.

Tension des taux

Ce n’était visiblement pas la semaine des valeurs refuges puisque les obligations gouvernementales, actif défensif par excellence, ont vu leurs cours reculer nettement ces derniers jours, ce qui a provoqué, de manière mécanique, une montée de leurs taux d’intérêt, sachant que le rendement promis devient proportionnellement plus élevé lorsque la valeur de l’obligation baisse sur les marchés. A titre d’exemple, le taux des titres de dette à dix ans des Etats-Unis a grimpé de près de 10 points de base (0,10 point de pourcentage), passant de 2,65% la semaine dernière à 2,73% vendredi.

On a observé des variations du même ordre en Europe, notamment pour le Bund allemand à dix ans, qui a fini à 0,183%, contre 0,096% une semaine plus tôt, et l’OLO belge de même maturité, dont le taux  a atteint, vendredi, 0,699%, contre 0,642% la semaine précédente.

Ce regain d’appétit pour le risque parmi les investisseurs demande toutefois confirmation dans les données conjoncturelles, qui seront nombreuses à être dévoilées dans les prochains jours. À cet égard, on notera que la croissance américaine du quatrième trimestre a été soutenue par des hausses des stocks des entreprises en prévision des effets de la guerre commerciale. Rien ne permet donc d’affirmer que ces mêmes entreprises continueront à produire à ce rythme dans les mois à venir.

L’effervescence d’AB InBev a soutenu le Bel 20

Les résultats annuels des entreprises ont continué à influencer les mouvements des actions cette semaine. En Bourse de Bruxelles, AB InBev a été l’incontestable vedette en fournissant une importante contribution à la progression hebdomadaire de 2% du Bel 20.

En Europe, les valeurs bancaires se sont distinguées grâce à la remontée des taux d’intérêt (lire ci-dessus) qui laisse entrevoir de meilleures marges pour les institutions financières. L’indice Stoxx du secteur bancaire a gagné 3,62% en cinq jours. Le secteur automobile s’est aussi mis en évidence en prenant 2,52% cette semaine. Il a bénéficié des espoirs d’embellie dans le dossier des relations commerciales internationales.

En Bourse de Bruxelles

AB InBev a bondi de 10,69% en une semaine. Non seulement le titre du brasseur affiche la meilleure performance du Bel 20 mais il s’adjuge aussi la pole position au sein de l’indice EuroStoxx 50 des plus grandes capitalisations de la zone euro. Jeudi, le groupe brassicole a publié des résultats trimestriels supérieurs aux attentes des analystes. Il a aussi annoncé qu’il prévoyait une nette progression de ses volumes de bières cette année.

Ce retour de l’attention portée aux affaires réalisées par le géant belgo-américain a quelque peu atténué les récentes craintes sur son énorme endettement, un problème qu’AB InBev a décidé de régler progressivement dans les mois à venir. Ce qui ne laisse que peu de perspectives en matière de croissance du dividende à court terme, à prévenu le groupe brassicole, qui évoque toutefois "une hausse des dividendes au fil du temps".

Argenx a progressé de 5,10% en cinq jours. En dévoilant ses résultats annuels jeudi, la société biotechnologique a pourtant annoncé une perte supérieure aux attentes des analystes et en nette augmentation par rapport à l’année précédente. Mais Argenx a aussi fait le point sur les nombreuses études cliniques qu’il mène et qu’il compte débuter dans les prochains mois. Les investisseurs se sont laissés guider par les perspectives de gains en cas de succès d’un des traitements en développement.

KBC a affiché un gain hebdomadaire de 5,47%. Jeudi, la banque a participé à une rencontre d’investisseurs organisée par Berenberg, qui semble avoir convaincu certains à miser sur l’action du groupe belge. Le titre a aussi bénéficié du regain d’intérêt des investisseurs pour les valeurs bancaires à cause de la remontée des taux sur le marché des obligations.

• Umicore a grimpé de 6,48% en cinq séances boursières. Mardi, le groupe spécialisé dans les métaux a communiqué au sujet de son programme d’acquisitions d’actions propres. La semaine dernière, ces achats ont porté sur 281.000 titres à un prix moyen de 36,20 euros, soit 10,2 millions d’euros en tout. Depuis le début de l’année, Umicore a racheté 1,07 million d’actions pour un montant total de 37,5 millions d’euros. Le groupe belge a aussi bénéficié de l’engouement du marché pour les valeurs sensibles à la conjoncture économique internationale dans un contexte d’optimisme au sujet des négociations politiques sur le commerce mondial.

• À l’opposé, Engie a chuté de 5,12% après avoir annoncé une forte dépréciation (615 millions d’euros) sur ses centrales nucléaires belges, à l’occasion de la publication de ses résultats annuels. L’action Engie a subi le plus net revers hebdomadaire parmi les composants de l’EuroStoxx 50.

• Hors Bel 20, Hamon (+14,14% en une semaine) et Balta (+9,43%) ont fait l’objet d’achats spéculatifs avant la publication de leurs résultats annuels.

• À l’inverse, le marché ne s’est guère montré optimiste pour les chiffres annuels de Bone Therapeutics (-10,22% en cinq jours), dont le titre a chuté en début de semaine. La hausse de vendredi après la publication des résultats n’a pas permis d’inverser la tendance.

Sur les autres places

Zalando s’est envolé de 25,10% en cinq jours. Le groupe de mode en ligne a publié des résultats meilleurs que prévu jeudi. Ses ventes ont bondi de 25% au dernier trimestre, grâce aux achats des fêtes.

• Altran Technologies a bondi de 16,05% en cinq séances après avoir publié des résultats meilleurs que prévu. Le groupe français a notamment annoncé une marge opérationnelle en progression.

• L’action de la banque britannique en difficulté Metro Bank a plongé de 36,22% cette semaine, après l’annonce d’une augmentation de capital.

L’effervescence d’AB InBev a soutenu le Bel 20, Engie est restée sans énergie

 

Les résultats annuels des entreprises ont continué à influencer les mouvements des actions cette semaine. En Bourse de Bruxelles, AB InBev a été l’incontestable vedette en fournissant une importante contribution à la progression hebdomadaire de 2% du Bel 20.

En Europe, les valeurs bancaires se sont distinguées grâce à la remontée des taux d’intérêt (lire ci-dessus) qui laisse entrevoir de meilleures marges pour les institutions financières. L’indice Stoxx du secteur bancaire a gagné 3,62% en cinq jours. Le secteur automobile s’est aussi mis en évidence en prenant 2,52% cette semaine. Il a bénéficié des espoirs d’embellie dans le dossier des relations commerciales internationales.

 

En Bourse de Bruxelles

 

- AB InBev a bondi de 10,69% en une semaine. Non seulement le titre du brasseur affiche la meilleure performance du Bel 20 mais il s’adjuge aussi la pole position au sein de l’indice EuroStoxx 50 des plus grandes capitalisations de la zone euro. Jeudi, le groupe brassicole a publié des résultats trimestriels supérieurs aux attentes des analystes. Il a aussi annoncé qu’il prévoyait une nette progression de ses volumes de bières cette année.

Ce retour de l’attention portée aux affaires réalisées par le géant belgo-américain a quelque peu atténué les récentes craintes sur son énorme endettement, un problème qu’AB InBev a décidé de régler progressivement dans les mois à venir. Ce qui ne laisse que peu de perspectives en matière de croissance du dividende à court terme, à prévenu le groupe brassicole, qui évoque toutefois "une hausse des dividendes au fil du temps".

 

- Argenx a progressé de 5,10% en cinq jours. En dévoilant ses résultats annuels jeudi, la société biotechnologique a pourtant annoncé une perte supérieure aux attentes des analystes et en nette augmentation par rapport à l’année précédente. Mais Argenx a aussi fait le point sur les nombreuses études cliniques qu’il mène et qu’il compte débuter dans les prochains mois. Les investisseurs se sont laissés guider par les perspectives de gains en cas de succès d’un des traitements en développement.

 

- KBC a affiché un gain hebdomadaire de 5,47%. Jeudi, la banque a participé à une rencontre d’investisseurs organisée par Berenberg, qui semble avoir convaincu certains à miser sur l’action du groupe belge. Le titre a aussi bénéficié du regain d’intérêt des investisseurs pour les valeurs bancaires à cause de la remontée des taux sur le marché des obligations.

 

- Umicore a grimpé de 6,48% en cinq séances boursières. Mardi, le groupe spécialisé dans les métaux a communiqué au sujet de son programme d’acquisitions d’actions propres. La semaine dernière, ces achats ont porté sur 281.000 titres à un prix moyen de 36,20 euros, soit 10,2 millions d’euros en tout. Depuis le début de l’année, Umicore a racheté 1,07 million d’actions pour un montant total de 37,5 millions d’euros. Le groupe belge a aussi bénéficié de l’engouement du marché pour les valeurs sensibles à la conjoncture économique internationale dans un contexte d’optimisme au sujet des négociations politiques sur le commerce mondial.

 

- À l’opposé, Engie a chuté de 5,12% après avoir annoncé une forte dépréciation (615 millions d’euros) sur ses centrales nucléaires belges, à l’occasion de la publication de ses résultats annuels. L’action Engie a subi le plus net revers hebdomadaire parmi les composants de l’EuroStoxx 50.

 

- Hors Bel 20, Hamon (+14,14% en une semaine) et Balta (+9,43%) ont fait l’objet d’achats spéculatifs avant la publication de leurs résultats annuels.

 

- À l’inverse, le marché ne s’est guère montré optimiste pour les chiffres annuels de Bone Therapeutics (-10,22% en cinq jours), dont le titre a chuté en début de semaine. La hausse de vendredi après la publication des résultats n’a pas permis d’inverser la tendance.

 

Sur les autres places

 

- Zalando s’est envolé de 25,10% en cinq jours. Le groupe de mode en ligne a publié des résultats meilleurs que prévu jeudi. Ses ventes ont bondi de 25% au dernier trimestre, grâce aux achats des fêtes.

 

- Altran Technologies a bondi de 16,05% en cinq séances après avoir publié des résultats meilleurs que prévu. Le groupe français a notamment annoncé une marge opérationnelle en progression.

 

- L’action de la banque britannique en difficulté Metro Bank a plongé de 36,22% cette semaine, après l’annonce d’une augmentation de capital.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés