Publicité

L'or à 1.800 dollars l'once, une formalité?

Goldman Sachs et Citigroup tablent sur un cours de l'or à 2.000 dollars l'once d'ici la mi-2021. ©AFP

Valeur refuge par excellence, le métal jaune profite des inquiétudes des investisseurs autour du Covid-19 et de la reprise économique. Les ETF qui suivent son évolution sont très demandés et, selon plusieurs observateurs, cette tendance va perdurer durant les prochains mois.

L'or  a encore de beaux jours devant lui. Le métal précieux évolue autour de 1.750 dollars, ce qui représente un gain de plus de 15% depuis le début de l'année, mais également son plus haut niveau depuis octobre 2012. Les analystes de Morgan Stanley pointent plusieurs facteurs de soutien: les incertitudes autour du Covid-19, les tensions commerciales, les mesures de soutien des banques centrales et des gouvernements, des taux réels négatifs et un affaiblissement du dollar.

"Pour que l'or poursuive son ascension, il a besoin de marchés boursiers plus faibles, d’une demande 'réelle' plus forte - en particulier de bijoux - et d’une augmentation des achats par les banques centrales."
Morgan Stanley

"Mais bien que ces facteurs fournissent un soutien [au cours de l'or], ils ne sont pas un catalyseur pour un nouveau mouvement soutenu à la hausse, compte tenu des détentions record des ETF. Pour cela, ces conditions financières favorables doivent être accompagnées de marchés boursiers plus faibles, d’une demande 'réelle' plus forte – en particulier de bijoux – et d’une augmentation des achats par les banques centrales", nuancent-ils. 

Chez Goldman Sachs, on se montre bien plus optimiste. La banque d'investissement estime que l'or pourrait franchir la barre symbolique des 2.000 dollars au cours des douze prochains mois. "La demande d'investissement en or a tendance à croître au début de la reprise économique, portée par les inquiétudes persistantes en matière de croissance et des taux réels plus faibles", explique-t-elle dans un rapport publié vendredi dernier.

Même son de cloche du côté de Citigroup pour qui la demande des ETF et des investisseurs qui passent par un marché de gré à gré va porter le cours du métal jaune durant le second semestre 2020.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés