L'or chéri par les investisseurs européens

Quand ni les actions ni les obligations ne parviennent à satisfaire les investisseurs et que les changes se distinguent par leur volatilité, il leur reste encore un actif où se réfugier et engranger des gains: l’or.

Pour les investisseurs européens, le métal jaune a atteint hier un nouveau sommet historique de 1.063,5 euros. Ce qui porte son appréciation sur l’année à +37 %. Depuis le début de son rally en 2001, l’once de métal a été multipliée quasi par trois.

Parmi les nombreux facteurs soutenant l’or, il y a, notamment, la Chine qui pourrait, en préambule à une dérégulation de ses marchés financiers, choisir le marché de l’or comme ballon d’essai.

La Chine, qui subit des pressions internationales très fortes pour, notamment, laisser sa devise flotter librement, pourrait décider de libéraliser son marché de l’or en guise de test grandeur nature. En août, la Banque centrale chinoise a laissé entendre que les banques commerciales chinoises seraient bientôt autorisées à exporter et importer davantage d’or. Un tour de passe-passe qui ouvrira le marché local du métal jaune et permettra à la Banque centrale de Chine d’y puiser davantage sans risquer de perturber le marché international.

Dans le même ordre d’idées, on a appris hier que la Chine avait autorisé le lancement du fonds Lion Fund Management, le premier fonds devant permettre aux investisseurs chinois d’investir dans les fonds indiciels (ETF et ETC) étrangers adossés à l’or.

Les Chinois constituent un soutien de long terme pour le marché de l’or.

 

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés