L'or est à nouveau un bon filon face à la correction des actions

©Bloomberg

L'investisseur belge qui a misé sur l'or à la fin du mois de septembre a gagné près de 12,5%. Le métal précieux a retrouvé son statut de valeur refuge alors que les marchés d'actions dépriment. Mais il est peut-être déjà tard pour espérer encore profiter de la remontée du cours du métal jaune.

L’or brille à nouveau. Alors que son cours avait été plombé par l’appétit pour le risque au début de l’année dernière, le métal précieux bénéficie désormais pleinement de son statut de valeur refuge face à la déprime des marchés d’actions. Ce jeudi, l’once d’or  a culminé à 1.292,39 dollars, un prix qui n’avait plus été atteint depuis le 14 juin dernier. Le cours du métal jaune avait touché un plancher le 16 août 2018, à 1.160,39 dollars après une chute de 15% depuis son sommet précédent. Depuis lors, il a rebondi de plus de 11%.

Exprimé en euro , le prix de l’or  affiche des statistiques encore plus spectaculaires, grâce à la récente progression du dollar. Ce jeudi, l’once du célèbre métal s’est traitée jusqu’à 1.137,58 euros, ce qui n’était plus arrivé depuis le 9 juin 2017. L’an dernier, entre le début du mois de juin et la fin de septembre, l’or avait vu son prix en euro fondre de 10%. Mais depuis lors, la remontée est impressionnante: un gain de près de 12,5%.

Couverture contre la baisse boursière

Rappelons qu’investir dans l’or revient à miser aussi en partie sur le billet vert puisque le métal est traité en dollar sur les marchés. La montée de la devise américaine  est donc tout bénéfice pour les investisseurs de la zone euro qui ont placé de l’or dans leurs portefeuilles.

Les gens s’intéressent davantage à l’or quand les marchés d’actions sont sous pression: ils recherchent le métal précieux en tant que refuge.
Peter Fung
Responsable du négoce chez Wing Fung Precious Metals

Certes, on reste bien loin des records historiques — 1.921,17 dollars en septembre 2011 et 1.386,51 euros en octobre 2012 — mais l’or est clairement de retour parmi les actifs préférés des investisseurs depuis quelques mois. Ces derniers cherchent à se couvrir contre la baisse des actions en Bourse. Le mois dernier a été le pire décembre de l’histoire du Bel 20 . L’indice belge a régressé de 18,5% en 2018. Quasiment tous les marchés d’actions de la planète ont subi un sort comparable.

"Les gens s’intéressent davantage à l’or quand les marchés d’actions sont sous pression: ils recherchent le métal précieux en tant que refuge", analyse Peter Fung, responsable du négoce chez Wing Fung Precious Metals, cité par l’agence Reuters.

De l’argent frais de fonds spéculatifs est probablement arrivé sur le marché, ce qui a contribué à pousser le prix de l’or à la hausse malgré le renforcement du dollar.
Jim Wyckoff
Analyste du négociant Kitco Metals

Pour l’investisseur particulier, il faut toutefois se méfier et éviter de prendre le train en marche trop tard. Le début de la remontée du prix de l’or date d’il y a déjà plus de trois mois. En outre, si on observe le cours de l’or durant les cinq dernières années, on constate qu’il a connu des hauts et des bas, avec des pics si situant aux alentours de 1.350 dollars. Si l’histoire se répète, il reste donc de la marge mais plus énormément.

Hausse spéculative?

D’ailleurs, la récente accélération de la hausse pourrait être due à la spéculation. "La tendance est à la hausse depuis peu, ce qui a suscité de l’intérêt pour des achats techniques", a expliqué à Reuters Jim Wyckoff, analyste du négociant Kitco Metals. "De l’argent frais de fonds spéculatifs est probablement arrivé sur le marché, ce qui a contribué à pousser le prix de l’or à la hausse malgré le renforcement du dollar."

Nous sommes très optimistes pour l’or; il y aura encore beaucoup d’incertitudes et de morosité en 2019.
Benjamin Lu
Analyste du courtier Phillip Futures

Généralement, la hausse du dollar affaiblit le cours de l'or car la montée du billet vert rend le métal précieux plus cher pour les détenteurs d'autres devises.

Certains pensent toutefois que le métal jaune continuera à rapporter dans les prochains mois, compte tenu des perspectives économiques et financières qui s’assombrissent. "Nous sommes très optimistes pour l’or; il y aura encore beaucoup d’incertitudes et de morosité en 2019", estime Benjamin Lu, un analyste du courtier Phillip Futures, interrogé par l’agence Bloomberg.

En attendant, l’investisseur belge qui aurait misé sur l’or à la fin du mois de septembre est un orfèvre en matière de placements car avec un bond de 8,82%, le cours de l’or exprimé en euro a enregistré, au quatrième trimestre 2018, sa meilleure performance trimestrielle depuis juin 2016.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect