Publicité

L'or sous pression à cause des perspectives monétaires

Des investisseurs craignent que la Fed relève ses taux plus vite que prévu, ce qui rendrait l'investissement en or moins attrayant. ©REUTERS

La peur de voir les taux d'intérêt grimper à cause de la Fed a fait reculer le prix de l'or à son plus bas niveau depuis mars. La montée du dollar joue aussi.

L'anticipation d'une montée des taux d'intérêt pèse sur le prix de l'or . Lundi matin, très tôt, le cours du métal jaune a chuté de plus de 4%, tombant ainsi à moins de 1.700 dollars l'once pour la première fois depuis le 31 mars. Le prix du métal précieux a ensuite réduit ses pertes, mais est resté orienté à la baisse, certains investisseurs ayant émis des craintes au sujet de la politique monétaire des États-Unis.

Une réduction des achats de la Fed ferait monter les taux, ce qui rendrait l'or moins intéressant au regard des placements productifs d'intérêts.

Les chiffres de l'emploi américain, publiés vendredi dernier, semblent traduire une reprise économique plus vigoureuse que prévu outre-Atlantique. D'aucuns pensent dès lors que la Réserve fédérale (Fed) pourrait réduire son soutien monétaire plus rapidement qu'escompté. Actuellement, la banque centrale des USA achète des actifs à hauteur de 120 milliards de dollars par mois. Une grande part de ces achats porte sur des obligations du Trésor américain, ce qui permet de maintenir sous pression les taux d'intérêt de ces titres de référence des marchés.

Si la Fed réduisait son programme d'achats, ça se traduirait par une montée de ces taux. Car quand le prix d'une obligation diminue sur le marché (ce qui serait le cas si un acheteur aussi important que la Fed se retirait), le coupon (rémunération annuelle liée à l'obligation) qui s'y rapporte devient plus grand en proportion de la valeur de l'obligation sur le marché.

Le billet vert fait pâlir le métal jaune

Comme l'or ne génère aucun rendement, il ferait les frais d'une telle montée des taux, car il deviendrait moins intéressant en comparaison avec les placements productifs d'intérêts. Vendredi dernier, après la publication des chiffres de l'emploi US, le cours de l'or avait déjà reculé de plus de 2%, cette statistique ayant été interprétée comme un argument en faveur d'un durcissement de la politique monétaire.

"Je serais favorable à un ajustement prochain des achats de la Fed."
Robert Kaplan
Membre de la Fed

Robert Kaplan, membre de la Fed, a tenu, vendredi dernier, des propos semblant accréditer un tel resserrement monétaire. "Je serais favorable à un ajustement prochain de ces achats mais, une fois que nous aurons commencé le processus d'ajustement, je préférerais probablement qu'il soit plus graduel", a-t-il déclaré à l'agence Bloomberg.

Un autre phénomène explique la déprime du cours de l'or. L'anticipation d'une remontée précoce des taux d'intérêt soutient le dollar. Les investisseurs qui veulent bénéficier d'une future hausse des rendements aux États-Unis deviennent acheteurs d'actifs libellés en dollar , ce qui soutient le cours du billet vert sur le marché des changes. La semaine dernière, l'euro a baissé de près de 1% face au dollar, passant d'environ 1,19 dollar à moins de 1,18 dollar.

Forte baisse de la demande des investisseurs

Comme le prix de l'or est libellé en dollar, son cours est étroitement lié aux fluctuations de la monnaie. En cas de hausse de la devise américaine, l'or devient tout à coup plus onéreux pour les détenteurs d'autres devises, ce qui affecte la demande d'or et fait baisser son prix. Fin juillet, le Conseil mondial de l'or avait constaté qu'au deuxième trimestre, la demande d'or des investisseurs avait considérablement baissé.

+550%
Hausse de l'or en 20 ans
Depuis août 2001, le cours de l'or a bondi de plus de 550%, passant de 265 à 1.739 dollars.

Pourtant, le métal jaune est généralement considéré comme un refuge face à la montée des prix à la consommation. Mais la récente poussée inflationniste ne semble pas lui profiter. Dans un article publié dimanche, le Wall Street Journal explique que les données historiques montrent qu'en réalité, la capacité de l'or à protéger le pouvoir d'achat ne se vérifie que sur de très longues périodes, de l'ordre d'un siècle ou plus.

Au cours des vingt dernières années, le cours du métal précieux a tout de même bondi de plus de 550%.

Le résumé

  • Les bons chiffres de l'emploi publiés vendredi dernier aux USA ont laissé craindre une remontée précoce des taux d'intérêt américains, ce qui a fait chuter le cours de l'or à son plus bas niveau depuis fin mars.
  • La Réserve fédérale pourrait être amenée à durcir sa politique monétaire plus vite que prévu, ce qui pénaliserait l'or en comparaison avec les placements productifs d'intérêts.
  • L'euro a perdu près de 1% face au dollar la semaine dernière. La montée du billet vert contribue également à la baisse du cours de l'or.
  • Le statut de valeur refuge du métal jaune face à l'inflation est à relativiser, selon les données historiques.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés