live

La baisse de Wall Street ne perturbe pas les marchés européens

Alors que la situation sanitaire inquiète toujours les investisseurs, les principaux indices européens ont clôturé en petite hausse. À la Bourse de Bruxelles, les investisseurs ont vivement salué les résultats trimestriels de Bekaert.
  • Fin du Market Live

    C'est ici que nous clôturons ce "Market Live". Merci de nous avoir suivi

    Au programme la semaine prochaine: les indicateurs économiques attendus dans les prochains jours devraient traduire le ralentissement de la reprise. La fin de semaine sera écourtée à Wall Street.

    Bon week-end!

  • Résumé de la séance

    Les principaux indices actions en Europe ont clôturé en petite hausse malgré la tendance baissière outre-Atlantique. "Les espoirs liés à l'arrivée d'un vaccin sont contrariés par le plan de relance américain" qui tarde à se concrétiser "et les craintes de l'impact du confinement" sur l'économie, a remarqué Joshua Mahony, analyste du courtier en ligne IG. "Toutefois, les ventes du commerce de détail au Royaume-Uni", un peu meilleures qu'attendu, "ont permis d'atténuer une partie de l'anxiété avant la période cruciale pour les détaillants", celle des fêtes de fin d'année.

    Le CAC 40 a progressé de 0,39%, le DAX allemand de 0,39% et le Footsie britannique de 0,27%. L'indice Stoxx Europe 600 a pris 0,52%, porté par les secteurs des matières premières (+1,54%), de l'énergie (+1,53%) et des services à la collectivité (+1,11%).

    À Bruxelles, le BEL 20 a clôturé sur une hausse de 0,36% à 3.585,66 points. Bekaert a bondi de 15,10% à 24,70 euros. Le spécialiste des fils d’acier a constaté, au cours des derniers mois, un tournant pour la plupart de ses marchés. Son chiffre d’affaires du troisième trimestre a augmenté de 24%, à 985 millions d'euros, par rapport au trimestre précédent. Il est toutefois en baisse de 8% d’une année sur l’autre. Un recul qui s’avère inférieur à ce que le consensus des analystes anticipait (-11%). "Un trading update solide de la part de Bekaert", résume Stijn Demeester d’ING.

  • Clôture des marchés européens

    AEX: +0,94%

    CAC 40: +0,39%

    BEL 20: +0,36%

  • Evans (Fed) déplore la fin de fonds de soutien du Trésor

    Le président de la Réserve fédérale de Chicago, Charles Evans, s'est déclaré déçu par la décision du secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, de mettre fin à plusieurs des principaux programmes de crédits à l'économie.  

    "Je pense que ce rôle de soutien peut être assez important pendant un certain temps, c'est donc décevant. La propagation du virus est en augmentation et il y a donc des risques (...) Il serait bon d'avoir plus de soutien venant de toutes les directions."
    Charles Evans
    président de la Réserve fédérale de Chicago

    Dans un courrier adressé jeudi au président de la Fed, Jerome Powell, Steven Mnuchin a réclamé la restitution de 455 milliards de dollars alloués au Trésor dans le cadre du CARES Act adopté au printemps afin de soutenir l'économie, une décision qu'a déploré la banque centrale plus tard dans un communiqué. Le patron de la Fed de Chicago a dit s'attendre à ce que des discussions se poursuivent entre Jerome Powell et le Trésor.

  • Wall Street recule face au risque d'un soutien réduit à l'économie

    La Bourse de New York évolue en légère baisse en début de séance, les investisseurs redoutant de voir les soutiens à l'économie et aux marchés diminuer alors que la crise sanitaire continue de s'aggraver. Après quelques minutes d'échanges, l'indice Dow Jones perd 54,35 points, soit 0,18%, à 29.428,88. Le Standard & Poor's 500, plus large, recule de 0,13% à 3.577,1 et le Nasdaq Composite cède 0,19% à 11.881,68.

    Les investisseurs sont préoccupés par la volonté du secrétaire au Trésor de Donald Trump, Stephen Mnuchin, de mettre fin à plusieurs programmes lancés depuis le début de la crise du coronavirus qui permettent à la Réserve fédérale d'accorder des prêts aux entreprises et aux collectivités locales. Ce choix inattendu est d'autant plus mal perçu que la deuxième vague de l'épidémie ne montre aucun signe d'affaiblissement aux Etats-Unis, ce qui a déjà conduit plus de 20 Etats du pays à instaurer des couvre-feux.

    Ces craintes pénalisent entre autres le secteur financier, dont l'indice S&P abandonne 0,63%.

  • | OPENING BELL |

    Wall Street ouvre en baisse: Dow Jones -0,13%, S&P 500 -0,05% et Nasdaq -0,07%

  • Le point sur la tendance en Europe

    Vers 15 heures à Bruxelles, les indices européens poursuivaient leur timide remontée. Le Bel 20 avance de 0,15% avec la majorité de ses éléments dans le vert. Aperam est en tête des hausses grâce à un gain de près de 2%. 

    Ailleurs en Europe, les indice progressent de 0,36% à 0,43%.

    Wall Street est attendue hésitante, le choix de l'administration Trump de priver la Réserve fédérale de centaines de milliards de dollars censés soutenir l'économie inquiétant les investisseurs américains. Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en repli de 0,2% pour le Dow Jones et de 0,1% le S&P500 tandis que le Nasdaq est indiqué en hausse de 0,15% 

  • 2021 est attendue avec impatience dans les salles de marché

    Les valorisations des actifs financiers évoluent de plus en plus en fonction de facteurs endogènes, soit internes, et sont davantage déterminés par des tendances de fond et par le biais des investisseurs que par des éléments exogènes comme par exemple l'arrivée d'un vaccin ou des indicateurs macroéconomiques, avance Peter de Coensel, directeur des investissements obligataires chez Degroof Petercam.

    La semaine prochaine, semaine qui sera écourtée aux Etats-Unis par la fête de Thanksgiving, les investisseurs n'en suivront pas moins les résultats préliminaires des enquêtes auprès des directeurs d'achat (PMI) sur l'activité du secteur privé dans les économies européennes qui seront publiés lundi.

    Ils liront également avec attention le compte rendu de sa réunion monétaire de novembre que publiera mercredi la Réserve fédérale, dont les marchés attendent qu'elle se montre encore plus accommodante dès le mois de décembre.

    Si les semaines qui viennent pourraient, selon plusieurs gérants et analystes, être marquées par des turbulences, les acteurs des marchés sont nettement plus optimistes pour l'année prochaine, qui approche à grands pas et succédera à un millésime 2020 qu'ils ne sont pas près d'oublier. "Nous pensons que 2021 sera l'année du renouveau", estime ainsi Mark Haefele, directeur des investissements d'UBS Global Wealth Management, avant d'évoquer les effets combinés de la reprise de la croissance, de politiques budgétaires et monétaires expansionnistes, de la mise en place d'un vaccin et d'une nouvelle donne politique.

  • L'appel à l'aide du secteur aérien

    En marge de son assemblée générale annuelle, l'Iata, l'association internationale du transport aérien, a chiffré les besoins du secteur aérien pour surmonter la crise. L'Iata indique avoir besoin de 70 à 80 milliards de dollars pour que les compagnies aériennes puissent survivre à la crise. Une enveloppe qui viendrait s'ajouter aux 160 milliards de dollars versés depuis le début de la crise sanitaire par les gouvernements.

    "Nous leur sommes d'ailleurs extrêmement reconnaissants d'avoir injecté 160 milliards de dollars dans le secteur. Ce que nous leur disons pour passer cette période difficile, c'est que pour les prochains mois, les besoins de l'industrie devraient être évalués à 70 à 80 milliards de dollars d'aides supplémentaires. Sinon des compagnies ne survivront pas."
    Alexandre de Juniac
    Président de l'Iata

    'Iata s'attend à une lente reprise de l'activité avec un retour du trafic à un niveau d'avant-crise seulement en 2024, le nombre de passagers devant rester en baisse de 30% l'année prochaine. "Nous estimons que le trafic aérien représentera fin 2020 33% de son niveau de 2019, puis, nous l'espérons, 50% à 60% à fin 2021", a précisé son président-directeur général.  

  • ING voir l'euro monter à 1,25 dollar en 2021

    Le dollar américain chutera de 5 à 10% par rapport à la plupart des devises l’an prochain, prévoit ING. La banque note que la politique monétaire et budgétaire très accommodante aux États-Unis aura pour effet d'augmenter les anticipations d’inflation.

    En outre, les taux d’intérêt réels américains restent négatifs en raison de la politique de taux zéro de la Réserve fédérale.

    Selon les projections d'ING, l’euro passera à 1,22 dollar au deuxième trimestre de 2021 et à 1,25 dollar au quatrième trimestre, contre près de 1,19 dollar actuellement. 

  • La tendance haussière se confirme en Europe

    Le Stoxx 600 affiche, pour l'instant, une hausse de 1,15% sur la semaine et le CAC 40 un gain de 0,97%, tous deux s'acheminant ainsi vers une troisième hausse hebdomadaire d'affilée, ce qui serait une première depuis début juin.

    Selon les données hebdomadaires de Bank of America et EPFR, le regain récent d'appétit pour le risque s'est traduit par un afflux de 27 milliards de dollars sur les fonds en actions en une semaine, soit un total sans précédent de 71,4 milliards en deux semaines.

  • Découvrez les conseils de notre coach pour le Rallye Boursier

    Kévin Jacobs, analyste chez L’Investisseur, est notre coach pour le Rallye Boursier de cette année. Chaque semaine, il prodiguera ses conseils d’investissement dans le cadre du concours. Fallait-il miser sur Moderna, comme l’ont fait beaucoup de participants lundi dernier, après l’annonce d’une efficacité à 94,5% de son candidat vaccin contre le coronavirus ? Y avait-il d’autres opportunités à saisir? Des questions auxquelles il répond dans cette vidéo.

    "N'achetez pas tout de suite après une bonne nouvelle" - Le conseil du coach du Rallye Boursier

  • Les principales valeurs à suivre à Wall Street

    * GILEAD SCIENCES - Un comité de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré ce vendredi que l'usage du remdesivir, un médicament de Gilead, n'était pas recommandé dans le traitement des malades du Covid-19 hospitalisés, faute de preuves de sa contribution à l'augmentation de l'espérance de vie ou à la réduction du besoin d'assistance respiratoire.

    * PFIZER - L'Union européenne pourrait débourser plus de 10 milliards de dollars (8,4 milliards d'euros) pour s'assurer un approvisionnement en centaines de millions de doses des vaccins contre le coronavirus développés par le duo Pfizer-BioNTech et par CureVac, a appris Reuters de source européenne proche des discussions.

    * SINOVAC BIOTECH - Le laboratoire chinois spécialisé dans les vaccins pourrait disposer, dès le mois prochain, des premiers résultats des essais chez l'homme de son vaccin contre le Covid-19, a déclaré l'un de ses dirigeants.

  • UPDATE | Briefing actions belges

    Nouveau fan pour Galapagos | Bekaert bondit | Avis de brokers sur une biotech, Xior, ING et VGP (+Briefing)

  • Pfizer ne perd pas de temps

    Le laboratoire Pfizer a demandé à la FDA, le régulateur américain, une autorisation d’utilisation d’urgence pour son vaccin contre le Covid-19. 

    Le duo Pfizer-BioNTech a fait savoir mercredi que son candidat vaccin était efficace à 95% et qu'il ne présentait aucun effet secondaire majeur. 

    Pfizer s'attend à ce que la FDA accorde son autorisation d'ici la mi-décembre piour commencer ses premières livraisons dans la foulée. Cinquante millions de doses devraient être disponibles dès 2020, de quoi vacciner 25 millions de personnes.

    Un comité consultatif de la FDA doit se réunir du 8 au 10 décembre pour évoquer le vaccin de Pfizer et BioNTech, a dit une source de Reuters qui précise toutefois que cet agenda pourrait être modifié. 

  • KBC, grand gagnant du vaccin Pfizer-BioNTech

    Après un timide départ, le Bel 20 évolue confortablement dans le vert à la mi-séance, gagnant 0,6% pour se rapprocher des 3.600 points. L'indice de référence à Bruxelles a pris près de 13% depuis l'annonce, le 9 novembre dernier, de l'efficacité du candidat vaccin de Pfizer et BioNTech à plus de 90%. Voici la performance des sociétaires du Bel 20 depuis cette date: 

    TOPS

    KBC : +31% 
    Barco: +29% 
    ING : +27% 
    Aperam : +18% 
    Solvay : +18% 

    FLOPS

    WDP: -7% 
    UCB: -4% 
    Argenx: -3% 
    Colruyt: -2% 
    Galapagos: +4% 

  • Le pétrole avance

    Les cours du pétrole s'affichent en hausse ce vendredi, portés par les avancées des vaccins contre le Covid-19 et le retour des négociations autour d'un plan de relance aux États-Unis, les investisseurs restant cependant attentifs à une possible mésentente au sein de l'Opep+.

    Vers 12h30 à Bruxelles, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier gagnait 1,13% par rapport à la clôture de jeudi, à 44,71 dollars. À New York, le baril américain de WTI pour décembre, dont c'est le dernier jour de cotation, grimpait de 0,65%, à 42,01 dollars. Les deux cours de référence gagnaient autour de 4% depuis le début de la semaine.

    "Les inquiétudes concernant la demande, qui pèsent sur les prix depuis le printemps, font maintenant place à des espoirs de reprise économique, grâce, notamment, au lancement imminent des vaccins. En revanche, la discipline de production de l'Opep+, le principal facteur de soutien de l'offre, pourrait s'essouffler."
    Eugen Weinberg
    Analyste de Commerzbank

     

  • La Bourse de Bruxelles gagne du terrain à mi-séance

    Aperam (+2,05%), Barco (+1,61%), mais aussi Sofina (+1,36%), se distinguent au sein d'un Bel 20 qui s'adjuge 0,61% à 3.594,36 points. De l'autre côté du spectre, se situent des groupes comme Telenet (-0,53%), Proximus (-0,38%) et Ackermans & van Haaren (-0,16%). Des 20 actions qui le composent, 16 sont en hausse et 4 en baisse. 

    Hors Bel 20, Bekaert (+16,68%), Balta (+7,88%) et Kinepolis (+5,14%) pointent en tête, alors que les plus fortes baisses sont Qrf (-2,4%), Exmar (-2,15%) et Bois Sauvage (-1,94%).

    Euronext Bruxelles

    TOP
    • Valeurs Cours (€) Var.%
    • Bekaert 25,1 +16,96%
    • Balta 1,99 +7,88%
    • Kinepolis 36,75 +5%
    • Campine 22,0 +3,77%
    • MDxHealth 0,89 +3,74%
    FLOP
    • Valeurs Cours (€) Var.%
    • Nyrstar 0,18 -8,91%
    • ADVICENNE PROMESSE 7,7 -3,75%
    • Cenergy 1,9 5-2,5%
    • Qrf 12,2 -2,4%
    • Exmar 2,27 -2,15%

      Rédigé par Quotebot le 20/11/2020 à 12h02
  • Bekaert s'envole en bourse grâce à des prévisions inattendues

  • Benvenuto Milano!

    Les actionnaires d’Euronext ont donné leur "fiat" à l’acquisition de la Bourse de Milan avec une écrasante majorité de 99,9%. Début novembre, les actionnaires du vendeur, à savoir la Bourse de Londres, avaient également approuvé la transaction annoncée en octobre par l'opérateur paneuropéen pour la somme de 4,33 milliards d'euros et attendue de manière effective "d'ici la fin du premier semestre 2021". 

    Euronext, l'opérateur des Bourses d'Amsterdam, Bruxelles, Dublin, Lisbonne, Olso et Paris a également modifié sa gouvernance, en incluant deux représentants italiens au Conseil de surveillance, ainsi que l'entrée d'un représentant de la Caisse des dépôts italienne et d'un de la banque italienne Intesa Sanpaolo parmi ses actionnaires de référence.  

    Le rachat est encore suspendu au feu vert de la Commission européenne concernant l'acquisition par le vendeur de Borsa Italiana, le London Stock Exchange, du groupe américain de données financières Refinitiv. 

  • Sofina au sommet

    Sofina , le holding des familles Boël, s'illustre dans le haut du classement du Bel 20, ce vendredi, avec une hausse de plus de 1% lui permettant de grimper à 264 euros, un sommet historique. Sofina, qui a beaucoup misé sur les valeurs technologiques en 2020, gagne, en outre, près de 35% depuis le début de l'année. 

  • Le point sur la tendance en Europe

    À 11 heures, les marchés européens poursuivaient leur timide remontée, mais la décision inattendue du gouvernement américain d'arrêter le financement de certains programmes d'urgence de la Réserve fédérale incite à la prudence.

    Le Bel 20 avance de 0,33%. À Paris, l'indice CAC 40 gagne 0,52% et, à Francfort, le Dax prend 0,37%. Londres et son FTSE 100 s'octroient 0,14%. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro est en hausse de 0,43% et le Stoxx 600 de 0,49%.

    L'indice européen des ressources de base et celui de l'énergie signent les plus fortes hausses avec des gains respectifs de +1,5% et +1,1%. Le secteur de la distribution n'est pas loin derrière, son indice Stoxx prenant 0,99%. Le géant Amazon a annoncé, jeudi soir, le report au 4 décembre de l'opération promotionnelle "Black Friday" en France alors que le confinement oblige une partie des commerces à rester fermés dans l'Hexagone.

    Le groupe d'immobilier commercial Unibail-Rodamco-Westfield prend 1,28%, mais la plus forte hausse du CAC revient à TechnipFMC avec +2,1%. Europcar gagne 10% après avoir dit jeudi poursuivre les discussions avec les créanciers afin, notamment, de réduire le niveau de sa dette.

    Ailleurs en Europe, BPER Banca gagne 2,14% après que son principal actionnaire s'est déclaré très favorable à une fusion avec Banco BPM, qui prend 3,61%.

    Zalando gagne 1,49% après avoir dit anticiper une accélération de la croissance des ventes l'année prochaine. 

  • La fusion PSA-Fiat Chrysler chamboule les cotations des deux groupes

    PSA et FCA ont obtenu l'approbation de l'autorité néerlandaise des marchés financiers à leur prospectus relatif à la cotation des actions Stellantis, nouvelle étape de la fusion entre les deux constructeurs.

    Dans un communiqué, les deux groupes indiquent que les actions FCA NV de la Bourse d'Amsterdam, qui seront renommées Stellantis dans le cadre de la fusion transfrontalière, seront cotées à la bourse italienne et sur le marché réglementé d'Euronext Paris à l'issue de la clôture de l'opération.

    La société mère néerlandaise sera également cotée sur le New York Stock Exchange.

    L'accord de fusion prévoit que les actionnaires de PSA reçoivent 1,742 action de la nouvelle entité pour chacune de leur action PSA, tandis que les actionnaires de FCA recevront une action de la nouvelle entité pour chacune de leur action FCA.

  • Les jeux Roblox en route pour Wall Street

    La plateforme de jeux Roblox, très populaire chez les enfants et les jeunes adolescents, espère lever un milliard de dollars en faisant son entrée en bourse. 

    La société californienne, qui permet aux utilisateurs de créer leurs propres expériences immersives en 3D, a généré un chiffre d'affaires de 589 millions de dollars sur les neuf premiers mois de l'année, et dégagé un flux de trésorerie d'exploitation de 345 millions de dollars.  

    Selon les documents financiers publiés en vue de son introduction en bourse, Roblox n'est pas encore rentable. Elle a enregistré une perte nette de 203,2 millions de dollars sur les neuf premier mois de l'année.  

    Roblox tire ses revenus des dépenses des utilisateurs. Si jouer est gratuit, il faut se procurer des "Robux", une monnaie virtuelle, pour réaliser des achats dans le jeu, personnaliser son personnage ou avancer plus rapidement. Des revenus partagés avec les créateurs de mini-jeux.  

  • Kepler Cheuvreux réduit son objectif de cours pour Celyad

    Kepler Cheuvreux a mis à jour sa recommandation sur Celyad  . L'objectif de cours passe de 17,4 euros à 13,4 euros, ce qui représente toutefois une prime de près de 100% par rapport au prix actuel de l'action. Le broker dit voir " toujours un grand potentiel", notamment sur le marché hautement concurrentiel des thérapies CAR-T contre le cancer. 

  • Carmignac Patrimoine met le cap sur la Chine

    Cela fait près de deux ans que les deux successeurs d’Edouard Carmignac sont à la barre du fonds amiral Carmignac Patrimoine, présent dans de nombreux portefeuilles belges. Le tandem croit beaucoup à la Chine, s’attend à un recul du dollar et mise sur la hausse de l’or.

    Lire | Carmignac Patrimoine met le cap sur la Chine

  • Europcar renégocie sa dette

    Europcar  monte de 17% sur le marché parisien. Le loueur de voitures négocie avec ses créanciers pour réduire "significativement" le niveau de sa dette, qui a explosé avec la crise sanitaire.

    Les Echos avaient indiqué jeudi qu'une partie des créanciers du loueur seraient prêts à convertir un milliard d'euros de dette en échange du contrôle de 92 à 97% du capital. La dette du groupe s'élevait à 1,3 milliard d'euros au 30 septembre, contre 880 millions d'euros fin 2019.   

  • Bekaert grimpe

    Le spécialiste de la transformation de fil d'acier et des techniques de revêtement a surpris la cote avec un très bon bulletin trimestriel. L'action Bekaert  gagne plus de 10% sur le marché secondaire de la Bourse de Bruxelles. Il faut remonter au premier trimestre de cette année pour retrouver un cours en aussi bonne forme du côté de Bekaert. 

     

  • Changement de tendance sur le Dax

    Après une ouverture dans le rouge, la Bourse de Francfort a rapidement changé de direction pour grappiller 0,15% vers 9h45.

  • Balta: +75% en novembre

    L'action Balta  poursuit sa remontée folle. Le titre du producteur de tapis grimpe de 7% à l’ouverture et porte sa progression sur l'ensemble du mois de novembre à près de +75%. Le groupe textile a publié un trading update rassurant au début du mois.

  • Ouverture prudente à Bruxelles

    La Bourse de Bruxelles reste proche de l'équilibre à l'ouverture. 10 minutes après les premiers échanges, le Bel 20 avance de 0,20% avec Galapagos (+1,49%) en tête. 

    Hors Bel 20, Bekaert (+9,13%) profite pleinement de son très beau bulletin trimestriel. 

    Xior recule de 2,2% après l'annonce du succès de son augmentation de capital. 

    La SIR VGP monte de 2,19% dans la foulée de son très optimiste trading update. 

  • Europe | Opening bell

    BEL20 : -0,09% 
    CAC40 : -0,18% 
    AEX : -0,06% 

  • Les Treasuries reculent

    Dans une lettre adressée au président de la Réserve fédérale Jerome Powell, le secrétaire US au Trésor Steven Mnuchin a demandé à ce que le fonds de 455 milliards de dollars alloué au Trésor dans le cadre de la loi CARES au printemps, dont une grande partie a été mise de côté pour soutenir les prêts de la Fed aux entreprises, aux organisations à but non lucratif et aux gouvernements locaux, soit disponible pour être réaffecté par le Congrès. "La division entre le Trésor et la Fed risque de saper la foi inébranlable que les investisseurs ont placée dans un soutien politique continu pour aider l'économie à surmonter la pandémie", se sont inquiétés les analystes de DBS dans une note.

    La décision de Steven Mnuchin sur la fin programmée d'un programme de prêts de la Fed a poussé les rendements obligataires vers le bas. Le taux des Treasuries à dix ans recule de près de trois points de base, à 0,8292%, au plus bas depuis le 9 novembre. En Europe, le rendement du Bund allemand à dix ans reculait légèrement dans les premiers échanges, à -0,581%.

    Du côté des devises, le dollar est stable face à un panier de devises de référence, dont l'euro, qui se traite à 1,187 USD.

  • Un nouveau fan pour Galapagos

    Maxim, le gestionnaire d'actifs américain, a commencé à suivre l'action Galapagos . À l'achat sur la biotech, Maxim mise sur un objectif de cours de 170 dollars, ce qui représente environ une prime de 40% par rapport au cours de clôture de ce jeudi.

    Après le coup de frein subi par son traitement phare aux États-Unis, Galapagos a sérieusement été attaqué en bourse. Son titre a fondu de près de 45% depuis le début de l'année et évolue à présent à ses niveaux du mois de juin 2019.

  • Rallye Boursier | La question du jour

    Quelle entreprise cotée a son siège social dans une rue qui porte son nom? 

    > Bekaert
    > Solvay 
    > Roularta  

    Participez au Rallye Boursier

    La nouvelle édition du Rallye Boursier 2020-2021, organisé par l’Echo et le Tijd, a démarré le 16 novembre et se poursuit jusqu'au 22 janvier. 

     > PARTICIPEZ AU RALLYE BOURSIER 

  • Xior lève 55 millions d'euros

    Succès pour l'augmentation de capital de Xior. Le champion national des kots pour les étudiants a vendu 1.093.611 nouvelles actions par le biais d’un placement privé accéléré à un prix d’émission de 50 euros par action. Au total, 54,7 millions d’euros ont été levés auprès d'investisseurs institutionnels pour financer sa croissance.

  • Les valeurs à suivre en Europe

    ALTICE EUROPE a enregistré au troisième trimestre des résultats meilleurs que prévu et renoué avec la croissance de son chiffre d'affaires, même si son endettement n'a quasiment pas varié et que ses flux de trésorerie se sont taris, a annoncé jeudi le groupe télécoms, tout en confirmant ses objectifs annuels.

    ILIAD est ouvert à l'idée d'un partage de réseau mobile avec son concurrent ORANGE afin de réduire les coûts liés au développement de la technologie 5G, a déclaré jeudi son directeur général, Thomas Reynaud.

    VEOLIA a salué, jeudi, la décision du tribunal de commerce de Nanterre interdisant à SUEZ de prendre toute initiative qui rendrait irrévocable le dispositif plaçant ses activités Eau en France dans une fondation de droit néerlandais.

    BIONTECH - L'Union européenne pourrait débourser plus de 10 milliards de dollars (8,4 milliards d'euros) pour garantir l'accès à des centaines de millions de doses des candidats vaccins que développe Pfizer, en association avec BioNTech et CureVac.

    SWISS RE a confirmé, ce vendredi, ses objectifs financiers malgré les défis posés par la crise sanitaire.

    AIRBUS et Boeing se tourneront probablement vers les moteurs hybrides pour leur nouvelle génération d'avions, a déclaré jeudi le patron d'Air Lease Corp, une grosse société de leasing d'avions commerciaux.

    ERAMET - Le conseil d'administration de la SLN, division nickel du groupe minier, a annoncé jeudi la nomination de Guillaume Verschaeve au poste de directeur général. Il succède à Colin McGibbon.

    SAFRAN - Berenberg relève sa recommandation à  "acheter", contre "conserver", et remonte son objectif de cours à 140 euros, contre 98 euros.

  • Les indices européens attendus sans grand changement

    Les principales bourses européennes devraient ouvrir sur une note stable ce vendredi, la prudence l'emportant face à la résurgence des cas de coronavirus dans le monde et les doutes sur un soutien financier à l'économie aux États-Unis. Les contrats à terme signalent un repli symbolique de 0,03% pour le Dax à Francfort, une hausse de 0,13% pour le FTSE à Londres et une progression de 0,06% pour l'EuroStoxx 50 en début de séance.

  • Les ventes trimestrielles plus importantes qu'attendu pour Bekaert

    Bekaert note une éclaircie dans cette crise pandémique. "Malgré un chiffre d'affaires total inférieur à celui de l'année dernière, nous prévoyons que l'ebit sous-jacent pour l'ensemble de l'année 2020 se situera autour du niveau de 2019, ce qui se traduira par une amélioration de la  marge ebit sous-jacente", lit-on dans un communiqué.  

    Le tréfileur maintient également son objectif d'une amélioration plus rapide que prévu de l'endettement net sur ebitda sous-jacent pour fin 2020. En 2019, le résultat opérationnel ressortait à 242 millions d'euros. Pour cette année, les analystes visent 196 millions d'euros.

    Pour le troisième trimestre, Bekaert fait état d'un chiffre d'affaires consolidé de 985 millions d'euros, en hausse, certes, de 24% par rapport au trimestre précédent, mais en recul de 8% sur base annuelle. Les analystes tablaient sur un chiffre d'affaires de 954 millions.

  • Résultat net en hausse pour Cofinimmo

    Le sociétaire du Bel 20 spécialisé dans l'immobilier de location a vu son résultat net gonfler de 14%, à 138 millions d'euros, au cours des neuf premiers mois de son exercice 2020, c'est 14% de mieux que la performance réalisée en 2019 sur la même période. Cofinimmo   s'attend ainsi à dégager un bénéfice par action pour l'exercice en cours dans le haut de la fourchette de ses estimations, soit entre 6,60 et 6,85 euros par action. 

    Connu pour ses activités dans l'immobilier de bureaux, la SIR a amorcé depuis quelques années un virage dans l'immobilier de santé. Ce secteur, fiscalement plus attractif, pèse à présent près de 60% dans le portefeuille immobilier de Cofinimmo. 

    La société immobilière a confirmé, par ailleurs, sa prévision de dividende brut de 5,80 euros par action. 

  • Solide trimestre pour VGP

    Le spécialiste de l'immobilier logistique a toujours le vent en poupe. VGP   a publié jeudi soir son traditionnel trading update. La SIR a signé près de 35 millions d'euros de nouveaux baux depuis le 1er janvier, ce qui permet à ses revenus locatifs de grimper de 13,5%, à 176 millions d'euros, sur un an. 

    Dans les cartons de VGP, on retrouve, en outre, 31 projets en cours de construction, soit un soutien potentiel de 48 millions d'euros pour les comptes de la société cotée à Bruxelles. Près de 80% de ces projets ont déjà trouvé preneurs. 

    Pour les dernières semaines de son exercice 2020, VGP s'attend à une forte activité, notamment grâce au boom de l'e-commerce, un secteur friand de grands espaces d'entreposage comme en loue VGP. 

  • La déflation s'est accélérée au Japon

    Les prix à la consommation au Japon ont chuté en octobre à un rythme jamais vu depuis neuf ans, affectés, notamment, par une campagne du gouvernement nippon pour soutenir le secteur national du tourisme, fragilisé par la pandémie. Les prix à la consommation (hors produits frais) se sont repliés de 0,7% en octobre sur un an, selon les chiffres du ministère des Affaires intérieures en ligne avec le consensus d'économistes Bloomberg.

    Le repli a encore été accentué par une comparaison défavorable sur un an, alors que la hausse de la TVA japonaise à partir d'octobre 2019 soutenait artificiellement l'inflation. 

  • Wall Street limite la casse, Tokyo recule

    Les marchés américains ont terminé in extremis dans le vert jeudi, soutenus par les espoirs autour d'un plan de relance. Mais cet élan d'optimisme a tourné court.

    À la clôture des marchés US, les investisseurs ont appris, en effet, que l'administration Trump et la Fed ne voyaient pas les choses de la même manière. Le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin et la Réserve fédérale se sont ainsi publiquement opposés, jeudi après-bourse, sur l’opportunité d’étendre les programmes de prêts d’urgence de la banque centrale en cas de pandémie. Une bisbrouille qui a fait plonger les futures des indices de la Bourse de New York. 

    L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a fini en baisse, ce vendredi, pour la troisième journée consécutive, la résurgence des nouvelles infections au coronavirus au Japon nourrissant les craintes de l'instauration de mesures de restriction. L'indice Nikkei a perdu 0,42% à 25.527,37 points. 

  • Good morning!

    Bonjour à toutes et à tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo pour cette édition du vendredi 20 novembre 2020.

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés