Publicité

La Banque d'Angleterre trop gourmande en notes de frais

Sur les 52 voyages qu'a effectués Mark Carney en deux ans, le gouverneur de la Bank of England a dépensé 312.000 livres en frais de déplacements. Soit 6.000 livres (6.800 euros) par séjour. ©Photo News

Près de dix ans après le scandale des frais parlementaires, la banque centrale anglaise n’a pas tout à fait retenu la leçon.

La divulgation des comptes de la banque centrale britannique, effectuée lors d’une réunion du Treasury Committee, a mis en évidence le train de vie somptuaire de plusieurs dirigeants, dont le gouverneur Mark Carney, qui a pris ses fonctions en 2013 en provenance de la Banque centrale du Canada.

Celui-ci a dépensé 312.000 livres en deux ans en frais de déplacements, pour 52 voyages. Soit une moyenne de 6.000 euros (6.800 livres) pour des séjours très courts.

Deux dirigeants de la banque centrale, basés aux Etats-Unis, ont également été pointés du doigt. Anil Kashyap et Donald Kohn ont en effet accumulé à eux deux 390.000 livres en frais de déplacement et d’hébergement en un peu plus de deux ans et demi. Parmi ces déplacements, un vol Washington – Londres à 8.000 livres. Ces deux dirigeants siègent au Comité de politique monétaire, qui se tient quatre fois par an.

Le coût de la cérémonie de fin d’année (près de 100.000 livres), a également été critiqué par les parlementaires du Treasury Committee, notamment le député conservateur Simon Clarke, qui a affirmé que les électeurs de sa circonscription resteraient "bouche-bée" devant de tels chiffres.

Mark Carney a justifié le niveau élevé de ces dépenses par "le contexte dans lequel la Banque opère, au cœur du plus grand centre financier du monde, et aussi le plus complexe". Il a aussi estimé que les dirigeants de la banque devaient fréquemment se déplacer en dehors de Londres pour des réunions internationales, où "ils mènent les discussions".

Bradley Fried, le prochain président de la Court of the Bank of England, la structure qui chapeaute le budget et les activités de la banque centrale, prendra ses fonctions le 1er juillet. Il a admis que certaines dépenses étaient "stupéfiantes" et qu’une réflexion allait être menée pour une meilleure gestion financière.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés