analyse

La BCE acte son nouvel objectif d'inflation à 2%

Christine Lagarde a indiqué que les nouvelles projections économiques attendues en septembre auraient "certainement un impact" sur la politique monétaire. ©REUTERS

La Banque centrale européenne a adapté sa "forward guidance" à son nouvel objectif d'inflation, comme attendu. Pour le reste, il faudra attendre septembre.

La Banque centrale européenne (BCE) a laissé sa politique monétaire inchangée ce jeudi, ce qui était largement anticipé: les taux d'intérêt directeurs restent au plancher et les achats d'actifs continuent au même rythme. La seule grande nouveauté est l'adaptation de la "forward guidance" (indication pour l'avenir) au nouvel objectif d'inflation.

La BCE avait révisé ce dernier il y a deux semaines: elle ne cible plus une hausse des prix légèrement inférieure à 2% mais bien une inflation de 2%, un objectif qui est en outre symétrique, ce qui autorise un dépassement de ce seuil pour compenser un niveau trop faible auparavant. Pour tenir compte de ce nouvel objectif, la BCE devait modifier sa "forward guidance", qui permet aux investisseurs d'anticiper suffisamment tôt un éventuel changement de politique monétaire.

2%
Objectif d'inflation
La BCE maintiendra ses taux directeurs jusqu'à ce qu'elle voie l'inflation atteindre 2% bien avant la fin de son horizon de projection, a-t-elle annoncé jeudi.

Le communiqué publié ce jeudi à Francfort, après la réunion du conseil des gouverneurs, son organe décisionnel, a donc été adapté en ce sens: "Le Conseil des gouverneurs prévoit que les taux d'intérêt directeurs de la BCE resteront à leurs niveaux actuels ou à des niveaux plus bas jusqu'à ce qu'il constate que l'inflation atteint 2% bien avant la fin de son horizon de projection et durablement sur le reste de son horizon de projection, et qu'il juge les progrès de l'inflation sous-jacente suffisants pour être compatibles avec une stabilisation de l'inflation à 2% à moyen terme. Cela peut également donner lieu à une période transitoire pendant laquelle l'inflation sera légèrement supérieure à l’objectif."

"Bien avant la fin de l'horizon"

L'intérêt de cette nouvelle "forward guidance" est qu'elle est plus précise quant au moment où le niveau d'inflation justifiera un resserrement monétaire: il faudra une inflation de 2% "bien avant la fin de l'horizon de projection". Chaque trimestre, la BCE établit de nouvelles prévisions économiques qui portent sur les trois années à venir. En juin, elle a fait part de ses projections pour 2021, 2022 et 2023. Mais en décembre, les prévisions iront jusqu'en 2024. Les investisseurs s'interrogent donc sur la signification des termes "bien avant la fin de l'horizon de projection".

"Les projections économiques de septembre auront certainement un impact."
Christine Lagarde
Présidente de la BCE

Cela peut, en effet, avoir un impact sur le moment où les taux directeurs seront relevés. Questionnée à ce sujet, Christine Lagarde est restée volontairement vague: "cela se réfère à peu près au milieu des prévisions", a-t-elle indiqué, en précisant qu'il serait trompeur d'en déduire que ce serait après un an ou après deux ans.

Rendez-vous en septembre

La nouvelle "forward guidance" n'a pas été adoptée à l'unanimité par les membres du conseil, mais à "une écrasante majorité", a précisé la présidente de la BCE. Au sein du conseil, certains "faucons", soit des partisans d'une attitude plus ferme de la banque centrale, s'opposent régulièrement à une politique monétaire qu'ils jugent trop généreuse.

"C'est un peu comme du vieux vin dans une nouvelle bouteille."
Carsten Brzeski
Chef économiste d'ING en Allemagne

La présidente de la BCE a aussi été interrogée sur le futur des achats d'actifs visant à soutenir l'économie face à la crise. Toute décision à ce sujet devra attendre septembre, a fait savoir Christine Lagarde, justifiant cela par la publication de nouvelles projections économiques à ce moment-là. Celles-ci "auront certainement un impact", a-t-elle assuré.

Pour Carsten Brzeski, chef économiste d'ING en Allemagne, la communication de la BCE de ce jeudi "est un peu comme du vieux vin dans une nouvelle bouteille", car elle a simplement confirmé ce qui avait été annoncé quinze jours plus tôt lors de la présentation du nouvel objectif d'inflation. Pour du neuf, il faudra attendre septembre.

Le résumé

  • La BCE a laissé sa politique monétaire inchangée et a adapté sa "forward guidance" à son nouvel objectif d'inflation de 2%.
  • Désormais, il faudra que la BCE voie une inflation à 2% "bien avant la fin de son horizon de projection" pour envisager un relèvement des taux d'intérêt directeurs.
  • Christine Lagarde est restée volontairement floue sur cette notion importante, qui vise "à peu près le milieu des projections", a-t-elle dit.
  • Pour une décision sur le futur des mesures de soutien de la BCE, il faudra attendre la prochaine réunion de l'institution, en septembre.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés