Publicité

La BCE et la Chine s'attaquent aux cryptomonnaies

Le bitcoin a perdu environ 40% par rapport à son sommet de 64.863 dollars, atteint le 14 avril. ©REUTERS

La Banque centrale européenne a mis en garde contre les cryptomonnaies, faisant écho aux propos tenus par Pékin ce mercredi. Le bitcoin est en chute et entraîne les autres cryptomonnaies dans son sillage.

Le bitcoin a décidément connu des jours meilleurs. Il y a moins d'une semaine, des tweets d’Elon Musk avaient déjà fait plonger son cours. C’est maintenant au tour de la Banque centrale européenne (BCE) et de la Chine d'enfoncer la cryptomonnaie.

En course de séance, la principale monnaie numérique cotait en effet à 30.066 dollars, cédant alors près de 30%, alors qu'elle valait encore 43.602 dollars en début de matinée. Le cours du bitcoin a quelque peu ralenti sa chute et remontait vers les 37.000 dollars à la clôture des marchés européens.

Dans son sillage, le cours d'autres cryptomonnaies ont dégringolé en bourse ce mercredi. Le dogecoin a perdu ainsi environ 30%, tandis que l'ethereum a cédé 27%.

Les valeurs liées aux cryptomonnaies souffrent également de la chute du bitcoin après le durcissement de la réglementation chinoise du secteur: à l'ouverture de Wall Street, Coinbase abandonnait 9,51%, Silvergate Capital 8,89%, Riot Blockchain 11,42%.

Coinbase, en particulier, connait des problèmes de connexion sur sa plateforme en raison du nombre impressionnant d'échanges. Tesla cédait, de son côté, près de 5% dans les premiers échanges.

887
milliards $
Le marché des crypto a fondu de 887 milliards de dollars en l’espace d’une semaine.

Selon les chiffres la plateforme CoinMarketCap, qui répertorie près de 10.000 monnaies virtuelles, la capitalisation totale du marché des cryptomonnaies est passée de 2.547 milliards de dollars le 12 mai dernier à 1.660 milliards de dollars ce mercredi. Autrement dit, le marché des crypto a fondu de 887 milliards de dollars en l’espace d’une semaine.

"Vraies devises"

Ces nouvelles pertes pour les monnaies virtuelles s’expliquent, tout d'abord, par les déclarations, ce mercredi matin, de plusieurs fédérations bancaires de référence en Chine.

"Récemment, les cours des monnaies virtuelles se sont envolés puis effondrés à l'étranger, tandis que les activités spéculatives ont bondi."
Trois fédérations bancaires chinoises

Selon elles, les cryptomonnaies "ne sont pas de vraies devises". Elles mettent également en garde contre la "spéculation". Des propos quelque peu surprenants pour un pays qui prépare lui-même sa propre monnaie virtuelle.

La Chine a un temps été l'une des places fortes du bitcoin, la plus répandue des monnaies virtuelles. Pékin a cependant opéré, en 2019, un tournant radical en rendant illégaux dans le pays les paiements en cryptomonnaies, accusées d'être un instrument au service "d'activités criminelles".

Au moment où l'intérêt pour les monnaies virtuelles à l'étranger se fait croissant, trois fédérations bancaires ont appelé mardi les établissements financiers "à ne pas accepter [...] ou utiliser de cryptomonnaies" comme moyen de paiement.

"Récemment, les cours des monnaies virtuelles se sont envolés puis effondrés" à l'étranger, tandis que les activités spéculatives "ont bondi", ont-elles relevé dans un communiqué commun.

Écho de la BCE

La Banque centrale européenne est ensuite venue faire écho aux déclarations des fédérations bancaires chinoises. Le vice-président de la BCE, Luis de Guindos, a averti que les crypto-actifs étaient difficiles à discerner. "Lorsque vous avez des difficultés à trouver quels sont les véritables fondamentaux d'un investissement, alors ce que vous faites n'est pas un véritable investissement", a-t-il indiqué dans une interview à Bloomberg TV. "C'est un actif avec des fondamentaux très faibles et qui va être soumis à beaucoup de volatilité".

Effacer l’entièreté de ses gains

"Ces énormes oscillations soulignent vraiment la nature spéculative de la cryptomonnaie en tant qu'actif."
Fiona Cincotta
Senior financial markets analyst chez City Index

La principale cryptomonnaie avait pourtant reçu un énorme coup de pouce de Tesla, le 8 février dernier, qui l'a embarqué dans un rallye boursier de plusieurs mois. À l'époque, le constructeur automobile avait fait savoir qu’on pourrait utiliser le bitcoin comme moyen de paiement pour ses véhicules. Il avait également annoncé l'achat de l'équivalent d'1,5 milliard de dollars en bitcoins.

Aujourd’hui, il ne reste, toutefois, plus rien des gains générés par les annonces de février.   

C'est Elon Musk en personne, le CEO de Tesla, qui a précipité la chute du bitcoin, notamment en rétropédalant sur la monnaie numérique en fin de semaine dernière. Dans un tweet, il a annoncé qu’on ne pourrait plus acheter de Tesla avec du bitcoin, invoquant des raisons environnementales.

Le patron de Tesla ne s’est d'ailleurs pas arrêté là, se fendant d’une série de tweets supplémentaires durant le weekend. Ceux-ci ont enfoncé davantage le cours du bitcoin, ainsi que celui des autres cryptomonnaies.

"Ces énormes oscillations soulignent vraiment la nature spéculative de la cryptomonnaie en tant qu'actif", a indiqué à Bloomberg Fiona Cincotta, analyste chez City Index. "Nous avons Elon Musk qui pilote les transactions dans le monde de la crypto et qui sème le trouble, ce n'est pas la première fois, et je ne peux pas imaginer que ce sera la dernière fois non plus."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés