La Belgique lève 2 milliards d'euros

©RV DOC

L'adjudication d'obligations linéaires (Olo) de lundi a permis d'atteindre le milieu de la fourchette d'estimation de l'Agence de la dette mais à des conditions moins intéressantes qu'en octobre. L'écart de rendement par rapport à l'Allemagne grimpe est au plus haut depuis plus d'un an et demi.

Le Trésor belge a levé 2 milliards d’euros par le biais d’une adjudication d’obligations linéaires (Olo), a annoncé l’Agence de la dette lundi. Ce montant se situe exactement dans le milieu de la fourchette d’estimation qui allait de 1,5 à 2,5 milliards d’euros.

La tranche la plus grande du montant obtenu provient d’Olo à dix ans qui ont été adjugées à un rendement moyen de 3,72 %, avec un taux de soumissions satisfaites de 1,76. Lors d’une émission d’Olo de même échéance, le 25 octobre, le taux de soumissions satisfaites était de 2,39 et le rendement de 3,26 %.

La baisse de ce taux de soumissions satisfaites (ou bid-to-cover ratio) et la hausse du rendement signifient que les investisseurs sont moins demandeurs de titres de dette de la Belgique et qu'ils demandent un prix plus élevé pour lui prêter de l’argent.

Pendant ce temps-là, sur le marché obligataire, le taux d'intérêt des obligations belges à dix ans s'est tendu à 3,77%, contre 3,68% vendredi, ce qui porte notre "spread", c'est-à-dire l'écart entre le rendement belge et celui de l'Allemagne, référence du marché, à un peu plus de 105 points de base (1,05%), contre 95 points de base vendredi. Cet écart est le plus élevé observé cette année, puisque le précédent sommet annuel se situait à 104,57 points d'écart, le 8 juin dernier, peu après le pic de la crise de la dette étatique née de la situation budgétaire grecque et juste avant les élections fédérales belges. Le "spread" actuel, supérieur à 105 points de base, n'a plus été aussi élevé depuis le mois de mars 2009. Le record absolu remonte au mois de janvier 2009, à 137,76 points de base, juste après la crise bancaire belge de la fin de l'année 2008.

Sur le marché des CDS (credit default swaps), les contrats qui permettent de se couvrir contre un défaut de remboursement obligataire, la prime de risque de la Belgique est également en hausse. Elle a atteint 168 points de base lundi après-midi, selon les données de CMA. Cela signifie que pour couvrir un prêt de 1 million d'euros octroyé à la Belgique, il faut débourser 16.800 euros. Il s'agit d'un record absolu.

Toutefois, actuellement, les "spreads" et les CDS de la plupart des pays de la zone euro atteignent ou sont en passe d'atteindre des records, hormis ceux de l'Allemagne. Dans un contexte de méfiance à l'égard des pays de la zone euro qui éprouvent des difficultés budgétaires, les investisseurs se tournent en priorité vers la sécurité, qu'incarne le Bund allemand, référence du marché.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés