La dette des entreprises de plus en plus préoccupante

©REUTERS

L’endettement des entreprises, en augmentation, pose un risque modéré à l’économie américaine d’après le président de la Fed. Mais des analystes se montrent plus inquiets.

La dette des entreprises va-t-elle provoquer la prochaine crise financière? Certains analystes s’inquiètent du niveau élevé de l’endettement des entreprises. Steve Eisman, un gestionnaire de fonds chez Neuberger Berman Group, prévient qu’en cas de récession, le marché de la dette d’entreprises aux Etats-Unis va subir des pertes importantes. Toutefois, le président de la Réserve fédérale américaine, Jerome Powell,  pense que la dette des sociétés représente un risque modéré pour l’économie US. "A l’heure actuelle, la dette des entreprises ne présente pas le type de risque élevé pour la stabilité du système financier qui pourrait nuire aux ménages et aux entreprises si la situation devait se détériorer ", a-t-il indiqué. Mais il reconnaît cependant que "le niveau de la dette pourrait certainement mettre en difficulté les débiteurs si l’économie s’affaiblit ".

Inquiétudes

Jerome Powell s’est montré plutôt rassurant alors que le Fonds monétaire international s’était, il y a quelques semaines, inquiété de la situation. "L’encours des obligations spéculatives a pratiquement doublé aux Etats-Unis et dans la zone euro depuis la crise financière de 2008 ", a pointé l’institution. Car la solvabilité des émetteurs de dette s’est dégradée. "La dette d’entreprises américaines notée Investment Grade a vu sa note se dégrader en moyenne, et une grande partie est passée dans une qualité inférieure, BBB. Si vous ajoutez une récession, beaucoup de ces dettes vont tomber dans la catégorie spéculative ", soulignait récemment dans une note Frank Vranken, responsable de la stratégie d’investissement chez Puilaetco.

Parallèlement, la demande des investisseurs a augmenté pour les obligations d’entreprises américaines.  "Les flux constants et impressionnants vers le marché américain de la dette d’entreprises montrent que les investisseurs sont particulièrement friands de cette partie des marchés financiers", relève Frank Vranken. Résultat, l’écart des rendements des obligations d’entreprises avec les obligations d’Etat se trouve à son plus faible niveau historique selon lui.

"Le système financier apparaît assez solide aujourd’hui pour être en mesure d’encaisser les pertes du secteur privé ce qui n’était manifestement pas le cas il y a dix ans avec les prêts hypothécaires à risque."
Jerome Powell
Président de la Réserve Fédérale américaine

Jerome Powell a reconnu que la dette d’entreprises se trouve à un niveau record par rapport à la taille de l’économie, que l’endettement est élevé par rapport à la valeur des actifs et que la qualité de la dette se rapproche de la limite de l’investissement à risque. " Mais le système financier apparaît assez solide aujourd’hui pour être en mesure d’encaisser les pertes du secteur privé ce qui n’était manifestement pas le cas il y a dix ans avec les prêts hypothécaires à risque ", nuance-t-il. Il souligne aussi que le crédit aux entreprises ne se nourrit pas d’une bulle d’une classe d’actifs. " La structure du principal outil de crédit est plus saine que ne l’étaient les CDO par qui la crise est arrivée " il y a dix ans, ajoute-t-il.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect