La Fed au centre de l'attention sur les marchés

Jerome Powell parviendra-t-il à calmer le jeu sur les taux obligataires? ©AFP

Les prévisions économiques de la Fed sont attendues ce mercredi. Les investisseurs guettent un message rassurant de Jerome Powell, le président de l'institution.

En cette semaine où plusieurs banques centrales font l'actualité, la Réserve Fédérale américaine retient l'attention des investisseurs. Car les taux longs américains sont brutalement remontés pour atteindre 1,6% en quelques semaines, entraînant dans leur sillage les rendements obligataires européens. Les marchés espèrent que la Fed, par la voix de son président Jerome Powell, calme le jeu sur les taux obligataires. Mais récemment, celui-ci a déclaré qu'il regarderait plus au resserrement des conditions financières que les mouvements sur les marchés, même s'il a pris note de la récente hausse des taux obligataires américains.

Des prévisions en décalage

Aucune mesure n'est attendue de la Réserve Fédérale américaine à l'issue de sa réunion de politique monétaire qui commence mardi et s'achèvera ce mercredi. Plusieurs économistes interrogés par l'agence Bloomberg disent s'attendre à ce que la Fed ne touche pas à ses taux d'intérêt avant 2023. Toutefois, l'institution doit dévoiler ses nouvelles perspectives pour la croissance économique et l'inflation aux États-Unis. "La Fed devrait revoir à la hausse ses prévisions de croissance et d’inflation pour tenir compte de l’impact positif de la vaccination et du plan de relance de 1.900 milliards de dollars", a souligné Bernard Keppenne, économiste chez CBC.

"Le comité de politique monétaire ne validera pas les attentes du marché d'un décollage plus rapide."
Roberto Perli
Economiste de Cornerstone Macro

Cependant, la vision de la Fed sur l'inflation et la croissance économique devrait différer des attentes des marchés. "Le comité de politique monétaire (FOMC) ne validera pas les attentes du marché d'un décollage plus rapide et plus rapide et réitérera que sa politique restera très accommodante dans un avenir prévisible", a indiqué Roberto Perli, économiste de Cornerstone Macro. "En fin de compte, ne vous attendez pas à ce que le ton du FOMC change beaucoup", ajoute-t-il.

Les économistes interrogés par Bloomberg s'attendent à ce que les responsables de la Fed revoient leurs prévisions de croissance économique pour 2021 à une médiane de 5,8% contre 4,2%. Certaines des estimations les plus optimistes de Wall Street voient un chiffre beaucoup plus élevé. Goldman Sachs appelle à une augmentation de 7,7% au cours de la même période et 11 autres entreprises suivies par Bloomberg affirment que la croissance sera égale ou supérieure à 7% à la fin de l'année.

Les meilleures perspectives ont augmenté les attentes du marché concernant l'inflation future et ont incité les investisseurs à vendre des obligations, poussant les rendements à la hausse et renouvelant le scepticisme selon lequel Powell peut maintenir les taux bas aussi longtemps que la Fed l'a indiqué.

"Les marchés prennent en compte une forte inflation pour 2021. Cela dépend du récit de la réouverture de l'économie."
Laura Rosner
Associée chez MacroPolicy Perspectives

"Les marchés prennent en compte une forte inflation pour 2021. Cela dépend du récit de la réouverture de l'économie ", a souligné Laura Rosner, associée chez MacroPolicy Perspectives à New York. "Nous sommes un peu plus prudents. On ne s'attend pas à autant d’inflation que ce que le marché attend."

De fait, l’inflation américaine n’a pas encore reflété une grande partie de la reprise. Abstraction faite des prix alimentaires et énergétiques plus volatils, l’indice des prix à la consommation a légèrement augmenté de 1,3% en février, loin de l’objectif de 2% de la Fed. Les économistes s'attendent à des gains plus importants dans les mois à venir, à la fois en raison d'effets transitoires liés à la pandémie et de facteurs tels que la hausse des prix de l'essence et l'augmentation des dépenses en activités de loisirs après une année de blocage.

La Banque d'Angleterre et celle du Japon doivent aussi tenir leur réunion jeudi et vendredi, respectivement.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés