analyse

La Fed confirme la gravité de la crise du coronavirus

La décision surprise de la Réserve fédérale a provoqué des remous à Wall Street. ©REUTERS

Sans attendre sa prochaine réunion, la Réserve fédérale américaine a baissé ses taux directeurs d'un demi-point de pourcentage. D'abord dopé par cette annonce, le marché est devenu hésitant.

La Réserve fédérale (Fed) a décidé d'agir dans l'urgence. Alors que la banque centrale des Etats-Unis ne devait pas se réunir avant les 17 et 18 mars, elle a surpris tout le monde en annonçant, dès ce mardi, une baisse de 50 points de base (0,5 point de pourcentage) de son principal taux d'intérêt directeur.

Notre intervention donnera un coup de fouet significatif à l'économie.
Jerome Powell
Président de la Réserve fédérale américaine

Le taux des fonds fédéraux américains passe ainsi dans une fourchette comprise entre 1 et 1,25%, au lieu de 1,50 à 1,75% auparavant. Une diminution de ces taux de référence est censée encourager les entreprises et les ménages américains à investir et à consommer davantage, parce qu'elle tend à rendre l'épargne moins attrayante et les emprunts plus intéressants.

Cette baisse du loyer de l'argent est la réponse de la Fed à la crise du coronavirus. Le Covid-19 "expose l'activité économique à des risques croissants", justifie le comité de politique monétaire de la banque centrale dans un communiqué publié ce mardi.

Première depuis la crise financière

Il s'agit de la première baisse de taux hors du calendrier des réunions de la Fed depuis le 8 octobre 2008, quand la crise bancaire faisait trembler l'économie mondiale. C'est aussi la première modification de ce taux de plus d'un quart de point depuis décembre 2008. L'intervention de la Fed est donc, dans son ampleur et son timing, inédite depuis la crise financière.

1%
Le bas de la fourchette des taux directeurs américains
La Fed a réduit son principal taux d'intérêt directeur pour le faire évoluer dans une fourchette allant de 1 à 1,25%, contre 1,50 à 1,75% auparavant.

Cela peut expliquer la réaction très mitigée de la Bourse de New York à la décision de la banque centrale américaine. Les investisseurs ont d'abord accueilli cette annonce dans l'euphorie, en se réjouissant de bénéficier de conditions financières subitement bien plus favorables. Le Dow Jones , qui était en baisse de 1% juste avant la publication du communiqué de la Fed, s'est nettement redressé, gagnant jusqu'à 1,4% dans les minutes qui ont suivi.

Marché pas convaincu

©mediafin

Mais le marché semble avoir ensuite interprété l'intervention de la banque centrale comme la confirmation de la gravité de la crise du coronavirus, ce qui a fait replonger les actions américaines en territoire négatif. Le Dow Jones a changé de direction plus d'une dizaine de fois dans l'heure qui a suivi la décision de la Réserve fédérale, avant de s'orienter plus clairement à la baisse à l'heure de la clôture européenne. Le Dow Jones perdait alors 1%, revenant à son niveau d'avant la surprise de la Fed...

Son président, Jerome Powell, qui a assuré, lors d'une conférence de presse, que cette intervention donnerait "un coup de fouet significatif" à l'économie américaine, ne semble guère avoir convaincu les investisseurs.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés