La Fed envisage deux hausses de taux en 2023

Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale. ©AFP

La Réserve fédérale laisse ses taux directeurs et ses achats d'actifs inchangés. Les prévisions de ses membres laissent entrevoir deux hausses de taux en 2023.

La politique monétaire des États-Unis ne change pas mais les banquiers centraux américains laissent entrevoir un tour de vis monétaire plus vigoureux que prévu dans deux ans. Mercredi, la Réserve fédérale (Fed) a décidé de maintenir son principal taux d'intérêt directeur dans une fourchette allant de 0% à 0,25%, comme prévu par l'écrasante majorité des économistes.

1,58%
taux US à 10 ans
Dans les minutes qui ont suivi l'annonce de la Fed, le taux des obligations à 10 ans des États-Unis est passé de 1,48% à plus de 1,58%.

Les achats d'actifs de la banque centrale américaine ne sont pas modifiés non plus, comme envisagé. La Fed achète, chaque mois, pour 120 milliards d'euros d'obligations (80 milliards) et de crédits titrisés (40 milliards) pour maintenir les taux d'intérêt sous contrôle sur les marchés.

Mais ce qui a retenu l'attention des investisseurs, ce sont les anticipations des membres du FOMC (Federal open market committee), le comité de politique monétaire, au sujet du niveau des taux directeurs à l'avenir. Dans leurs prévisions à long terme, ces derniers laissent entrevoir deux hausses des taux d'intérêt directeurs en 2023. C'est davantage que ce que les observateurs des marchés attendaient.

Effet sur les marchés

Cette perspective a fait soudainement grimper le dollar. L'euro , qui se traitait encore à 1,21 dollar juste avant l'annonce de la Fed, est rapidement tombé à 1,2050 dollar.

"Les projections concernant les taux ne représentent pas une position du comité ou un plan."
Jerome Powell
Président de la Fed

Les perspectives de la Fed ont aussi provoqué une baisse des indices boursiers américains. Le S&P 500 , qui reculait de 0,30% avant l'annonce, a perdu jusqu'à 1% dans les minutes qui ont suivi. Les taux d'intérêt des obligations américaines ont quant à eux enregistré une brusque hausse. Le taux à dix ans est passé de 1,48% à plus de 1,58% en quelques minutes.

Lors de sa traditionnelle conférence de presse, Jerome Powell, le président de la Fed, a voulu minimiser l'importance des anticipations du FOMC pour les taux directeurs. "Ces projections ne représentent pas une position du comité ou un plan", a-t-il assuré. Selon lui, personne ne peut savoir où en sera l'économie dans plusieurs années.

Nouvelles prévisions

Le communiqué de la Fed présente très peu de modifications par rapport à celui qui avait été publié à la fin du mois d'avril. La seule grande nouveauté est que la banque centrale américaine acte les progrès réalisés dans la vaccination contre le coronavirus aux USA, un paramètre important pour les perspectives de l'économie américaine.

"Les progrès en matière de vaccination devraient continuer à réduire les effets de la crise sanitaire sur l'économie."
Le comité de politique monétaire de la Fed

"Les progrès en matière de vaccination ont réduit la propagation du Covid-19 aux États-Unis", note le FOMC. Ces progrès "devraient continuer à réduire les effets de la crise sanitaire sur l'économie". La Réserve fédérale a aussi publié de nouvelles prévisions économiques. Concernant l'emploi, elle modifie très peu ses anticipations par rapport au mois de mars dernier: le taux de chômage est attendu à 4,5% cette année (inchangé), 3,8% en 2022 (3,9% prévus en mars) et 3,5% en 2023 (inchangé). Les observateurs de la Fed notent tout de même l'optimisme légèrement accru des banquiers centraux pour le niveau de l'emploi l'an prochain.

Les perspectives en matière d'inflation reflètent la position de la Fed selon laquelle l'actuelle flambée des prix devrait être temporaire, malgré son ampleur qui avait provoqué des inquiétudes parmi les investisseurs en début d'année. La Fed s'attend à voir l'indice "core PCE" (dépenses de consommation personnelles sous-jacentes) atteindre 3% cette année (contre 2,2% selon les précédentes estimations), puis 2,1% en 2022 (au lieu de 2%) et 2,1% en 2023 (inchangé).

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés