La Fed réaffirme "simplement" son soutien à l'économie américaine

"Le déclin économique actuel est sévère et il faudra un soutien monétaire et budgétaire pour assurer la reprise", a martelé son président Jerome Powell. ©BELGAIMAGE

La banque centrale n'a pas modifié sa politique monétair ultra-accommodante. Mais s'inquiète des "risques considérables" que fait peser la pandémie sur l'économie.

Comme un air de déjà-vu. La Réserve fédérale américaine (Fed) a décidé à l'unanimité de ne pas toucher à son principal taux directeur. Lequel évolue proche de 0% depuis le 15 mars dernier pour atténuer le choc économique lié à la pandémie du Covid-19. Et il en sera ainsi "jusqu'à ce que la Fed soit convaincue que l'économie a résisté aux événements récents et est en bonne voie d'atteindre ses objectifs d'emploi et de stabilité des prix", explique la banque centrale dans son communiqué.

"L'activité économique et l'emploi se sont quelque peu redressés ces derniers mois mais restent bien en deçà de leurs niveaux de début d'année"
Réserve fédérale américaine

Elle pointe logiquement l'évolution récente de la crise sanitaire aux États-Unis, qui a déjà coûté la vie à plus de 150.000 Américains et qui "pose des risques considérables pour les perspectives économiques à moyen terme". "Après de fortes baisses, l'activité économique et l'emploi se sont quelque peu redressés ces derniers mois mais restent bien en deçà de leurs niveaux de début d'année", souligne la banque centrale. Et d'ajouter: "La trajectoire de l'économie dépendra considérablement de l'évolution de la pandémie".

Selon son président Jerome Powell, la contraction que l'économie américaine a connu au deuxième trimestre 2020 devrait être "un record". Une première estimation doit justement être publiée ce jeudi après-midi. D'après les données compilées par Bloomberg, les analystes s'attendent en moyenne à ce que le produit intérieur brut (PIB) américain ait chuté de 34,8% entre avril et juin.

Un contexte difficile

"Le déclin économique actuel est sévère et il faudra un soutien monétaire et budgétaire pour assurer la reprise", a martelé le grand argentier américain. Il a assuré une nouvelle fois que la Fed reste engagée à utiliser ses instruments "aussi longtemps que nécessaire" pour garantir une reprise économique forte.

-34,8%
Une contraction record de l'économie US au T2?
Selon Jerome Powell, la contraction que l'économie américaine a connu au deuxième trimestre 2020 devrait être "un record". Les analystes s'attendent en moyenne à ce que le produit intérieur brut (PIB) américain ait chuté de 34,8% entre avril et juin.

La Fed a annoncé dans un communiqué séparé l'extension d'accords de "swap", mis en place en mars face à l'avancée de la pandémie, pour permettre à neuf de ses homologues - dont l'institution monétaire du Brésil, d'Australie et de pays nordiques - d'accéder facilement à des dollars.

Rappelons que la banque centrale américain a indiqué mardi avoir prolongé jusqu'à la fin de l'année sept de ses neuf programmes de prêts d'urgence destinés à soutenir l'économie américaine. Signe que l'impact de la pandémie du nouveau coronavirus est plus durable que prévu. "La prolongation de trois mois facilitera la planification par les participants potentiels aux programmes et assurera leur continuité pour aider l'économie à se redresser", avait-elle expliqué.

"Un scénario déjà pris en compte par les investisseurs"

Sur les marchés financiers, les grands indices américains ont légèrement amplifié leurs gains. Le S&P 500 gagnait ainsi plus de 1% après la publication du communiqué de la Fed. Le dollar a de son côté lâché environ 0,60% face à l'euro. "La Réserve fédérale a simplement réaffirmé un scénario très accommodant qui est déjà pris en compte par la plupart des investisseurs", explique John Kaprich, directeur des investissements chez Aware Asset Management.

"La Réserve fédérale a simplement réaffirmé un scénario très accommodant qui est déjà pris en compte par la plupart des investisseurs"
John Kaprich
directeur des investissements chez Aware Asset Management

Jugée par beaucoup d'observateurs comme un "non-événement", cette réunion de la Fed devait surtout permettre aux membres de l'institution de commencer à préparer le terrain pour l'annonce de nouvelles mesures dans les mois à venir. Jerome Powell a d'ailleurs indiqué que les discussions autour d'une revue stratégique de la politique monétaire et de sa communication avaient repris.

"Tous les regards sont désormais tournés vers la réunion de septembre", conclut Jason Pride, directeur des investissements chez Glenmede.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés