La fin de la surperformance US?

©AFP

L'heure des marchés boursiers non américains a-t-elle sonné?

Lors des dix dernières années, les actions américaines ont particulièrement brillé, battant les actions non américaines de 8,7% en moyenne par an, selon des calculs de la firme Schroders. C’est assez exceptionnel.

8,7%
La surperformance des actions US ces dix dernières années.

Mais selon l’analyste Sean Markowicz, cet « exceptionnalisme » boursier arrive sans doute à sa fin. Il avance quatre raisons.

  • Les opportunités cycliques se situent en dehors des États-Unis. Si l'on pense qu'un rebond économique est imminent, il est logique de commencer à investir en dehors des États-Unis. En effet, les actions non américaines sont beaucoup plus exposées aux secteurs cycliques comme l’énergie, l'industrie et les matériaux.
  • Les valorisations américaines sont à leur plus haut. Les actions US s’échangent à un ratio cours/bénéfices de long terme (ratio CAPE) de 33 contre seulement 18 pour les actions globales. Les valorisations relatives suggèrent que les actions non américaines devraient dès lors enregistrer de meilleures performances.
  • Le président Biden pourrait être favorable aux marchés émergents. Les actions des marchés émergents ont souffert des tensions commerciales entre les USA et la Chine sous Donald Trump. Mais sous la présidenc Biden, les analystes s’attendent à des relations économiques plus apaisées, ce qui pourrait profiter aux marchés émergents. D’autant que Biden entend relever le taux d’imposition des sociétés US.
  • Les incertitudes sur les Gafam. Les Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft ont largement dominé les marchés. Mais de nouvelles réglementations pourraient ralentir l'expansion future de ces firmes via les fusions-acquisitions, qui constituent un facteur clé de leur succès.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés