La plus grande offre d'actions de l'histoire du secteur pharmaceutique

©Photo News

La vente des actions Regeneron de Sanofi a débuté mardi aux États-Unis. Une opération à plus de 7 milliards de dollars qui pourrait avoir un effet sur d'autres valeurs du secteur.

Le secteur pharmaceutique est-il à l'aube d'une nouvelle vague de consolidation? La mégaopération de Sanofi  et Regeneron  qui a débuté mardi risque d'alimenter les spéculations sur de possibles fusions et acquisitions dans les mois qui viennent.

13
milliards $
Au cours de clôture de l'action Regeneron de vendredi dernier, les transactions annoncées mardi par Sanofi pourraient rapporter jusqu'à 13 milliards de dollars au groupe français.

Sanofi a annoncé, dans un communiqué, la cession de quasiment toute sa participation dans Regeneron. Actuellement, le géant pharmaceutique français, qui pèse 110 milliards d'euros en Bourse de Paris, ce qui en fait la troisième plus grosse société du Cac 40 derrière LVMH et L'Oreal, détient 23,2 millions d'actions Regeneron, soit environ 20,6% du capital du laboratoire américain.

Ce dernier va acquérir pour 5 milliards de dollars de ses propres actions détenues par Sanofi, soit environ 8,7 millions de titres au dernier cours de clôture de la Bourse de New York, soit 569,91 dollars vendredi (Wall Street était fermée lundi pour cause de jour férié aux USA). Sanofi place aussi sur le marché, à destination du public, 12,8 millions d'actions, ce qui, au même cours de bourse, rapporterait 7,3 milliards de dollars. D'après les calculs de l'agence Bloomberg, il s'agirait de la plus grosse offre publique d'actions de l'histoire du secteur pharmaceutique.

Caisses regarnies

Si la demande est au rendez-vous, Sanofi se réserve la possibilité de mettre sur le marché 1,3 million d'actions supplémentaires, ce qui lui permettrait d'obtenir 700 millions de dollars de plus. Au bout du compte, ces transactions rapporteraient donc un total de 13 milliards de dollars au groupe français.

Sanofi pourrait se lancer dans de nouvelles acquisitions, la croissance externe étant clairement devenue la stratégie du groupe pharmaceutique ces derniers temps.

Avec ce pactole, Sanofi, qui conservera 400.000 actions Regeneron en soutien de la collaboration maintenue entre les deux groupes, pourrait se lancer dans de nouvelles acquisitions, la croissance externe étant clairement devenue la stratégie du groupe pharmaceutique ces derniers temps. Ainsi, en décembre, Sanofi avait acquis la biotech américaine Synthorx pour 2,5 milliards de dollars. En Bourse de Bruxelles, on se souvient aussi de l'OPA sur Ablynx, bouclée en 2018 au terme d'un duel entre le danois Novo Nordisk et Sanofi, remporté par ce dernier moyennant le paiement d'un prix total de quelque 4 milliards d'euros.

Cibles potentielles

Avec la cession de ses parts dans Regeneron, le groupe français va regarnir copieusement ses caisses. D'après les estimations des analystes de Bloomberg Intelligence, la force de frappe de Sanofi sur le marché des fusions et acquisitions atteindrait près de 50 milliards de dollars. Compte tenu d'un ratio d'endettement potentiel estimé à 2,5 fois le résultat opérationnel, le géant pharmaceutique pourrait emprunter jusqu'à 35,7 milliards de dollars qui s'ajouteraient aux 13 milliards récupérés dans la transaction sur Regeneron.

Quelles pourraient être ses cibles potentielles? Selon les analystes de Mirabaud, Vifor Pharma  a le profil d'une proie pour Sanofi. La société suisse avait déjà suscité l'intérêt de Paul Hudson, le patron de Sanofi, quand celui-ci dirigeait Novartis, rappellent ces analystes.

Mais Sanofi pourrait s'intéresser à d'autres sociétés pharmaceutiques, pourvu qu'elles soient actives dans les domaines sur lesquels le groupe français se recentre, à savoir le traitement des cancers, la thérapie génique et les maladies rares. En Bourse de Bruxelles, on trouve plusieurs sociétés biotechnologiques actives dans la recherche de traitements contre des cancers et des maladies rares. On peut notamment citer Argenx , Celyad  ou encore Kiadis . Il y a aussi Galapagos  mais Gilead  en détient déjà 25%.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés