chronique

La richesse des ménages fait de la résistance

Chroniqueur, newsmanager

Cette richesse a même un peu augmenté lors du premier semestre 2020 au niveau mondial.

On pouvait redouter que la pandémie allait affecter un peu la richesse des ménages dans le monde, surtout en raison des remous sur les marchés boursiers.  Mais toute la richesse des ménages n’est pas investie en actions. Et finalement, cette richesse globale est demeurée assez stable en 2020.

On a bien enregistré une chute de la fortune nette des ménages de 17.500 milliards de dollars  entre janvier et mars 2020, soit une baisse de 4,4% sur une richesse globale de quelque 400.000 milliards, souligne le Global Wealth Report publié par Credit Suisse. Mais les mesures prises par les gouvernements et les banques centrales ont ensuite permis d’inverser la tendance. En juin, la richesse mondiale était supérieure de 1.000 milliards de dollars à son niveau initial de l'année (+0,25%).

1.000 milliards
de dollars
L'augmentation de la richesse mondiale de janvier à juin.

On a notamment pu observer  l’importante augmentation des taux d’épargne sous l’effet des mesures de confinement. Toutefois, avertit la banque suisse, comme la contraction des chiffres du PIB et l’augmentation des dettes auront des répercussions à long terme, la croissance de la richesse ralentira ces deux prochaines années, "et au-delà probablement".

Quant au nombre de millionnaires, il avait grimpé en flèche en 2019 pour atteindre 51,9 millions dans le monde, mais il a globalement très peu varié au cours du premier semestre 2020. Le rapport estime qu’au début de cette année, il y avait au sommet de la pyramide des richesses 175.690 adultes très fortunés dont le patrimoine net dépassait 50 millions de dollars. Ce chiffre a baissé de 120 unités au cours du premier semestre 2020.

Lire également

Messages sponsorisés