La saison des résultats devient la saison des prévisions

Que refléteront les résultats annuels de JPMorgan? Réponse vendredi... ©EPA

Les résultats du dernier trimestre 2020 seront mauvais, c'est déjà connu. Les investisseurs vont se focaliser sur les perspectives. Coup d'envoi ce vendredi.

La saison des résultats d'entreprises qui se profile ne sera à nulle autre pareille. Sachant déjà bien que l'année 2020 a été très mauvaise pour la plupart des sociétés cotées, les investisseurs vont se focaliser quasiment exclusivement sur les perspectives bénéficiaires des prochains trimestres. Ce sont donc les prévisions des dirigeants d'entreprises qui seront, cette fois-ci, au cœur de l'actualité des marchés boursiers dans les prochaines semaines.

-18,1%
À Wall Street, les profits des groupes bancaires au quatrième trimestre devraient s'afficher en repli de 18,1% par rapport à la même période en 2019.

JPMorgan , Citigroup et Wells Fargo donneront le coup d'envoi officiel de la saison des résultats annuels des entreprises cotées aux États-Unis, vendredi. Quelques petites sociétés ont déjà dévoilé leurs chiffres de 2020 mais c'est bien en cette fin de semaine que les choses sérieuses commenceront, avec ces trois grands noms de la cote de la Bourse de New York. D'après les prévisions moyennes des analystes compilées par l'agence Reuters, JPMorgan devrait faire part de bénéfices en baisse de 5% au quatrième trimestre par rapport à la même période en 2019, tandis que les résultats de Citigroup et Well Fargo devraient avoir chuté de 42% et 39% respectivement dans le même laps de temps.

Auto et pharma

Goldman Sachs et Bank of America publieront quant à elles leurs données de 2020 mardi prochain et Morgan Stanley le lendemain. Les attentes des analystes à leur égard sont contrastées, selon Reuters. Grâce au développement de ses activités sur les marchés financiers, Goldman Sachs devrait voir ses bénéfices trimestriels gonfler de 43% en un an. Ceux de Morgan Stanley devraient rester quasiment stables (+1%), tandis que Bank of America devrait se résoudre à annoncer un recul de 33% de ses résultats du quatrième trimestre.

Les analystes anticipent une progression de 22,8% des profits des entreprises américaines en 2021.

Dans l'ensemble, les banques américaines devraient avoir subi une baisse de 18,1% de leurs profits durant les trois derniers mois de l'an dernier, selon les estimations de l'agence Bloomberg. Ce n'est pas le secteur le plus en difficulté. Les valeurs de l'énergie devraient voir leurs bénéfices réduits quasiment de moitié (-0,49%) par rapport au dernier trimestre de l'année précédente, tandis que les résultats des sociétés du secteur industriel sont attendus en baisse de 33,1% en moyenne. Toujours selon les prévisions des analystes compilées par Bloomberg, trois secteurs devraient avoir tiré leur épingle du jeu: l'automobile, dont les gains du quatrième trimestre devraient s'envoler de 153%, la pharma/biotech, dont les bénéfices trimestriels sont attendus en hausse de 12,8%, et les semi-conducteurs, secteur où les résultats devraient grimper de 12,5% sur un an.

Du côté de l'Europe

Dans l'ensemble, les bénéfices des sociétés de l'indice S&P 500 sont attendus en repli de 8,5% au dernier trimestre 2020. Mais les analystes s'attendent à les voir rebondir solidement cette année: ils anticipent une progression de 22,8% des profits annuels des entreprises américaines, d'après les données de Bloomberg. Encore faut-il que les dirigeants d'entreprises confirment la reprise économique tant attendue lorsqu'ils dévoileront leur prévisions pour les prochains mois à l'occasion de la publication de leurs chiffres de l'an dernier.

À Wall Street, le niveau des valorisations des actions est élevé.

À cet égard, les attentes sont élevées, si l'on en juge par le niveau des valorisations des actions à Wall Street. Le S&P 500 est aujourd'hui valorisé 22,7 fois les bénéfices attendus, souligne Reuters, soit loin au-delà de la moyenne de long terme, à savoir environ 15...

En Europe, les bénéfices du Stoxx 600 sont attendus en baisse de 36% pour l'ensemble de l'année 2020, selon Bloomberg et un rebond de 40% est espéré en 2021.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés