La semaine prochaine sur les marchés

Les marchés européens seront fermés lundi en raison des fêtes de Pâques. ©REUTERS

Les marchés européens et asiatiques demeureront fermés lundi. Wall Street et la Bourse de Tokyo seront ouverts. Le FMI publiera ses prévisions économiques.

Les marchés risquent de s'annoncer calmes dans les jours qui viennent. De nombreux intervenants seront absents en raison des fêtes de Pâques. Les marchés européens et asiatiques (à l'exception de la Bourse de Tokyo) resteront fermés lundi. Les marchés américains rouvriront leurs portes. La Bourse de Hong Kong restera fermée jusqu'à mercredi.

En outre, peu de statistiques sont attendues, à part peut-être les estimations des demandes d'allocations de chômage aux États-Unis jeudi pour la semaine du 3 avril alors que le pays connait une hausse des créations d'emplois à travers ses industries. L'indice PMI de services en mars est attendu pour la zone euro mercredi. Un indice ISM des services en mars pour les États-Unis est aussi programmé pour mardi.

Du côté des résultats d'entreprises, la saison semble terminée. La biotech belge Nyxoah devait annoncer ses chiffres annuels lundi, mais elle a repoussé la date au 9 avril. La société de solutions de mobilité Europcar publiera par contre ses résultats mercredi.

Les prévisions pour l'économie mondiale du Fonds monétaire international seront toutefois scrutées mardi par les investisseurs. La directrice de l'institution, Kristalina Gueorguieva, a déclaré récemment s'attendre à une reprise économique à plusieurs vitesses, car les économies divergent entre les États-Unis et la Chine d'un côté, et les pays en développement à la traîne, de l'autre. Elle a aussi rappelé l'inquiétude du FMI sur la trajectoire de la pandémie de Covid-19 en raison des progrès de vaccination inégaux entre les pays. L'organisation a appelé les gouvernements à freiner les contaminations.

Mercredi, la Réserve fédérale américaine publiera le compte rendu de sa réunion de politique monétaire du 17 mars. Elle avait alors relevé fortement ses prévisions économiques pour les États-Unis. Mais elle a laissé inchangé ses taux d'intérêt et n'a pas annoncé de mesures pour juguler la hausse des rendements obligataires américains, qui sont passés de 0,90% en quelques mois aux alentours de 1,7%.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés