Publicité

La voix de l'Allemagne à la BCE?

Claudia Buch, actuelle numéro deux de la Bundesbank. ©BELGAIMAGE

Claudia Buch reste dans la course pour le poste de présidente de la banque centrale allemande.

Les jeux ne sont pas encore faits pour remplacer, à la fin de l’année, le démissionnaire Jens Weidmann à la tête de la banque centrale allemande (Bundesbank). Et donc, pour porter dans le même temps la voix de l’Allemagne à la Banque centrale européenne (BCE). Si Claudia Buch, l’actuelle vice-présidente de la Bundesbank, est désignée, elle serait la première femme à endosser ce rôle.

Cette économiste, née en 1966 à Paderborn, est plutôt restée dans l’ombre de Weidmann jusqu’ici. On la considère comme plutôt conservatrice et "faucon" sur le plan monétaire, soit partisane d’une ligne dure. En tant que vice-présidente, elle a accompagné Weidmann au conseil des gouverneurs de la BCE. Elle connaît donc la musique.

Claudia Buch est considérée davantage comme une spécialiste en matière bancaire qu’une véritable experte en politique monétaire.

Celle qui a travaillé au Kiel Institute for World Economics et a fait partie des experts conseillant le gouvernement allemand est devenue vice-présidente de la "Buba" en 2014. Elle est considérée davantage comme une spécialiste en matière bancaire plutôt qu’une véritable experte en politique monétaire.

Elle est intervenue à l’occasion des dix ans de l’Autorité bancaire européenne (EBA), rappelant que le contrôle des banques avait été renforcé depuis la crise de 2008-2009, mais que tous les risques n’avaient pas disparu. Ils se sont même déplacés vers les activités financières qui sortent du secteur bancaire régulé (finance de l’ombre) ou vers le monde des cryptomonnaies.

Selon les "insiders", le fait qu’elle ait été nommée par la CDU d’Angela Merkel pourrait jouer contre elle dans le cadre d’une nouvelle coalition SPD-Verts-Libéraux.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés