Le bal des banques centrales continue

La Banque du Japon (BoJ) pourrait confirmer qu'elle ne parviendra pas à faire remonter l'inflation jusqu'à son objectif de 2% avant la fin du mandat de son gouverneur Haruhiko Kuroda. ©EPA

La semaine prochaine sera riche en événements à suivre, avec d'un côté plusieurs réunions de banque centrale et de l'autre, la saison des résultats pour le premier trimestre.

Après la Banque centrale européenne (BCE), l'attention des investisseurs va se tourner vers les autres grandes banques centrales. À commencer par celle du Japon, dont les membres se réunissent ces lundi 26 et mardi 27 avril. Les économistes s'attendent à un statu quo en matière de taux d'intérêt et de rachats d'actifs. Selon un sondage réalisé par Bloomberg, la Banque du Japon (BoJ) pourrait légèrement relever ses prévisions de croissance pour l'année en cours, à 4% contre 3,9% précédemment. Elle serait également susceptible de confirmer que l'inflation n'atteindra pas son objectif de 2% d'ici la fin du mandat de son gouverneur Haruhiko Kuroda en 2023.

"Nous prévoyons que la Fed laissera sa politique monétaire inchangée, les taux restant dans la fourchette de 0-0,25% et les achats mensuels d'actifs maintenus à 120 milliards de dollars."
ING

Le lendemain, le mercredi 28 avril, ce sera autour de la Réserve fédérale américaine (Fed) d'être au centre de l'attention sur les marchés financiers. "Nous prévoyons que la Fed laissera sa politique monétaire inchangée, les taux restant dans la fourchette de 0-0,25% et les achats mensuels d'actifs maintenus à 120 milliards de dollars. Les gouverneurs réaffirmeront qu'il n'y aura pas de changement de position tant que "des progrès supplémentaires et substantiels" en termes de reprise n'ont pas été réalisés", expliquent les économistes d'ING.

Le président Jerome Powell devrait une nouvelle fois jouer les équilibristes en évoquant un optimiste prudent sur le rebond économique, tout en rappelant que le taux de chômage surestime l'amélioration du marché du travail.

Côté microéconomie, les investisseurs auront encore de quoi se mettre sous la dent avec les résultats trimestriels de nombreuses entreprises cotées. On attend notamment les chiffres de Michelin, Philips et Tesla lundi; d'Alphabet (Google), BP, HSBC, Recticel, Starbucks, UPS et Xior mardi; d'Apple, Boeing, Cofinimmo, Delivery Hero, Deutsche Bank, Facebook, Melexis, Ontex, Qualcomm, Sanofi et Sony mercredi; d'Airbus, Amazon, Kinepolis, Lufthansa, McDonald's, Shell, Telenet et Total jeudi; et d'AstraZeneca, Barclays, BNP Paribas, ExxonMobil et Proximus vendredi.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés