Publicité

Le boom des rachats d'actions

LVMH fait partie des groupes européens qui rachètent leurs actions. ©Bloomberg

Les entreprises européennes qui ont annoncé des programmes de rachat d’actions sont légion (Carrefour, LVMH, BP, Unilever…).

Une note de la firme DNCA Investments montre que les bilans des grands groupes sont gorgés de cash. Les liquidités disponibles représentent près de 15% des actifs des entreprises de l’indice Stoxx Europe 600, du jamais vu depuis 2002. Pour certaines directions financières, la situation est donc suffisamment porteuse pour accélérer les investissements dans l’innovation. Pour d’autres, cela peut être l’occasion de saisir des opportunités de croissance externe, de reprendre le versement de dividendes (si ces derniers ont été gelés l'an dernier)... ou de procéder à des rachats d'actions propres (stock buybacks).

150
milliards d'euros
Les rachats d'actions prévus en Europe.

Selon des chiffres de la Société Générale cités par Bloomberg, ce sont 150 milliards d’euros qui pourraient être déboursés par les entreprises pour réduire le nombre de leurs actions en circulation dans l'année à venir. Ces rachats sont un soutien pour le marché. L’indice Solactive European Buyback, qui reprend des sociétés qui ont annoncé un rachat d'actions au cours des deux derniers mois, a ainsi grimpé de près de 20% depuis le début de l'année contre une hausse de 11% pour le Stoxx Europe 600.

Aux USA également, les annonces de buybacks se multiplient. Apple vient d'ajouter 90 milliards de dollars à son programme de rachat d'actions. Alphabet (Google) a gonflé son enveloppe de 50 milliards. Même Warren Buffett, pourtant réticent à ce procédé de "buyback", poursuit ses rachats d'actions Berkshire Hathaway.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés