Le crédit au secteur privé ne redémarre pas

Reuters ©REUTERS

Les crédit au secteur privé ne suivent pas l'amélioration des marchés financiers. Dans la zone euro, ils ont continué à reculer en décembre, pour le huitième mois consécutif.

Les crédits bancaires au secteur privé ont diminué de 0,7% sur un an, après un repli de 0,8% en novembre, selon des données publiées lundi par la Banque centrale européenne.. Les liquidités massives injectées par la Banque centrale européenne (BCE) ne sont donc toujours pas réinjectées par les banques de la zone euro dans l’économie réelle. Depuis la fin de l’année 2011, la BCE a baissé son taux directeur à 0,75% et, par le biais des LTRO (Long Term Refinancing Operation), a prêté plus de 1.000 milliards d’euros à 3 ans, à un taux d’intérêt très faible.

Ces mesures ont permis d’apaiser les tensions dans le secteur bancaire, qui a aussi profité de l’accalmie sur le front de la crise de la dette, également grâce à l’intervention de la BCE. L’annonce du programme OMT, de rachat potentiellement illimité de dette des Etats en difficulté de la zone euro a en effet ramené les coûts de financement dans des proportions plus raisonnables et a permis de stabiliser les marchés financiers. Signe d’une nette amélioration, 278 banques vont rembourser ce mercredi plus d’un quart de la première LTRO, soit 137,16 milliards d’euros.

Crédits aux entreprises toujours en baisse

Mais l’embellie sur les marchés financiers ne s’est pas encore traduite par une nette amélioration de l’activité économique. Globalement, la zone euro est toujours en récession et la BCE n’envisage pas de sortie de crise avant la fin de cette année.

Les mesures d’austérité en vigueur dans de nombreux pays incitent les ménages et les entreprises à la prudence. La tendance est donc toujours au désendettement et la demande de crédits reste contenue.

En décembre, les crédits accordés aux sociétés non financières ont chuté de 2,3% sur un an, après un recul de 1,9% en novembre.

En revanche, les crédits aux ménages ont progressé de 0,5%, légèrement plus qu’en novembre (+0,4%) grâce notamment à une hausse des prêts immobiliers de 1,3% en décembre, contre +1,2% le mois précédent. Les prêts immobiliers représentent la composante la plus importante des prêts accordés aux ménages. Les crédits à la consommation ont en revanche reculé de 2,9% en décembre, après une baisse similaire le mois précédent.

La situation reste difficile en Espagne où le crédit au secteur privé a chuté de 22 milliards d’euros en décembre, soit le recul mensuel le plus important depuis juillet. Au Portugal, le crédit a chuté de 2,6 milliards d’euros, la baisse la plus marquée depuis un an. En revanche, les prêts ont rebondi de 12,6 milliards d’euros en Italie pour atteindre 1.757 milliards d’euros.

De son côté, la masse monétaire M3, indicateur avancé de l’inflation en zone euro, a crû de 3,3% en décembre, soit moins qu’en novembre (+3,8%) et en octobre (+3,9%). La croissance de M3 reste donc largement inférieure au niveau de 4,5% qui correspond à l’objectif de la BCE d’un taux d’inflation proche mais inférieur à 2% sur le moyen terme.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés