Le dollar baisse après les critiques de Donald Trump envers la Fed

Le président américain Donald Trump n’est pas ravi de la remontée des taux d’intérêt sous la houlette de Jerome Powell. ©REUTERS

Le dollar s’est affaibli face à l’euro suite aux critiques de Donald Trump envers la politique monétaire de la Réserve Fédérale américaine. Mais le mouvement est de courte durée.

L’euro s’est apprécié face au dollar, remontant à 1,15 USD alors que le billet vert subit une pression àcourt terme en raison des critiques de Donald Trump envers la politique monétaire de la Réserve Fédérale américaine.

Le président des Etats-Unis a déclaré durant une interview à Reuters qu’il n’était pas ravi de la remontée des taux d’intérêt conduite par Jerome Powell. "Ces commentaires sont interprétés comme une tentative de Trump de faire baisser le dollar et implicitement décourager la Fed de relever ses taux" en affaiblissant l'économie américaine, a expliqué Karl Haeling de LBBW.

"Si l’indépendance de la Fed est remise en question, les marchés obligataires vont réagir."
Bob parker
Quilvest wealth Management

Le président de la Fed, entré en fonction en février, a poursuivi la politique monétaire entamée par Janet Yellen, à qui il a succédé. Depuis l’arrivée au pouvoir de Donald Trump, la banque centrale américaine a relevé cinq fois ses taux d’intérêt, dont deux fois cette année, sous la présidence de Jerome Powell. Le président américain avait désigné ce dernier à son poste, mais jusqu’à présent, la Fed a toujours agi de manière indépendante.

"Jusqu’à présent, l’indépendance de la Fed est garantie, mais Trump a la capacité de nommer d’autres gouverneurs au comité de l’institution" relève Bob Parker, directeur chez Quilvest Wealth Management. "Si l’indépendance de la Fed est remise en question, les marchés obligataires vont réagir" craint-il. Les taux obligataires américains se sont repliés après les propos de Trump.

Un mouvement à court terme

Les analystes estiment toutefois que le repli du billet vert reste limité. Chris Turner, responsable de la stratégie en devises chez ING, relève que le dollar reste la monnaie qui progresse le plus face aux principales devises depuis le début de l’année. "Tant que Donald Trump attaque seulement verbalement la Fed et n’essaie pas d’influence sa politique monétaire, le taux de change du dollar ne devrait pas changer de trajectoire" estime-t-il.

Les intervenants de marché se préparent à la publication des minutes de la Fed ce mercredi, alors que Jerome Powell s’exprimera vendredi lors du symposium des banquiers centraux rassemblés à Jackson Hole aux Etats-Unis.

Les analystes tenteront de détecter le moindre indice de la future direction de la politique monétaire de la banque centrale américaine. Alors que deux hausses des taux d'intérêt ont déjà eu lieu en mars et en juin, les analystes tablent en majorité sur deux autres avant la fin de l'année.

Un relèvement des taux rend le dollar plus rémunérateur et donc plus attractif pour les cambistes.

Les remarques de Donald Trump ont profité au franc suisse, considéré comme une monnaie refuge. L’euro est lui remonté face au billet vert, mais la monnaie européenne reste sous pression alors que les investisseurs s’inquiètent des conséquences de la crise de la livre turque sur les banques du Vieux Continent.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés