Le dollar canadien a le vent en poupe

Tubes en acier pour la construction d'un oléoduc au Canada. ©REUTERS/Dennis Owen

La forte reprise économique aux États-Unis et la hausse des prix des matières premières donnent des ailes au dollar canadien.

Depuis le début de l’année, la valeur du dollar canadien a augmenté de 4% par rapport à l’euro. Si l’on en croit les données de l’agence de presse Bloomberg, aucune autre devise importante n’affiche d’aussi bons résultats.

"Le dollar canadien a amorcé un mouvement de rattrapage par rapport au dollar australien et cette hausse est liée aux matières premières", explique Ludo Geris, spécialiste des obligations chez KBC. Le Canada est un important producteur de matières premières. La reprise plus rapide qu’attendu de l’économie mondiale a fait redécoller les prix de nombreuses matières premières.

75%
Près de 75% des exportations canadiennes prennent la direction des États-Unis.

Pour Geris, la reprise économique aux États-Unis – le principal partenaire commercial du Canada – joue aussi un rôle important. "Le secteur automobile américain s’appuie en grande partie sur les importations du Canada." Le Fonds monétaire international s’attend à une croissance économique américaine de 6,4% en 2021. Près de 75% des exportations canadiennes prennent la direction des États-Unis. L’économie canadienne pourrait croître de 5% cette année.

"L’effet de levier du dollar australien et du dollar néo-zélandais sur la Chine est plus important. "
Ludo Geris
Spécialiste des obligations chez KBC

"En 2021, les Américains prendront la tête du peloton après le redressement de la Chine en 2020", poursuit Geris. "C’est ce qui explique l’éclatante santé du dollar canadien." La forte reprise de l’économie américaine est due essentiellement à la politique budgétaire expansive du gouvernement et à la vaccination rapide des Américains contre le coronavirus. En mars, le Congrès américain a voté un plan de relance de 1.900 milliards de dollars. 36% des Américains ont déjà reçu au moins une première injection du vaccin, contre 19% au Canada et 15% au sein de l’Union européenne.

Taux trop faible

Le spécialiste de KBC voit cependant quelques points négatifs. "Le taux canadien est un peu trop faible. Il devrait se situer au minimum au même niveau que le taux américain. Le rendement des obligations souveraines à dix ans ne dépasse pas 1,51% au Canada, contre 1,67% aux Etats-Unis."

Geris ajoute qu’il préfère les dollars australien et néo-zélandais au dollar canadien. "L’effet de levier du dollar australien et du dollar néo-zélandais sur la Chine est plus important. Les matières premières jouent un rôle encore plus important pour ces devises." L’Australie est parfois qualifiée de "fournisseur royal" de la Chine en ce qui concerne les matières premières. Au vu des récentes tensions entre les deux pays, on peut se demander si cette situation ne changera pas. Par ailleurs, les dollars australien et néo-zélandais profitent d’un taux à long terme légèrement plus élevé que celui du dollar canadien. En Australie, le taux à dix ans est de 1,76% et en Nouvelle-Zélande, il est de 1,71%.

Le résumé

Depuis le début de l’année, le dollar canadien s’est apprécié davantage que les autres devises importantes.

Ce phénomène est dû notamment à la hausse des prix des matières premières.

La forte reprise de l’économie américaine donne également un coup de pouce au dollar canadien.

75% des exportations canadiennes prennent la direction des États-Unis.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés