Le G7 se dit "déterminé"

Silvio Berlusconi, le Premier ministre italien (à dr.), et le ministre de l'Economie Giulio Tremonti, en appellent au G7 (photo AFP)

Les responsables financiers des nations industrialisés multiplient les communiqués pour rassurer les marchés financiers, effrayés par les dettes abyssales des pays européens et des Etats-Unis. Lundi matin, avant l'ouverture de la bourse de Tokyo, les ministres des Finances et banquiers centraux du G7 ont publié un communiqué, dans lequel ils promettent de prendre "toutes les mesures nécessaires" pour soutenir la stabilité financière et la croissance.

Les ministres des Finances et banquiers centraux du G7 se sont engagés lundi à prendre "toutes les mesures nécessaires" pour soutenir la stabilité financière et la croissance, à quelques minutes de l'ouverture des marchés financiers asiatiques.

Dans un communiqué, ils se disent déterminés à agir chaque fois que cela est nécessaire, à assurer la liquidité et à soutenir le bon fonctionnement des marchés, la stabilité financière et la croissance. Ils saluent les "actions décisives" prises aux Etats-Unis et en Europe.


Sur la situation européenne, ils estiment qu'aucun changement dans les fondamentaux ne justifie les tensions financières subies récemment par l'Italie et l'Espagne.


Ils assurent que l'implication du secteur privé dans le cas du règlement des problèmes de dette publique de la Grèce est une mesure exceptionnelle et ne sera en aucun cas appliquée à un autre membre de la zone euro.

Ils réaffirment leur "intérêt commun dans un système financier international fort et stable et notre soutien pour des taux de change déterminés par les marchés" et soulignent qu'une volatilité excessive et des mouvements désordonnés des taux de change a des implications négatives pour la stabilité économique et financière.

Les ministres et banquiers centraux ajoutent qu'ils se consulteront étroitement sur les actions sur les marchés des changes et coopéreront.

→ L'agence de notation Standard & Poor's a annoncé vendredi soir la baisse d'un cran de la note souveraine des Etats-Unis, estimant que le programme d'assainissement budgétaire prévu ne stabilisera pas la dette de la première économie mondiale.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés