Le grand test pour la patronne du NYSE

Stacey Cunningham, première femme présidente du NYSE. ©REUTERS

Stacey Cunningham, la présidente de la Bourse de New York, est persuadée que le marché va se relever.

C'est en mai 2018 que Stacey Cunningham est devenue la première femme à présider le New York Stock Exchange (NYSE). Lundi dernier, interrogée sur le parquet de la Bourse de New York, elle se voulait rassurante après son premier grand test. Les coupe-circuits qui se sont déclenchés après une baisse de 7% de l'indice Standard & Poor's 500 ont bien fonctionné.

Pour cette ancienne banquière et "trader" de 46 ans, la Bourse américaine a déjà connu pas mal de crises dans le passé et elle s'est toujours redressée. Ce sera encore le cas aujourd'hui, même si elle ajoute que nous vivons des moments inédits dans l'histoire, avec ce coronavirus qui ne cesse de se propager.

Récemment, elle précisait que la Bourse avait d'ailleurs déjà prévu l'hypothèse de travailler uniquement électroniquement au cas où les traders ne pourraient pas se rendre dans le prestigieux bâtiment de Wall Street. 

"La Bourse américaine a déjà connu pas mal de crises dans le passé et elle s'est toujours redressée."
Stacey Cunningham
Présidente du NYSE

Stacey Cunningham connaît parfaitement le monde boursier. Elle a suivi les traces de son père qui a travaillé dans une maison de courtage.

Elle a débuté comme stagiaire en 1994 à la Bourse de New York. De 1996 à 2005, elle a même travaillé sur le parquet pour la firme Bank of America. Après un bref intermède pour rejoindre une école de cuisine (!), elle a été recrutée par le marché Nasdaq en 2007. Et cinq ans plus tard, elle est revenue à la Bourse de New York, où elle est devenue dans un premier temps "chief operating officer".

Son arrivée à la présidence du NYSE avait été saluée de manière unanime en 2018, cela un demi-siècle après les premiers pas d'une femme trader sur le parquet boursier new-yorkais. 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés