"Le meilleur banquier central du monde" sur la défensive

Riad Salamé, gouverneur de la Banque du Liban. ©Kristof Vadino

La justice, tant en Suisse qu'en France, s'intéresse au patrimoine de Riad Salamé, le gouverneur de la Banque du Liban.

Voilà un banquier central qui aurait sans doute rêvé d’une fin de carrière plus paisible. Surtout lorsqu’on a été considéré comme « le meilleur banquier central de la planète ». Âgé de 70 ans, Riad Salamé, le  gouverneur de la Banque du Liban, est accusé par une partie de la population d'avoir aggravé la crise financière qui frappe le pays. Mais cette fois, c’est la justice qui s’intéresse à lui. Le Parquet financier français a ouvert une enquête préliminaire le concernant, a indiqué l’AFP. Les investigations devraient permettre d'éclaircir la provenance de son patrimoine, dont plusieurs biens immobiliers en France.  

Alors qu'il était déjà visé depuis plusieurs mois par une enquête en Suisse pour "blanchiment d'argent aggravé en lien avec un éventuel détournement de fonds au détriment de la Banque du Liban", deux plaintes ont été déposées en avril en France, l’une de la fondation Accountability Now, l’autre de l'ONG Sherpa et  d'un collectif constitué par des épargnants spoliés lors de la crise qui frappe le Liban depuis 2019.

Le parquet financier français veut éclaircir la provenance de son patrimoine, dont plusieurs biens immobiliers en France.

Le Liban a également ouvert sa propre enquête en avril à la suite d'une demande des autorités judiciaires helvétiques.

Riad Salamé se défend. Il affirme qu'en 1993, année de son arrivée à la tête de la banque centrale, ses avoirs s’élevaient déjà à plus de 20 millions de dollars à la suite de deux héritages et de ses revenus engrangés chez Merrill Lynch où il a travaillé. La croissance de sa fortune depuis lors résulterait d’investissements parfaitement réguliers, dit-il.
Élu "Meilleur gouverneur de banque centrale dans le monde" en 2006 par Euromoney et "Banquier central de l'année 2009" par The Banker, Riad Salamé a longtemps fait figure d'ancre de stabilité dans ce pays très tourmenté du Proche-Orient qu'est le Liban, en liant la livre locale au dollar.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés