Le parquet du LME tient toujours un rôle

Le parquet du London Metal Exchange est actuellement fermé en raison de la crise de Covid-19. Avant, les traders se rassemblaient autour des fauteuils rouges de la Bourse. ©Bloomberg

Environ 10% des volumes de transactions sur les métaux de base non ferreux sont négociés sur le parquet du London Metal Exchange.

Le London Metal Exchange (LME)  possède l’un des derniers marchés à la criée dans le monde. La Bourse londonienne de négociation de métaux de base comme le cuivre et l’aluminium a cependant dû fermer temporairement son marché à la criée en raison de l’épidémie de Covid-19 qui sévit en Grande-Bretagne, parce qu’elle ne peut  pas assurer la distance sociale entre les traders. Elle a transféré les transactions sur ses deux autres marchés, le LME Select, entièrement électronique, et son marché Interoffice, qui se tient par téléphone 24h sur 24h. Elle n’a pas encore annoncé de réouverture officielle de son parquet.

Un parquet récent

Le parquet actuel, qui se situe à Finsbury Square à Londres, date de 2016. Il a été construit à l’occasion du déménagement du LME qui avait passé plus de vingt ans dans le bâtiment de Leadenhall Street. La Bourse de métaux existe elle depuis 1877, et son premier parquet date de 1882. Ses traditions théâtrales ont perduré dans le temps. Les traders doivent en effet crier leurs ordres d’achat et de vente autour un cercle, formé aujourd’hui par des sofas rouge disposés en rond. Les traders qui veulent participer à la transaction doivent s’asseoir sur ces sofas.

Le rachat du LME par Hong Kong Exchange & Clearing n’a pas changé son fonctionnement. Un fait remarquable, car l’opérateur de la Bourse de Hong Kong a lui décidé d’arrêter les transactions à la criée pour passer au tout électronique. Par contre, le LME a dû plusieurs fois rappeler à l’ordre ses traders pour respecter les usages. Il demande notamment de ne pas se rendre au milieu du cercle de sofas, de respecter un code vestimentaire, de ne pas chiquer du chewing gum, d’utiliser son smartphone ou de lire la presse durant la période de transactions, de ne pas être ivre, … Des traders, dont ceux de Société Générale et de JPMorgan, ont reçu une amende de plus de 1.000 livre sterling pour avoir outrepassé ces règles. En outre, depuis 2019, le LME a imposé un code de conduite à ses employés et ses membres, en pleine vague #MeToo, leur imposant une attitude respectueuse envers les autres. 

10%
des transactions
Avant sa fermeture temporaire, le parquet du LME traitait un dixième des volumes de transactions sur les métaux de base.

 Les transactions ont lieu entre 11h40 et 17h, deux fois par jour. Pour chaque métal, les traders disposent d’une fenêtre de cinq minutes pour crier leurs ordres de vente ou d’achat. Quelque 200 dates de transactions sont ouvertes par métal selon le LME. Par contre, aucune cérémonie ne marque l’ouverture et la fermeture de la séance.

Un rôle très particulier

Alors que la majorité des transactions sur les métaux sont effectuées par les deux autres marchés du LME, le parquet de la Bourse, avant sa suspension en mars, traitait environ 10% des volumes de transactions. Depuis la fermeture du parquet, toutes les transactions sont négociées sur LME Select ou par téléphone. Les traders ne sont pas ravis de cette décision. Car certains argumentent qu’il est difficile de trouver un acheteur ou un vendeur de manière électronique. Le rôle du parquet sert avant tout à la découverte des prix sur les contrats en aluminium, zinc, cobalt, cuivre,… et à la valorisation en clôture.  Alors,  pour les traders, la fermeture du parquet s’avère un vrai casse-tête.

Toutefois, comme les autres Bourses, l’avènement de l’électronique a provoqué un amenuisement des transactions à la criée. Le LME Select, marché électronique de la Bourse de métaux, a démarré en 2001, et a progressivement migré les transactions vers les écrans d’ordinateur. Le nombre de membres autorisés à négocier les contrats sur les métaux de base sur le parquet a lui diminué au fil des années. Durant les années 70, près de 30 membres avaient accès au parquet. Ils ne sont plus que neuf actuellement.

Par contre, le LME compte 32 membres qui ont accès à LME Select et l’Interoffice par téléphone, dont les grandes banques comme Goldman Sachs, JPMorgan , Société Générale, BNP Paribas, UBS, et Morgan Stanley. Quatre firmes de trading pour compte propre disposent aussi d’un accès à LME Select et aux transactions par téléphone, sans pouvoir négocier pour d’autres clients comme les banques. Il s’agit notamment du hedge funds Jump Trading, du fonds Tower Research Capital Europe et de la firme XTX Markets, tous spécialisés dans le trading à haute fréquence (qui consiste à exécuter un gros volume de transactions en quelques microsecondes). Toutefois, parallèlement à LME Select, le marché Interoffice, par téléphone, garde aussi de l’importance.

9
membres
Seuls neuf membres ont accès au parquet du LME. Dans les années 70, près de 30 membres avaient accès au lieu.

Le nombre de clients du LME n’a pas lui diminué au fil des années.  Parce que le LME reste l’un des principaux marchés dédiés aux métaux de base dans le monde, avec une part de marché de plus de 75% sur les métaux non ferreux.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés