Publicité

Le prix de certains métaux pourrait encore grimper

Le cuivre se négocie actuellement à un niveau historiquement élevé. ©BELGAIMAGE

Les perspectives de certains métaux restent très favorables, en particulier pour le cuivre, qui reste fortement demandé dans le cadre de la transition énergétique.

Le redressement économique a profité à un grand nombre de métaux précieux et industriels, dont les cours se sont littéralement envolés depuis le dernier trimestre 2020, dans la foulée de l'annonce de la disponibilité de vaccins efficaces. Certains métaux comme le cuivre, le nickel, le palladium ou le minerai de fer se négocient actuellement à des niveaux historiquement élevés.

Pas que la Chine

"Les prix d'un grand nombre de métaux sont dépendants de la demande en provenance de l'industrie chinoise, qui pourrait ralentir suite à la décision de la banque centrale de resserrer progressivement sa politique monétaire."
Jim Richards
Analyste du secteur des matières premières chez Fidelity International

Pour les prochains mois, les spécialistes semblent toutefois moins enthousiastes pour les perspectives de certains métaux. Jim Richards, analyste du secteur des matières premières chez Fidelity International, indique notamment que "les prix d'un grand nombre de métaux sont dépendants de la demande en provenance de l'industrie chinoise, qui pourrait ralentir suite à la décision de la banque centrale de resserrer progressivement sa politique monétaire."

Mais l'évolution favorable des cours durant les derniers mois est également liée à la transition énergétique dans nos économies occidentales. L'industrie des énergies renouvelables ou celle des voitures électriques est très gourmande pour certains métaux, comme le nickel, le cuivre, l'argent ou le platine. Pour Tanja Kusterer, gestionnaire de fonds chez MainFirst, "l'évolution de la mobilité électrique a un impact direct sur la demande pour les matières premières, car une voiture électrique contient presque trois fois plus de cuivre qu'un véhicule équipé d'un moteur à combustion interne, tandis que des métaux tels que l'argent, le nickel et le platine sont utilisés de manière intensive pour les batteries électriques. Les investissements mondiaux dans les panneaux solaires augmentent encore davantage la demande de ces métaux. Celle-ci ne devrait pas diminuer dans les années à venir."

Déficit de l'offre

Chez Schroders, Keith Wade, économiste en chef, reste globalement favorable aux métaux industriels, en dépit du ralentissement de la demande en Chine. "La réouverture dans le reste du monde devrait compenser la faiblesse de la demande chinoise, tandis que le niveau des stocks reste faible, en particulier pour le cuivre."

"La réouverture dans le reste du monde devrait compenser la faiblesse de la demande chinoise."
Keith Wade
Économiste en chef de Schroders

La demande pour certains métaux pourrait donc s'avérer plus résistante que par le passé, même si le ralentissement chinois constituera un frein au potentiel de hausse pour certains métaux durant les prochains mois. À moyen terme, certains métaux vont souffrir d'un déficit structurel de l'offre, en raison d'un manque d'investissements durant les précédentes décennies, et resteront très demandés dans le cadre des programmes de relance et de la transition énergétique.

En bref

  • Les métaux vont-ils continuer à monter? Le ralentissement chinois pourrait freiner le mouvement de hausse à court terme.
  • Et à moyen terme? Les fondamentaux restent solides pour plusieurs métaux.
  • Quels métaux détenir? Ceux qui sont intensivement utilisés dans la transition énergétique, comme le cuivre ou le nickel.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés