Le rally boursier ne décélère pas en Europe

Retour en grâce des poids lourds bruxellois AB InBev, ING et KBC. Ce qui a permis au Bel 20 de largement surperformer les autres grands indices européens cette semaine, avec un bond de près de 5%. ©Bloomberg

Pariant toujours sur de nouvelles mesures de soutien à la reprise économique, les investisseurs restent attirés par le risque. Les valeurs cycliques en ont particulièrement profité.

Nouvelle semaine faste pour les actions européennes alors que les premiers résultats trimestriels commencent à tomber au compte-goutte. L'indice Stoxx Europe 600 a progressé de 2,11%, tandis que le CAC 40 a bondi de 2,53%, le DAX de 2,85% et le Footsie britannique de 1,94%. "Malgré les incertitudes politiques, la semaine n’a pas été trop mauvaise pour les marchés boursiers", résume Frank Vranken, chief investment officer chez Puilaetco.

"Malgré les incertitudes politiques, la semaine n’a pas été trop mauvaise pour les marchés boursiers."
Frank Vranken
chief investment officer chez Puilaetco

La tendance a été principalement alimentée par les espoirs de reprise économique et les discussions d'un vaste programme de soutien aux États-Unis. Après avoir jeté un coup de froid en début de semaine en annonçant un gel des négociations entre républicains et démocrates jusqu'aux résultats de l'élection présidentielle, Donald Trump a fait marche arrière jeudi en assurant qu'il y avait de "bonnes chances" qu'un compromis soit annoncé prochainement.

Il a d'ailleurs appelé le Congrès à voter rapidement un plan de soutien de 25 milliards de dollars pour le secteur aérien. Ce qui a fait s'envoler les compagnies aériennes en bourse des deux côtés de l'Atlantique. En Europe, le compartiment du voyage et des loisirs affiche ainsi la meilleure performance sectorielle avec un bond de 8,78% sur la semaine. International Airlines Group (IAG) a grimpé de 13,14% à la Bourse de Londres et Lufthansa de 13,81% à Francfort.

Il faut dire que ces entreprises souffrent particulièrement de la crise sanitaire et économique. La compagnie aérienne britannique EasyJet (+4,68% sur la semaine) a annoncé jeudi qu'elle pourrait enregistrer sa première perte annuelle de son histoire. Le groupe table sur une perte avant impôts comprise entre 815 et 845 millions de livres pour son exercice qui s'est terminé le 30 septembre. Un résultat pire qu'attendu par les analystes (794 millions).

Rumeurs de fusions dans le secteur bancaire

Les investisseurs ont également réagi aux nombreuses annonces de fusions et acquisitions. Notamment du côté du secteur bancaire qui a pris 4,91% cette semaine. Lundi, les groupes espagnols Unicaja (+7,03%) et Liberbank (+9,70%) ont confirmé discuter d'une éventuelle fusion en vue de créer la cinquième banque d'Espagne avec plus de 100 milliards d'euros d'actifs et une capitalisation boursière cumulée d'environ 1,7 milliard d'euros.

"KBC est probablement aux avant-postes parmi les banques européennes sur le chemin du retour à la normale."
Deutsche Bank

Ce qui n'est pas pour déplaire au gouverneur de la Banque d'Espagne Pablo Hernandez de Cos. Mardi, il a plaidé en faveur d'une poursuite de la consolidation bancaire dans son pays et ailleurs en Europe afin d'améliorer la rentabilité du secteur. Selon lui, ce serait "dangereux  de maintenir en vie des établissements de crédit avec des capacités excédentaires".

Morgan Stanley a pour sa part indiqué qu'un rapprochement entre Société Générale (+12,48%) et BNP Paribas (+9,61%) - qui donnerait naissance à la "plus grande banque du monde" - aurait du sens s'il était lié à une simplification de leurs réseaux existants tout en créant potentiellement des synergies substantielles.

Premiers résultats trimestriels

Un autre thème qui agite les marchés financiers ces derniers jours, c'est bien entendu le lancement de la nouvelle saison des résultats trimestriels. Quelques bonnes surprises ont déjà été annoncées en Europe: le géant britannique des supermarchés Tesco (+4,57%) a fait état mercredi d'un bond de 42% de son bénéfice net au premier semestre de son exercice décalé. Ce qui lui a permis d'annoncer une augmentation de 21% de son dividende.

Le spécialiste de la vente de prêt-à-porter en ligne Zalando (+6,68%) a de son côté indiqué tabler sur une hausse de 20% à 23% de ses revenus au troisième trimestre. Par conséquent, le groupe a relevé ses prévisions annuelles et vise désormais un bénéfice d'exploitation compris entre 375 et 425 millions d'euros, contre une précédente fourchette de 250 à 300 millions.

+20%
Bond du chiffre d'affaires de Zalando
Selon les données préliminaires publiées vendredi par Zalando, le groupe s'attend à une hausse d'au moins 20% de ses revenus au troisième trimestre. Verdict le 4 novembre prochain.

Les poids lourds du Bel 20 en soutien

À la Bourse de Bruxelles, si les premiers résultats trimestriels ne sont pas attendus avant le 21 octobre, les analystes se montrent déjà optimistes. Deutsche Bank est passé à l'achat sur KBC (+6,79%) jeudi, arguant que le bancassureur "est probablement aux avant-postes parmi les banques européennes sur le chemin du retour à la normale".

Le Bel 20 a encore accéléré son rebond avec une progression de 4,28% sur la semaine, propulsé par ses principaux poids lourds AB InBev (+10,24%) et ING (+8,82%). Le groupe brassicole a profité des commentaires positifs de Jefferies, lequel juge trop pessimiste la vision du marché à son égard.

La palme de la meilleure performance hebdomadaire revient à Akka Technologies (+35,96%). Le véhicule de la famille Frère, la Compagnie nationale à portefeuille (CNP) est entrée dans son capital à hauteur de 150 millions d'euros.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés