Le retour de la volatilité profite aux firmes de THF cotées

©EPA

Les firmes de trading à haute fréquence Virtu Financial et Flow Traders devraient profiter du retour de la volatilité sur les marchés depuis le début du mois, estiment les analystes.

Le retour de la volatilité sur les marchés devrait profiter aux firmes de trading à haute fréquence (THF) selon les analystes. Le VIX, qui mesure la volatilité des marchés, a touché la semaine dernière 50 points pour la première fois depuis août 2015, et évolue autour de 20 points depuis lors. Ces conditions de marché sont une bénédiction pour les firmes de trading à haute fréquence, dont les revenus avaient touché leur plus haut niveau en 2008, au moment où le VIX avait atteint son sommet au plus fort de la crise financière.

"Avec la volatilité qui est revenue, les résultats de Virtu devraient être meilleurs."
Richard Repetto
analyste chez Sandler O’Neill

Virtu Financial, une firme basée à New York, a publié le 8 février ses résultats du quatrième trimestre. Elle a battu le consensus des analystes avec un bénéfice par action au quatrième trimestre de 0,28 dollar, 0,16 dollar plus élevé que ce qui était attendu. Elle a également annoncé qu’elle procédera à un rachat d’actions d’ici 2019. "La firme a connu un formidable quatrième trimestre 2017 alors que la volatilité était à un plus bas historique, note Richard Repetto, un analyste chez Sandler O’Neill & Partners. Avec la volatilité qui est revenue sur les marchés depuis ce mois-ci, leurs résultats devraient encore être meilleurs." Virtu Financial a dégagé 3,8 millions de dollars par jour de revenu net de trading au quatrième trimestre. "Les 3,8 millions de dollars par jour de revenu net de trading au quatrième trimestre de notre entité combinée peut générer des résultats bénéficiaires dans une variété d’environnements sur les marchés", a déclaré Douglas Cifu, le directeur exécutif de Virtu Financial à l’occasion de la présentation des résultats de la société.

L’action avait décollé après l’annonce de ses résultats, et évolue toujours autour de 27,90 dollars. En outre, le titre a bénéficié du soutien du propriétaire du club de base-ball Mavericks, Mark Cuban. Très critique envers les firmes de trading à haute fréquence après la publication du livre "Flash Boys" de Michael Lewis en 2014, il a révélé avoir investi la semaine dernière dans les actions Virtu Financial, "parce qu’elle fait de l’argent avec la volatilité".

Enthousiasme

Flow Traders, une autre firme de trading à haute fréquence cotée en Bourse, a également vu son cours décoller à la Bourse d’Amsterdam le même jour que celle de Virtu Financial. Elle a progressé de 29% depuis le 8 février, même si ce mercredi, le titre a chuté de 3,69%. Car la société amstellodamoise devrait également bénéficier d’une hausse de la volatilité.

Chez Degroof Petercam, l’analyste Michael Roeg, estime que la société, spécialisée dans le trading des fonds indiciels (ETF), pourrait voir son revenu de trading dépasser celui de 2017 dès cette semaine. "Nous nous attendons, avec prudence, à des revenus nets de trading au premier trimestre multipliés par cinq à 198 millions d’euros (contre 39 millions d’euros au dernier trimestre 2017), indique-t-il dans une note. Mais nous insistons sur le fait que les revenus nets de trading peuvent être 50 millions d’euros plus haut ou plus bas, en fonction de la persistance de la force de la volatilité et des volumes de transactions."

L’analyste a relevé à 36 euros son objectif de cours sur le titre Flow Traders. Il estime que les bénéfices de la société vont toucher un sommet cette année, avant de diminuer en 2019 sous l’effet d’une baisse de la volatilité et d’un retour vers un niveau normal.

Le retour des dépenses d’investissement

Michael Roeg souligne que dans les conditions actuelles de marché, Flow Traders va pouvoir se remettre à investir. "Dans les conditions de marchés difficiles, Flow Traders s’est focalisée sur le contrôle des coûts", souligne-t-il. La faible volatilité en 2017 avait aussi poussé les firmes de trading à haute fréquence à des fusions-acquisitions. Virtu Financial avait acquis sa rivale KCG pour 1,4 milliard de dollars l’année passée. Mais les fusions n’ont concerné que les firmes américaines.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content