Publicité

Le Robinhood allemand bientôt à l'assaut du marché belge

©chajamp - stock.adobe.com

Le courtier en ligne allemand Trade Republic s'est imposé avec ses services à bas prix. Après avoir levé plus de 700 millions d'euros, il veut conquérir l'Europe.

Trade Republic fait partie de la nouvelle génération de courtiers en ligne qui, dans le sillage de la très populaire application américaine Robinhood, affirment vouloir démocratiser les marchés financiers en proposant des services d'investissement conviviaux à bas tarifs.

6.000.000.000
d'euros d'actifs gérés
Trade Republic gère déjà 6 milliards d'euros d'actifs auprès de plus d'un million de clients.

Cofondée il y a six ans par les anciens banquiers de Merrill Lynch Christian Hecker et Thomas Pischke, Trade Republic permet aux clients d'investir dans des ETF et des actions via leur smartphone sans payer de commission. Les cryptomonnaies sont également venues compléter sa gamme plus récemment. La start-up berlinoise, qui a pour partenaires le britannique HSBC et l'allemand Solarisbank, ne facture que certains services spécifiques.

Une formule qui semble rencontrer un véritable succès, puisque la plateforme gère déjà 6 milliards d'euros d'actifs auprès de plus d'un million de clients. La moitié d'entre eux sont des personnes qui n'avaient aucune expérience de l'investissement auparavant.

Concurrence européenne

Trade Republic, déjà active en Allemagne, en Autriche et en France, souhaite désormais accroître sa présence dans le reste de l'Europe. L'entreprise vient de lever plus de 700 millions d'euros de capital pour concrétiser rapidement cette ambition.

La plateforme aurait également l'intention d'attaquer le marché des investisseurs belges, selon des sources proches du dossier. Il n'y a pas encore de calendrier concret, mais il semble probable qu’elle se lance dans notre pays au mois de septembre prochain. De quoi concurrencer d’autres acteurs à bas tarifs, comme DeGiro - d'ailleurs également entre des mains allemandes – ou encore le néerlandais Bux. Ce dernier, qui a l'ambition de devenir le plus grand courtier en ligne d'Europe, a été lancé en Belgique à l'été 2020 avec une offre très similaire pour les investisseurs.

4
milliards d'euros
La valorisation de Trade Republic après sa nouvelle levée de capital.

Séquoia

La nouvelle levée de capital de Trade Republic a été alimentée, entre autres, par l’influent fonds de la Silicon Valley Sequoia ainsi que TCV Capital, connu comme l’un des investisseurs de la société de streaming Netflix. Le pionnier du capital-risque Accel, qui était déjà actionnaire, participe également à ce nouveau tour de table. Avec cette levée de fonds, Trade Republic est aujourd’hui valorisée à quelque 4 milliards d'euros, ce qui en fait aujourd'hui l'une des entreprises de technologie financière les plus importantes du continent.

En résumé

  • À l'image de l'américain Robinhood, Trade Republic dit vouloir démocratiser l'investissement avec des services à faible coût.
  • Sa plateforme propose à la clientèle d'acheter des actions, des ETF et des cryptomonnaies.
  • La start-up gère 6 milliards d'euros d'actifs auprès de plus d'un million de clients.
  • Forte d'une levée de capitaux de plus de 700 millions d'euros, elle veut s'étendre en Europe, y compris en Belgique.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés