Le Stoxx 600 a effacé ses pertes liées à la pandémie

Alors que le Dax allemand et l'AEX néerlandais évoluent toujours à une cadence record, le CAC 40 français a touché un pic de plus de 13 ans en séance. ©REUTERS

Après une interruption de quatre jours pour les fêtes de Pâques, l'Europe des marchés a repris sa chasse aux records. À Bruxelles, le Bel 20 a été ralenti par Elia.

Les grands indices européens sont revenus gonflés à bloc du long week-end de Pâques, les investisseurs du Vieux Continent saluant à leur tour les excellents chiffres américains sur l'emploi et l'activité du secteur des services.

Signe de la bonne humeur ambiante et du regain d’appétit pour le risque, le Stoxx 600 , soit l'indice reprenant les 600 principales capitalisations boursières européennes, a battu son record établi en février 2020.

+9%
Le Stoxx 600 Europe a progressé de plus de 9% depuis le début de l'année.

Autrement dit, l'indice paneuropéen a repris tout le retard accumulé en raison de la crise du coronavirus. Il a donc gonflé de plus de 60% entre son point bas du mois de mars 2020 et aujourd'hui.

Ces derniers mois, la remontée du Stoxx 600 a été alimentée par le retour au premier plan des valeurs du secteur auto, celles liées au tourisme et les actions du secteur bancaire, trois compartiments en hausse de plus de 20% depuis le Nouvel An. Seul le wagon immobilier du Stoxx est à la traîne sur cette période.

Retour au sommet pour le Stoxx 600

Le Stoxx 600 n'était pas le seul à tutoyer les records ce mardi. L'AEX d'Amsterdam et son voisin allemand, le DAX , ont encore clôturé à de nouveaux sommets. À Paris, le CAC 40 a franchi en séance son plus haut niveau depuis juillet 2007. Tendance à la hausse également à Londres où le FTSE 100 a glané 1,22% grâce à la bonne tenue des minières. Bruxelles était moins en verve. La faute à Elia qui a été ciblée par des prises de bénéfices, ce qui a pesé sur le Bel 20 . L'indice bruxellois a terminé quasi inchangé, avançant de 0,11%.

À la clôture des marchés européens, les trois grands indices de la Bourse de New York évoluaient en léger repli, le Dow Jones et le S&P 500 soufflant un peu après avoir signé de nouveaux records la veille.

Les minières et l'auto à la fête

En Europe, les titres susceptibles de profiter au mieux de la reprise économique ont occupé le haut du tableau. Ceux liés aux matières premières et à l'automobile ont ainsi affiché les plus fortes progressions. À l'inverse, les télécoms et leur profil défensif ont été boudés.

Maintenant que les investisseurs parient sur une reprise économique solide, le statut d'Elia en tant que valeur refuge est moins populaire.

À Londres, les minières Antofagasta (+4,05%) et Rio Tinto (+2,76%) ont mené le bal des hausses en compagnie du pétrolier BP (+3,86%). Sur le marché francfortois, Volkswagen s'est signalé avec une montée de 2,16% et, à Paris, Renault a gagné 0,61%. Air France-KLM a pris 1,64% après la présentation d'un nouveau plan de refinancement qui fera de l'État français son premier actionnaire.

Dans le secteur bancaire, Credit Suisse (-0,39%) a joué au yoyo, gagnant 2% puis perdant jusqu'à 3% en cours de séance après avoir remanié sa direction à la suite de l'affaire Archegos.

Elia sous tension

Le Bel 20 , avec sa petite grimpette du jour, reste cramponné aux 3.900 points, un niveau qu'il a retrouvé en novembre dernier et qui correspond à celui abandonné en février 2020 juste avant le creux "corona" des marchés mondiaux.

Au sein de l'indice de référence, Elia a fortement reculé, son titre lâchant 4,68% à la cloche pour repasser sous les 90 euros. Maintenant que les investisseurs parient sur une reprise économique solide grâce à la réouverture des économies, le statut d'Elia en tant que valeur refuge est logiquement moins populaire auprès des investisseurs qui privilégient les actifs risqués.

Hors Bel 20, deux valeurs ont fait le spectacle. Ekopak , entré en bourse la semaine dernière, a bondi de 18,01%. Le spécialiste du traitement des eaux usées a gonflé de 30% depuis son IPO. La biotech Oxurion , qui s’est assuré un financement de 30 millions d’euros, a de son coté flambé de 9,70%.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés