Le taux belge à 10 ans redevient positif

©REUTERS

Le taux de référence belge à 10 ans est repassé en territoire positif. Une première en neuf mois.

La période des taux planchers serait-elle en passe d’être révolue ? C’est ce que pourrait en tout cas suggérer la remontée en territoire positif du taux de référence des obligations belges à 10 ans. Coincé en territoire négatif depuis neuf mois, il a grimpé ce lundi jusqu’à 0,02%, alors qu’il était encore à un plus bas de -0,43% au mois de décembre dernier.

0,02%
Le taux belge à 10 ans a grimpé ce lundi jusqu’à 0,02%, alors qu’il était encore à un plus bas de -0,43% au mois de décembre dernier.

Si elle s’explique aussi par des facteurs techniques, cette remontée n’est à l’évidence pas isolée. Elle suit celle d’autres taux obligataires de référence, à l’image de celui des bons du Trésor américain à 10 ans qui est repassé à la fin du mois dernier au-delà du cap symbolique de 1,5% pour la première fois depuis un an.

Ici et là, c’est la perspective d’une reprise de la croissance économique qu’anticipent les investisseurs. Une reprise soutenue par les résultats attendus des programmes de vaccination et des plans de relance des autorités, comme celui du gouvernement américain qui prévoit d’injecter 1.900 milliards de dollars. Ces résultats devraient soutenir une relance de l’activité et de la consommation, avec pour corollaire une augmentation des prix et donc de l’inflation.

Prix du pétrole

L’évolution des prix du pétrole sur les marchés va d’ailleurs elle aussi dans ce sens. Alors que le baril de Brent de la mer du Nord était retombé autour des 20 dollars au plus fort de la crise il y a un an (et même en territoire négatif pour le baril américain de WTI), le voilà revenu jusqu’à 70 dollars désormais. L’attaque d’un site du géant saoudien Aramco ce lundi a évidemment mis ces prix sous pression, mais force est de constater que depuis la fin du mois dernier, ils se sont à nouveau confortablement installés au-dessus de la barre des 60 dollars. Un niveau auquel ils pourraient bien se maintenir sur la durée, jugent plusieurs analystes.

70$
Le prix atteint par le baril de Brent sur les marchés ce lundi.

Ces récents développements sur les marchés obligataires et du pétrole se combinent également à ceux des marchés d’actions, où les investisseurs se positionnent également en conséquence. La reprise économique attendue soutient les valeurs très exposées à la conjoncture, les valeurs dites “cycliques”.

Rotation sectorielle

Depuis le début de l’année, les actions du secteur bancaire, mais aussi du secteur automobile ou même des loisirs, connaissent ainsi des hausses jusqu’à 20%. A contrario, les actions du secteur technologique en particulier se retrouvent largement malmenées après leurs records atteints au plus fort de la crise. Une rotation sectorielle, comme l’appelle les experts, où les valeurs gagnantes d’hier sont devenues les perdantes d’aujourd’hui, et inversement.

C’est dans ce contexte particulièrement tendu que doit se tenir cette semaine la réunion de la Banque centrale européenne. Nul doute que les propos de sa présidente Christine Lagarde sur la remontée actuelle des taux seront scrutés de près. Beaucoup craignent en effet qu’en renchérissant l’emprunt, cette remontée ne finisse par étouffer la reprise tant attendue.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés