Les 5 actions préférées de Damien Lanternier

©doc

Le manager Échiquier Agressor de la société de gestion de portefeuille "La Financière de l'Échiquier" nous dévoile ses cinq coups de cœur.

Crédit Suisse[[urn:issue:490121013]]

Tidjane Thiam, ancien CEO emblématique de Prudential, a décidé de quitter l’assureur pour devenir CEO de la Banque Crédit Suisse. C’est un manager vraiment exceptionnel qui a une double discipline, un focus fort sur les coûts et une allocation du capital vers les métiers les plus rentables, les moins volatils et qui génèrent la plus forte croissance. Or, Crédit Suisse possède une activité qui comporte ces caractéristiques: la banque privée. Nous avons la conviction qu’il va parvenir à faire grandir de manière significative cette activité tout en réduisant l’exposition à leur métier plus risqué de banque d’investissement. Le levier sur la valorisation est très fort.

SPIE[[urn:issue:360145702]]

Nouveau venu sur les marchés financiers (introduction en Bourse ce mois-ci), le spécialiste français de la maintenance électrique et mécanique répond à de nombreux critères que nous apprécions: alignement des intérêts, exécution remarquable, management stable et de très grande qualité. Surtout, la valorisation de ce modèle d’entreprises n’offre pas beaucoup de comparables permettant d’en évaluer la qualité. Avec 10% de génération de liquidité annuelle rapportée à la capitalisation (FCF Yield), l’opportunité nous semble très importante au regard de la stabilité du modèle et de son potentiel de duplication en Europe.

Dassault Aviation[[urn:issue:360114895]]

La cession par Airbus de sa participation dans Dassault Aviation a entraîné de facto son introduction en Bourse. Ce groupe inconnu des marchés possède deux métiers qui vont connaître une très forte accélération: le business jet qui va bénéficier de l’extension de leur gamme de produits permettant aux clients de voyager toujours plus loin et confortablement, et le Rafale qui commence juste sa carrière à l’exportation. Le tout couplé à une baisse des dépenses de développement va entraîner un plus que doublement de la rentabilité dans les trois ans qui viennent.

Sopra[[urn:issue:360115963]]

Sopra est une société de services informatiques. Ce secteur a bénéficié en Bourse d’un violent rerating de ses acteurs les plus performants. Steria, repris l’année dernière par Sopra, souffrait depuis plusieurs années d’une érosion de sa rentabilité, notamment en France. Au vu du track record de Sopra, nous pensons que le potentiel d’économies de coûts et d’une meilleure gestion de Steria est très important. D’un point bas à 6% en 2015, la marge devrait atteindre 8,5% dès 2017. L’alignement de nos intérêts avec ceux de Pierre Pasquier, principal actionnaire de Sopra Steria, nous conforte dans notre vision de la forte progression à venir des résultats.

Swatch[[urn:issue:490121047]]

Swatch est la société du secteur du luxe la plus faiblement valorisée aujourd’hui (environ 14 de ratio cours/bénéfices 2015) malgré des perspectives de croissance solides et un positionnement concurrentiel très fort. Le ralentissement actuel de la conjoncture en Chine ne doit pas faire oublier la croissance longue de ce secteur. D’un point de vue concurrentiel, la nécessité de savoir-faire technologique et industriel est une forte barrière à l’entrée pour les concurrents de Swatch.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés