1

Les 5 actions préférées de Tom Simonts

©Dries Luyten

Tom Simonts est senior financial economist au sein de KBC Group. Sa sélection est basée sur les recommandations de KBC Securities et KBC Asset management et se focalise notamment sur deux biotechs belges.

Volkswagen [[urn:issue:480122095]]

Comme les trois grands constructeurs automobiles allemands, Volkswagen est en pleine guerre commerciale. De plus, les ventes des voitures au diesel en Europe sont sous pression, suite aux mesures d’interdiction visant le diesel. VW reste exceptionnellement rentable, grâce à Porsche et Audi. Le groupe compte lancer 15 modèles électriques et dispose d’une trésorerie nette de 25 milliards d’euros. Cette capacité de générer d’importants cash flows ne se traduit que partiellement dans les bénéfices, à cause d’investissements historiquement élevés. L’introduction en Bourse de la division "trucks" pourrait jouer le rôle de catalyseur à court terme. Le ratio cours/bénéfice (6) se situe très en dessous de la moyenne historique de 8,5.

Alibaba [[urn:issue:330002584]]

Ce géant chinois du commerce en ligne, dépourvu de dettes, n’a rien perdu de son potentiel. Sa croissance annuelle est passée de 55 à 56% après d’excellents bénéfices trimestriels. Les principales plateformes (Taobao, B2C et Tmall C2C) affichent une excellente santé. La division "Cloud" est particulièrement rentable et est, comme le pôle Retail, protégée par les autorités contre les acteurs étrangers. La hausse des dépenses des consommateurs chinois constitue un bonus supplémentaire, et devrait contribuer à générer pour 2019 et 2020 respectivement 23,5 et 19,5 milliards de dollars de cash flow. La valorisation de l’action est basse compte tenu de la croissance élevée et rentable du groupe.

Argenx [[urn:issue:60013875]]

En nommant un COO, Argenx a mis un turbo sur ses projets de commercialisation. L’entreprise a renforcé le potentiel de son principal candidat-médicament AGRX-113 qui cible la Myasthénie Grave (MG), l’Idiopathic Thrombocytopenic Purpura (ITP) et le Pemphigus Vulgaris (PV). De plus, AGRX-113 a été promu "médicament orphelin" aux États-Unis et en Europe. En 2018, Argenx devrait obtenir des données de première ligne sur l’ARGX-113 (maladies auto-immunes) et l’ARGX-110 (leucémie), tandis que trois molécules faisant l’objet d’un partenariat poursuivent leur développement. Nous considérons Argenx comme une société d’avenir et comme le successeur potentiel d’Ablynx.

Melexis [[urn:issue:60126124]]

L’action Melexis vient de perdre 12% mais reste le moyen par excellence de miser sur l’électrification (des voitures). L’augmentation du nombre de puces électroniques dans les voitures représente le marché en croissance par excellence du secteur des semi-conducteurs, et a permis à Melexis de croître en 2016 et 2017 deux fois plus vite que le marché, avec une moyenne de 10 puces par nouveau véhicule. Ces tendances devraient rester un important vecteur de création de valeur au cours des 5 ou 10 prochaines années. L’action n’est pas particulièrement bon marché, mais cela n’a jamais été le cas. Elle affiche cependant une croissance prévisible, avec des marges structurellement élevées et une position de leader sur son marché.

Biocartis [[urn:issue:60045103]]

En 2017, le marché du diagnostic, en forte croissance, a emmené le mini-labo Idylla et ses cartouches de diagnostic moléculaire dans son sillage. Le nombre d’Idylla pourrait augmenter de 250 pièces à 900 en 2018 et le nombre de cartouches doubler, pour atteindre 145.000. Cette croissance s’explique par son entrée sur le marché américain, le lancement de nouveaux tests et un recours plus fréquent à Idylla. Le résultat d’exploitation devrait être positif pour la première fois en 2020. Nous attendons impatiemment les partenariats, sous forme de collaboration avec de grands groupes pharmaceutiques, d’alliances pour la mise au point de nouveaux tests et de contrats de distribution au Japon et/ou en Chine.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content