Publicité

Les actions du luxe ont résisté à la tendance négative

Le secteur du luxe, dont notamment l'action du groupe LVMH qui détient la marque Louis Vuitton, est parvenu à évoluer à contresens de la tendance boursière négative cette semaine. ©Bloomberg

Deuxième semaine de baisse en Europe, du jamais vu depuis fin avril. Le secteur du luxe a fait de la résistance. Le Bel 20 a subi l'une des plus fortes baisses.

Deux reculs hebdomadaires d'affilée pour les actions européennes: on n'y était plus habitué. Le Stoxx 600 a perdu 1,18% en cinq jours, après avoir déjà calé la semaine précédente. Du jamais vu depuis plus de quatre mois, à la fin avril. Il faut toutefois nuancer cette double contre-performance des actions cotées en Europe. Tout d'abord, le repli acté une semaine plus tôt était d'à peine 0,09%. Ensuite, après les records enregistrés par les indices boursiers durant l'été, les prises de bénéfices sont devenues tentantes. Enfin, les craintes d'un retrait plus rapide que prévu du soutien monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) se sont quelque peu dissipées jeudi, à l'issue de la réunion de l'institut monétaire.

-0,02
Baisse des taux de l'Italie et de l'Espagne
Sur l'ensemble de la semaine, les taux des obligations à dix ans de l'Italie et de l'Espagne se sont détendus d'à peine 2 points de base, soit 0,02 point de pourcentage.

Si la remontée des cours boursiers qui a suivi les annonces de la banque centrale n'a pas permis d'infléchir la tendance négative de la semaine, elle traduit néanmoins une forme de soulagement dans les rangs des investisseurs. Malgré les nombreuses récriminations des "faucons", les banquiers centraux partisans d'une politique monétaire plus ferme, la BCE a gardé une attitude très accommodante puisqu'elle se contente de ralentir "modérément" le rythme de ses achats.

Christine Lagarde, la présidente de l'institution européenne, a même pris la peine de signaler que ce n'était pas un "tapering", c'est-à-dire une décélération des achats en vue de leur arrêt ultérieur. Pour connaître l'avenir de ce programme d'achat, revenez en décembre, a-t-elle fait savoir en substance.

La Chine inquiète moins

Cet attentisme de la BCE a provoqué une détente des taux obligataires jeudi, mais, sur l'ensemble de la semaine, le bilan des rendements est différent: les taux à dix ans de l'Italie et de l'Espagne ont baissé d'à peine 2 points de base (0,02 point de pourcentage), le taux belge est stable et le taux allemand en très légère hausse. Les investisseurs restent donc prudents et suivront attentivement l'évolution de l'inflation dans les mois à venir, sachant que la BCE y a accordé une attention particulière lors de sa réunion de jeudi, en relevant ses anticipations jusqu'en 2023.

"La prospérité commune souhaitée par Pékin n'implique pas de 'tuer' les riches."
Bryan Garnier

Cette prudence des intervenants des marchés explique les baisses observées sur la plupart des marchés d'actions cette semaine. Le CAC40 de la Bourse de Paris a toutefois mieux résisté que les autres en cédant seulement 0,39% depuis lundi. Et pour cause: l'indice français est davantage exposé que les autres au secteur du luxe. Parmi ses composants, on trouve LVMH , qui a gagné 4,5% cette semaine, Hermès (+3,75% en cinq jours), Kering (+1,92%) et L'Oréal (+0,89%).

Les valeurs du luxe ont évolué à contre-courant ces derniers jours grâce à des perspectives rassurantes sur le marché chinois. Elles avaient lourdement chuté vers la mi-août, lors de l'annonce de l'intention du gouvernement chinois d'œuvrer à une meilleure répartition des richesses. Les consommateurs les plus riches constituent la clientèle de prédilection des marques de luxe. Mais depuis quelques jours, les inquiétudes s'évaporent progressivement.

Le Bel 20 pénalisé

Dans une note publiée cette semaine, Bryan Garnier estime que "la prospérité commune souhaitée par Pékin n'implique pas de 'tuer' les riches". Selon le courtier, cette nouvelle politique chinoise devrait même favoriser l'expansion de la classe moyenne, ce qui devrait être bénéfique pour le secteur du luxe. Outre les valeurs françaises du secteur, les suisses Swatch (+3,68% cette semaine) et Richemont (+6,16%) ont tiré leur épingle du jeu, tout comme les italiens Moncler (+2,15%) et Salvatore Ferragamo (+10,71%), qui a par ailleurs publié de très bons résultats.

+26,6%
Hausses d'UCB et Argenx en 3 mois
De juin à août, les actions UCB et Argenx ont délivré exactement le même rendement en bourse: +26,6%. Cette semaine, elles ont subi des prises de bénéfices.

En Bourse de Bruxelles, par contre, le Bel 20 a passé une mauvaise semaine, terminée sur une baisse de 2,93%, l'une des pires performances en Europe. L'indice belge a souffert du recul de ses valeurs pharmaceutiques UCB (-6,98% en cinq jours) et Argenx (-5,42%). L'ensemble du secteur européen de la santé a corrigé (-3,14% cette semaine). Il y a là des prises de bénéfices mais aussi des craintes au sujet de possibles limitations à la hausse des prix des médicaments aux États-Unis, où les démocrates préparent une loi en ce sens. On notera qu'UCB et Argenx avaient fortement progressé de juin à août, enregistrant toutes les deux un bond de 26,6% précisément sur cette période.

AB InBev (-3,06% depuis lundi) a aussi pesé sur la tendance. Les investisseurs s'inquiètent au sujet des ventes de "hard selzers", ces boissons fruitées alcoolisées, dont le marché ralentit. Selon Jefferies, ces boissons représentent 3 à 4% des volumes d'AB InBev aux USA.

Le résumé

  • Tout comme la semaine précédente, les investisseurs ont joué la carte de la prudence, les prises de bénéfices ayant été tentantes après les records enregistrés durant l'été.
  • Les annonces de la BCE ont pourtant reçu un bon accueil en bourse mais cela n'a pas été suffisant pour infléchir la tendance négative.
  • Le secteur du luxe est parvenu à évoluer contre la tendance grâce à des perspectives rassurantes pour ce secteur sur le marché chinois.
  • Pénalisé par UCB, Argenx et AB InBev, le Bel 20 a subi l'une des plus fortes baisses de la semaine parmi les indices boursiers européens.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés