Publicité

Les "aristocrates du dividende" souffrent de la remontée des taux

©AFP

L’écart se creuse en Bourse entre les entreprises pro-dividende et celles en faveur de rachat d’actions. En cause, la porte ouverte par la BCE pour une hausse de taux au second semestre 2019.

Faut-il privilégier les sociétés qui augmentent leur dividende au fil des années - que l’on appelle dans le jargon financier les "aristocrates du dividende" - ou celles qui optent pour un programme de rachat d’actions? Si les premières sont synonymes d’une stabilité de l’action à long terme, elles commencent pourtant à souffrir de la remontée des rendements obligataires.

Ceux-ci devenant plus attrayant, les investisseurs défensifs sont plus enclins à se diriger vers cet actif moins risqué. Une étude de la banque américaine JP Morgan montre en effet qu’en Europe, leur action bat de l’aile depuis plusieurs mois.

Les entreprises européennes qui ont lancé un programme de rachat d’actions cette année voient leur titre grimper en Bourse.

À contrario, les entreprises européennes qui ont lancé un programme de rachat d’actions cette année - comme Allianz ou ASML Holding récemment - voient leur titre grimper en Bourse. "Les rachats d’actions restent rares en Europe, mais les sociétés sont récompensées", soulignent dans une note les stratégistes de JPMorgan. "Dans le contexte actuel de hausse des rendements obligataires, les actions qui offrent une augmentation durable du dividende pourraient être sous pression."

Pour mémoire, la Banque centrale européenne (BCE) a ouvert la voie vers une première hausse de taux l’année prochaine. "Pas avant la fin de l’été 2019", a indiqué son président Mario Draghi. Mais des voix s’élèvent aujourd’hui au sein de l’institution. Selon les informations de Bloomberg, certains membres de la BCE s'inquiètent du fait que les investisseurs ne parient pas sur une hausse des taux d'intérêt avant décembre 2019.

Or un premier resserrement monétaire en septembre ou octobre de l’année prochaine serait en discussion. Une annonce qui a fait bondir les rendements obligataires en Europe. Le Bund allemand à 10 ans a atteint 0,338%, avant de retomber à 0,295% en fin de séance. Chez nous, l’Olo belge a grimpé jusqu’à 0,7101%.

Croissance vs maturité

Une autre raison de cet écart de performance serait liée au type d’entreprises qui privilégient soit le versement d’un dividende récurrent, soit le lancement temporaire d’un programme de rachat d’actions.

"Les entreprises qui procèdent à des rachats mais ne versent pas de dividendes sont majoritairement des entreprises de croissance, qui dépensent beaucoup en R&D et sont en règle générale plus petites que celles qui versent des dividendes."
Arnaud Delaunay
Analyste financier chez Leleux Associated Brokers

"Les entreprises qui procèdent à des rachats mais ne versent pas de dividendes sont majoritairement des entreprises de croissance, qui dépensent beaucoup en R&D et sont en règle générale plus petites que celles qui versent des dividendes. A l’inverse, les sociétés qui versent de généreux dividendes sont en majorité des sociétés bien implantées dans le secteur", explique Arnaud Delaunay, analyste financier chez Leleux Associated Brokers. Or, en règle générale, les sociétés de croissance surperforment les sociétés matures en Bourse.

Comme le note JP Morgan, les entreprises européens sont moins enclins à opter pour des rachats d’actions qu’aux États-Unis. "C’est une question de culture et d’histoire d’engagement", estime Arnaud Delaunay.

"L’Europe est un vieux continent, avec une gestion ‘bon père de famille’. Ensuite, les investisseurs activistes, qui demandent un retour aux actionnaires, sont plus actifs aux États-Unis". À la Bourse de Bruxelles, il y a quand même quelques habitués en termes de rachats d’actions. On peut citer notamment Ahold Delhaize, Ageas, Colruyt, GBL ou encore Telenet, qui a lancé un nouveau programme fin juin pour 300 millions d’euros. Avec la reprise économique, la question est de savoir si elles seront imitées par d’autres dans les prochains mois.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés